Le Pacte mondial élimine l'affaire Vigeo Eiris de son propre fait
vigeoeiris_b_610.jpg

L'organe onusien d'éthique des entreprises, le Pacte mondial, a décidé de ne pas aller plus loin dans le cas d'une entreprise franco-britannico-marocaine polémique puisque l'intervention de l'organisme des Nations Unies a été divulguée aux médias. Les auteurs de la fuite sont Vigeo Eiris et le Pacte mondial lui-même.
Mis à jour le: 30.05 - 2017 23:13Imprimez cette page    
Ci-dessus : l'entreprise franco-britannico-marocaine Vigeo Eiris est une fervente partisane de l'occupation marocaine brutale et illégale du Sahara Occidental. À titre d'illustration, la taille du Maroc sur les cartes de Vigeo Eiris est le double de celle des cartes de l'ONU.

Le Pacte mondial des Nations Unies publiait la semaine dernière une brève déclaration sur ce site Web (ci-dessous) dans laquelle il annonçait avoir laissé tomber le rôle de facilitateur de dialogue entre l'entreprise franco-britannique Vigeo Eiris et Western Sahara Resource Watch (WSRW).

Vigeo Eiris est une entreprise franco-britannico-marocaine qui facilite, pour le gouvernement marocain, les projets d'énergie au Sahara Occidental occupé et qui refuse de répondre aux questions de WSRW concernant son rôle. En lire plus ici sur le scandale Vigeo Eiris ici, y compris comment Vigeo Eiris explique la position marocaine dans le conflit.

Full statement from UN Global Compact, 16 May 2017
On 16 March 2017, the UN Global Compact established a dialogue facilitation process between one of its participants, Vigeo Eiris, and a third party. The UN Global Compact stresses that this process in no way suggests a judgment on the merits of the concerns raised. The UN Global Compact recognizes the value of dialogue as an important tool to foster learning among its participants and provides a medium to facilitate this process. However, the UN Global Compact also expects parties to maintain the confidentiality of the process to foster collaboration and regrets that this has not happened in the present case. At the same time, the UN Global Compact acknowledges Vigeo Eiris’ responses to the third party’s concerns that can be found in the public domain.
For these reasons, the UN Global Compact does not see any further role it can play in this matter.

La déclaration peut également  être téléchargée ici.
WSRW a demandé à Vigeo Eiris de justifier sa participation au financement d'infrastructures dans le territoire occupé le 23 décembre 2016, et n'a rien reçu de l'entreprise depuis. Répondre aux demandes de la société civile est une condition préalable à l'adhésion au Pacte mondial des Nations Unies. Comme Vigeo Eiris refuse de répondre aux lettres de WSRW, l'association a demandé l'aide du Pacte mondial pour faciliter le dialogue.

Un processus de facilitation du dialogue a été ouvert par le Pacte mondial des Nations Unies le 16 mars. Sachant qu'une facilitation est confidentielle, WSRW n'a pas annoncé cette décision aux médias. Cependant, Vigeo Eiris et Global Compact l'ont fait, à l'important journal sur l'éthique des affaires, Responsible Investor, qui a abordé la question le 20 mars.

Exactement deux mois plus tard, le processus onusien est arrêté en raison de la fuite. WSRW n'a pas été consulté et, le 30 mai 2017, a envoyé une lettre au Pacte mondial en demandant des éclaircissements sur la manière et la raison pour laquelle la décision a été prise.

La conséquence de cet abandon par le Pacte mondial de la facilitation du dialogue est que Vigeo Eiris peut continuer à donner l'impression qu'il est un adhérent crédible au Pacte mondial des Nations Unies, mais ne répond pas aux demandes de la société civile. L'entreprise viole également les droits du peuple sahraoui en ne demandant pas leur consentement pour la certification des projets marocains et saoudiens sur leur territoire.

    
Actualités:

19.07 - 2017 / 19.07 - 2017Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Le Sahara Occidental gagne le cas du cargo en Afrique du Sud
14.07 - 2017 / 05.07 - 2017Stop aux négociations commerciales UE-Maroc sur le Sahara Occidental!
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Siemens est inconstant dans son soutien aux occupations militaires
06.07 - 2017 / 06.07 - 2017Le solaire du Sahara Occidental opérationnel en 2018
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017La chine intéressée par la recherche pétrolière au Sahara Occidental ?
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017Le Dura Bulk décharge le sable sahraoui à Tenerife
01.07 - 2017 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
22.06 - 2017 / 22.06 - 2017Le Polisario aux Cies maritimes : d'autres arraisonnements à venir
20.06 - 2017 / 20.06 - 2017La Cie maritime de l'Ile de Man sort le Sahara Occidental
16.06 - 2017 / 16.06 - 2017Nouveau rapport : les Cies qui transportent le minerai du conflit
15.06 - 2017 / 15.06 - 2017Les Sahraouis gagnent le 1er tour dans le dossier judiciaire
15.06 - 2017 / 15.06 - 2017Les Wisby continuent à alimenter l'occupation du Sahara Occidental
12.06 - 2017 / 12.06 - 2017Une banque suédoise exclut l'industrie des phosphates sahraouis
06.06 - 2017 / 06.06 - 201715 questions à Atlas Copco : zéro réponse
04.06 - 2017 / 04.06 - 2017Le gouvernement marocain confirme la sortie de Glencore de Foum Ognit
02.06 - 2017 / 02.06 - 2017Ballance : une cargaison controversée pour remplacer le navire retenu
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Le Pacte mondial élimine l'affaire Vigeo Eiris de son propre fait
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Manifestations à Palma de Majorque contre les importations de sable
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Sahara Occidental: réponses de l'UE sur les négociations commerciales?
25.05 - 2017 / 25.05 - 2017Le navire pour le Canada avec des minéraux de conflit a été libéré
18.05 - 2017 / 18.05 - 2017Le jugement relatif au fret de la Nouvelle-Zélande pour le 9 juin
18.05 - 2017 / 18.05 - 2017Un navire danois et sa cargaison de pillage coincée à Panama
12.05 - 2017 / 12.05 - 2017L'UE veut ignorer l'arrêt de la Cour de justice sur le Sahara
11.05 - 2017 / 11.05 - 2017Glencore sort du Sahara Occidental
11.05 - 2017 / 11.05 - 2017Enel considère son implication au Sahara occupé comme non politique
04.05 - 2017 / 04.05 - 2017 Ballance Agri-Nutrients admet être l'acheteur du fret saisi
04.05 - 2017 / 04.05 - 2017La vidéo du navire saisi
03.05 - 2017 / 03.05 - 2017Un pilleur en route vers la Nouvelle-Zélande retenu en Afrique du Sud
03.05 - 2017 / 03.05 - 2017Des États appellent à l'autodétermination sahraouie au Conseil des DH




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi