Kosmos et Cairn se sont retirés du Sahara Occidental
6474zaragoza_1_610_200.jpg

17 années d'implication d'une compagnie privée américaine d'exploration du potentiel pétrolier du Sahara Occidental ont pris fin.
Imprimez cette page    
La compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy a quitté le Sahara Occidental. Ceci marque la fin de 17 années de présence de grandes entreprises multinationales du secteur pétrolier dans le territoire occupé.

Le retrait a été annoncé sur le site de la compagnie pétrolière nationale marocaine l'ONHYM le 6 février 2018 [ou télécharger]. Il n'y a aucune référence à l'actualité sur le site internet des deux compagnies qui détenaient un permis sur le bloc offshore de Boujdour Maritime.

L'annonce suit de seulement quelques semaines l'information de la fin des opérations de Glencore au large du même territoire. Seules trois compagnies pétrolières mineures sont actuellement engagées dans le cadre de contrats d'exploration pétrolière marocaine au Sahara Occidental : San Leon Energy (Royaume-Uni/Irlande) onshore, New Age (Jersey) et Teredo Oil (Royaume-Uni) offshore.

Western Sahara Resource Watch a été en contact avec Kosmos Energy sur le sujet durant la dernière décennie. Plusieurs investisseurs internationaux ont procédé à la mise sur liste noire de leurs portefeuilles de Kosmos et Cairn en raison de l'irrespect des règles éthiques. Parmi eux, l'un des plus grands actionnaires de Kosmos, le fonds souverain de Norvège en 2016.

Kosmos a commencé à forer au Sahara Occidental occupé
ic_atwoodachiever_namibia16_610.jpg12.01.2015.
Le 19 décembre 2014, la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy a commencé un forage pétrolier au Sahara Occidental occupé, par une transaction illégale avec le régime d'occupation, le Maroc. "La compagnie met de l'huile sur le feu", a déclaré WSRW.

"Le Conseil recommande l'exclusion (de Cairn et Kosmos)... en raison d'un risque inacceptable que les entreprises contribuent à de graves violations des règles éthiques fondamentales par leur exploration d'hydrocarbures au large du Sahara Occidental", a déclaré le conseil éthique du grand investisseur.

"Le Conseil est d'avis qu'aucune distinction ne peut être faite entre les activités d'exploration et d'exploitation dans ce contexte", a ajouté le conseil, non convaincu que les opérations se déroulent conformément aux souhaits et intérêts du peuple".

Lisez le rapport d'octobre 2014 de WSRW intitulé "une plate-forme pour un conflit" sur les forages pétroliers de Kosmos Energy.


L'implication des compagnies privées américaines d'exploration a débuté en 2001, l'ONHYM (alors ONAREP) ayant signé un accord avec Kerr-McGee. Sur la base de ce contrat, le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé à son conseiller juridique de donner son avis sur cette implication. Le Conseil a répondu en janvier 2002 que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental serait illégale si elle ne tenait pas compte des souhaits de la population du territoire.

Pourtant, sans obtenir le consentement du peuple du Sahara Occidental, Kerr-McGee a procédé à deux séries d'études sismiques. En 2006, après de fortes pressions américaines et internationales, il a quitté le territoire, laissant Kosmos Energy, son partenaire minoritaire, reprendre l'exploitation. Kosmos était entré avec un intérêt mineur en 2004.

Alouat proteste contre Kosmos – et reçoit des coups de lame de rasoir
tn_alouat_610.jpg
13.06.2014.
Le directeur d'un établissement pour handicapés au Sahara Occidental a été attaqué par la police alors qu'il sortait dans la rue avec cette affiche.

Read more
Depuis, Kosmos a réalisé plusieurs séries d'études sismiques - la dernière en 2017. Kosmos et Cairn ont fait le premier forage de l'histoire au large du territoire sous 40 ans d'occupation étrangère de 2014 à 2015. Le forage n'a pas donné les résultats espérés.

Les deux compagnies ont partout affirmé que l'exploration pétrolière était légale au "bénéfice de la population" du Sahara Occidental. Kosmos a même construit un site Web dédié www.westernsaharaoil.com. Sur le site de propagande, la conclusion de l'Avis juridique de l'ONU de 2002 était détournée, et déclarait que la légalité de ces opérations devait être en accord avec les "souhaits et les intérêts de la population du territoire". Autrement dit, Kosmos ne tient pas compte des souhaits des Sahraouis et remplace le peuple du territoire par la "population". Le 21 décembre 2016, la Cour de justice de l'UE a fait valoir (paragraphe 106) que l'argumentation sur les bénéfices était dénuée de pertinence.

Sur la base du jugement, le peuple du Sahara Occidental a réussi à retenir des navires participant au pillage.

La déclaration de l'ONHYM du 06 février 2018 explique que "Kosmos Energy ouvre les possibilités de discussions avec l'ONHYM pour un éventuel retour de l'exploration pétrolière au Maroc". Du point de vue de l'ONHYM, cela inclurait le Sahara Occidental. Le texte explique que Kosmos Energy renonçait à la licence pour se concentrer sur ses autres actifs en Afrique de l'Ouest. Il n'y a aucune explication sur les motivations de Cairn.

"Nous nous félicitons de la décision des deux compagnies, qui n'avaient pas le droit de conclure des accords d'exploration avec le gouvernement marocain pour le territoire du Sahara Occidental, compte tenu du manque d'intérêt de Kosmos et Cairn pour respecter les souhaits du Sahara Occidental. Vu leur manque apparent de politiques de droits humains suffisantes, nous attendons des actionnaires qu'ils maintiennent l'exclusion des deux compagnies jusqu'à ce qu'elles garantissent qu'elles ne retourneront pas au Sahara Occidental et qu'elles ont mise en place les bonnes politiques" a déclaré Erik Hagen de Western Sahara Resource Watch.

"Nous appelons les trois compagnies internationales encore actives dans l'industrie pétrolière sur le territoire occupé à se retirer immédiatement", a déclaré à WSRW Emhamed Khadad, membre de la direction du Polisario.

Plus récemment, le 17 janvier 2018, le Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental a demandé l'aide du point de contact national de l'OCDE aux États-Unis pour faire que Kosmos Energy cesse de déformer une déclaration de l'OCDE en Norvège, pratique durant depuis 2013.

Chronologie - Kosmos au Sahara Occidental occupé
  • 29 octobre 2004. Kosmos Energy s'associe à Kerr-McGee pour le "bloc de Boujdour", avec une part de 30%.
  • 7 novembre 2005. Première déclaration de Kosmos Energy du projet de forage au large des côtes du Sahara Occidental.
  • 2006. Kerr-McGee quitte le Sahara Occidental. Kosmos Energy signe un accord pour l'exploitation du "bloc de Boujdour".
  • 2009. Kosmos Energy commande des services sismiques 2D à la société néerlandaise Fugro NV. Les Sahraouis manifestent. Fugro annonce par la suite avoir "décidé de s'abstenir de toute implication ultérieure au Sahara Occidental jusqu'à ce que la situation politique soit résolue".
  • Juillet 2013. BGP Prospector réalise des études sismiques.
  • 25 octobre 2013. Kosmos signe un accord avec Capricorn Exploration & Development Company Limited, filiale détenue en propriété exclusive par Cairn Energy PLC et partenaire du projet Boujdour. Kosmos annonce avoir identifié trois prospects, le plus grand d'entre eux, appelé Gargaa, à 2135 mètres de profondeur. Le nom du bloc devient "Cap Boujdour Offshore".
  • Février 2014. Une présentation de la société Kosmos indique que le navire de forage Atwood Achiever sera utilisé dans la zone de permis d'exploration de Boujdour.
  • Mars 2014. Aker Solutions AS, qui était responsable de la construction et de l'installation du système de forage sur Atwood Achiever, déclare "si nous avions su que l'équipement serait utilisé au Sahara Occidental, nous n'aurions pas signé cet accord". La compagnie a annulé l'accord de maintenance qu'elle avait avec le navire de forage.
  • Mai 2014. BGP Prospector réalise une étude 3D sur le même bloc.
  • Dec 2014 - Fev 2015. La plate-forme Atwood Achiever effectue des forages pour Kosmos sur le bloc.
  • Mars 2017. Kosmos commande une nouvelle étude sismique employant le prospecteur BGP.
  • Octobre 2017. Kosmos mène éventuellement avec une autre série d'études sismiques.
  • 6 février 2018. ONHYM annonce le départ de Kosmos.


    Puisque vous êtes là ...
    Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..

  •     

    Haut de page
    Actualités:

    03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
    24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
    18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
    18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
    18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
    15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
    15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
    30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
    21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
    21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
    10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
    03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental
    02.03 - 2018 / 02.03 - 2018Que fait HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé ?
    01.03 - 2018 / 01.03 - 2018La compagnie maritime des Bermudes abandonne le Sahara Occidental
    28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
    28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'UE et le Maroc annoncent un partenariat de pêche durable
    28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le PE condamne les pourparlers de la Commission sur le Sahara
    28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le Polisario est ouvert à des négociations UE - Sahara Occidental
    28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Les réfugiés sahraouis célèbrent la victoire à la Cour européenne
    28.02 - 2018 / 28.02 - 2018La Cour de l'UE arrête l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental
    24.02 - 2018 / 24.02 - 2018La Cour Sud-africaine nie au Maroc la propriété du P sahraoui
    24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Les États membres de l'UE sont en désaccord sur les engrais toxiques
    24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration
    20.02 - 2018 / 20.02 - 2018Des eurodéputés préoccupés par le rapport à la loi de la Commission
    20.02 - 2018 / 20.02 - 2018La Suède votera contre les négociations sur l'accord de pêche UE-Maroc
    09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Les études se poursuivent sur le bloc de Kosmos Energy
    09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Kosmos et Cairn se sont retirés du Sahara Occidental
    09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Pourquoi WSRW refuse de participer à la consultation UE sur le Sahara
    05.02 - 2018 / 05.02 - 2018Condamnation unanime de la Commission UE par des groupes du Sahara
    05.02 - 2018 / 05.02 - 2018L'UE fait un accord sur le Sahara qui viole le jugement de sa cour




    EN ES FR DE AR


    Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

    Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

    tn_law_hammer.jpg

    Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
    Soutenez Western Sahara Resource Watch

    tn_sjovik_demo_610.jpg

    Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
    Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

    tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

    Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
    Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

    tn_poweringplunder_fr_610.jpg

    Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

    Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





    WSRW.org Archives 2017
    WSRW.org Archives 2016
    WSRW.org Archives 2015
    WSRW.org Archives 2014
    WSRW.org Archives 2013
    WSRW.org Archives 2012
    WSRW.org Archives 2011
    WSRW.org Archives 2010
    WSRW.org Archives 2009
    WSRW.org Archives 2008
    WSRW.org Archives 2007
    WSRW.org Archives 2004-2006






    Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi