L’occupation du Sahara Occidental
La plus grande partie du Sahara Occidental est occupé par le Maroc depuis 1975.
Mis à jour le: 18.09 - 2007 11:45Imprimez cette page    
Le Maroc occupe illégalement et brutalement le pays qui est son voisin, le Sahara Occidental. Tandis que les Sahraouis, le peuple du Sahara Occidental, luttent légitimement pour la liberté, aucun état dans le monde n'a reconnu les revendications marocaines sur le territoire. Le Sahara Occidental est considéré par l'ONU comme la dernière question coloniale restante en Afrique.

L'occupation marocaine est une violation de la déclaration de la Cour Internationale de Justice de La Haye et perdure en violation de plus de 100 résolutions de l'ONU qui appellent à l'autodétermination pour le peuple du Sahara Occidental.

L'ONU a appelé à l'indépendance et la décolonisation de l'ancienne colonie espagnole à partir des années 1960, quand le pays était appelé « le Sahara espagnol » et sous l'autorité espagnole.

Mais l'Espagne, alors dictature sous Franco, après la lourde pression du Maroc et de la Mauritanie, a dénié leur droit aux Sahraouis en automne 1975 et a permis au Maroc et à la Mauritanie d'envahir le Sahara Occidental le 31 octobre de cette année. Le Maroc est entré par le nord, la Mauritanie par le sud. On n'a jamais demandé aux Sahraouis, qui étaient déjà organisés en mouvement de libération contre les Espagnols, ce qu'ils pensaient de cet accord espagnol avec les 2 états voisins.

"Ainsi la Cour n'a donc pas constaté l'existence de liens juridiques de nature à modifier l'application de résolution 1514 (XV) de l'Assemblée Générale des Nations Unies quant à la décolonisation du Sahara Occidental et, en particulier l'application du principe d'autodétermination, grâce à l'expression libre et authentique de la volonté des populations du Territoire."
Cour Internationale de Justice, 16 Octobre 1975
Résumé ou texte complet

"L'Assemblée générale [...] déplore vivement l'aggravation de la situation découlant de la persistance de l'occupation du Sahara occidental par le Maroc et de l'extension de cette occupation au territoire récemment évacué par la Mauritanie"..
Assemblée générale de l'ONU, résolution 34/37, 1979
L'occupation a eu lieu de façon très violente. Comme les armées de l'air marocaines bombardaient les villages du Sahara Occidental avec des bombes au napalm, une majorité des autochtones Sahraouis ont été contraints de quitter leurs maisons et de fuir vers le désert algérien.

La Mauritanie a retiré sa revendication sur le Sahara Occidental en 1979 et a réellement quitté le territoire. Le Maroc est resté, cependant.

Le peuple Sahraoui a proclamé sa République en exil, qui depuis a été reconnue par plus de 80 autres états. Le monde refuse toujours de soutenir la loi internationale et mettre fin à l'occupation.

Le mouvement Sahraoui de libération, connu comme Front Polisario, s’est battu avec l'armée marocaine pendant 16 ans, tenant environ 1/5 de son pays. En réponse, le Maroc a construit un long mur de 2500 km, lourdement fortifié et miné, qui coupe les réfugiés sahraouis de ceux qui vivent toujours dans les Territoires Occupés. En 1991 les Nations unies ont négocié un cessez-le-feu et ont consenti à organiser un référendum dans lequel le peuple sahraoui pourrait voter sur l'avenir du Sahara Occidental. Aujourd’hui, les Sahraouis attendent toujours que le vote ait lieu.

Le Maroc refuse maintenant la mise en place du référendum. Les représentants des Sahraouis ont pourtant accepté que tous les Marocains qui ont été illégalement déplacés dans le territoire puissent voter pour le référendum. Le Maroc a refusé cela aussi. A la place, le Maroc a proposé que le Sahara Occidental soit intégré dans le royaume marocain.

Des dizaines de milliers de Sahraouis vivent toujours sous l'occupation marocaine au Sahara Occidental. Bien que les Sahraouis aient exclu le terrorisme de leur tactique politique, leurs vies et les activités sont sévèrement comprimées par un sévère état sécuritaire.

Le drapeau sahraoui est interdit au Sahara Occidental et tout discours pour l’indépendance de l’état est illégal. Le simple appel au respect des droits de l'homme est assez pour que les organisations ferment et que leurs leaders soient emprisonnés. Pourtant les Sahraouis continuent à se prononcer.

Plus de 500 Sahraouis sont toujours « disparus » dans les prisons marocaines, survivant probablement comme prisonniers politiques. Plusieurs n’ont pas donné de nouvelles depuis plus de 30 ans. Des parents ont été emprisonnés et torturés pour avoir fait campagne afin de connaître la vérité sur leur destin.

Tandis que les Sahraouis sont soumis, dans leur pays, aux violations de droits de l'homme par une puissance coloniale étrangère, la communauté internationale regarde dans la direction opposée.

De nombreux gouvernement usent d'un double langage dans la question du Sahara Occidental. Ils prétendent soutenir les efforts de l'ONU pour trouver une solution au conflit et dans le même temps, ils entretiennent des relations d'affaires avec le Maroc - en territoire occupé.

    

Haut de page

Archives:
14.01 - 2017Key Bay se dirige maintenant vers Las Palmas
07.01 - 2017Nouvelles photos : le Key Bay à l'intérieur du port
06.01 - 2017Voici le navire qui transportera de l'huile de poisson vers l'UE
06.01 - 2017Un 1er navire conteste la décision de la Cour européenne sur le Sahara
04.01 - 2017Le Chinois Geron Energy voudrait le contrôle d'un bloc au Sahara
01.01 - 2017Un bureau de l'OCDE demande à Kosmos Energy de le citer correctement




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi