San Leon en pause au Sahara occidental occupé pour cause de sécurité
novaseis_610.jpg

Le travail de la compagnie pétrolière britanico-irlandaise, San Leon Energy, au Sahara occidental occupé est retardé, et la société déclare au gouvernement marocain que cela est dû à la "situation de sécurité régionale".
Mis à jour le: 26.04 - 2017 20:05Imprimez cette page    
San Leon Energy s'intéresse depuis une décennie à une licence controversée appelée « Licence Zag » partiellement située au Maroc et au Sahara Occidental occupé.

Le 19 avril, San Leon a déclaré dans un communiqué qu'il essayait d'éviter une pénalité reçue pour ne pas avoir progressé dans ses travaux selon les plans. La compagnie affirme que "la situation de sécurité régionale" justifie le cas de force majeure.

Le partenaire de San Leon sur le bloc PetroMaroc a également publié une déclaration sur le problème le 19 avril, mais sans invoquer la sécurité. La déclaration de PetroMaroc est quelque peu plus vague.

Des milliers de Sahraouis protestent contre San Leon Energy
tn_8666sanleonfoto_610.jpg
De très nombreux réfugiés sahraouis se sont rassemblés pour envoyer un message clair à la compagnie pétrolière irlandaise San Leon Energy qui cherche du pétrole dans leur pays occupé : "San Leon rentrez chez vous". Photos en haute résolution de la manifestation, libre de droit.
Lire la suite
"La compagnie a notifié à l'ONHYM qu'une "force majeure" s'est produite dans le cadre de l'Accord pétrolier en raison de défis financiers, commerciaux et opérationnels sur la licence depuis plusieurs années", a déclaré PetroMaroc.

Ironiquement, les deux entreprises devraient plutôt être préoccupées par les risques juridiques liés à leur exploitation sur le territoire sans le consentement du peuple du Sahara Occidental. Le Maroc occupe le Sahara Occidental depuis 1975.

La Cour de justice de l'UE, a, le 21 décembre 2016, jugé illégal pour l'UE de conclure des accords couvrant le Sahara Occidental sans demander le consentement du peuple sahraoui. San Leon, estime de son côté que le peuple sahraoui n'a aucun rapport avec le consentement.

"Ce n'est pas ... de notre point de vue, et certainement du point de vue de l'organisation et du gouvernement qui émet notre licence, ce n'est pas un peuple représentatif", a déclaré Daniel Martin, avocat de San Leon Energy, à la TV nationale irlandaise le 4 août 2011.

En 2016, le Secrétaire général de l'ONU a déclaré que la déportation marocaine unilatérale des troupes de l'ONU hors du territoire constituait un risque pour la sécurité, car l'ONU ne serait plus en mesure de se conformer à son mandat. Le gouvernement français a réussi à éviter un appel américain au retour immédiat des troupes.

Une publication distincte de San Leon le 19 avril donne également une mise à jour sur les discussions concrètes de la reprise de l'entreprise par les intérêts chinois. WSRW a publié à ce sujet le 4 janvier 2017.

Des milliers de Sahraouis ont marché contre le forage de San Leon Energy sur le territoire. San Leon a effectué un forage sur un autre bloc, Tarfaya, en 2015. C'était le premier forage dans la mer du Sahara Occidental depuis que le Maroc a envahi illégalement le pays en 1975. WSRW a publié en novembre 2016 que le rôle de San Leon sur le bloc Tarfaya n'était actuellement pas clair.

    

Archives:
30.05 - 2017Sahara Occidental: réponses de l'UE sur les négociations commerciales?
18.05 - 2017Un navire danois et sa cargaison de pillage coincée à Panama
11.05 - 2017Glencore sort du Sahara Occidental
03.05 - 2017Un pilleur en route vers la Nouvelle-Zélande retenu en Afrique du Sud
03.05 - 2017Des États appellent à l'autodétermination sahraouie au Conseil des DH
27.04 - 2017Domino de régions espagnoles contre le commerce avec le Sahara
27.04 - 2017La cargaison de sel du Sahara Occidental occupé est aux Pays-Bas
26.04 - 2017San Leon en pause au Sahara occidental occupé pour cause de sécurité
24.04 - 2017Nouveau rapport : le commerce mondial des phosphates du Sahara occupé




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi