Jealsa - Rianxeira possède une fabrique à El Aaiun
damsa_02.jpg

L’entreprise espagnole JEALSA, commercialisatrice de la marque de conserves RIANXEIRA, est associée à l’entreprise marocaine Dr Lhoucine DERHEM. L’association, nommée DAMSA, possède à El Aaiun, au Sahara Occidental, une fabrique spécialisée en conserves de sardine et de maquereau.
Mis à jour le: 29.10 - 2008 11:24Imprimez cette page    
Les produits de DAMSA incriminés sont vendus à de divers pays comme l'Espagne, le Maroc, la Syrie ou la Palestine. L'entreprise emploie plus de 200 travailleurs, avec des horaires hebdomadaires autour des 56 heures et des salaires de 230 € (2600 Dirham) mensuel pour un préposé de stérilisation ou 150 € (1500 Dirham) pour un responsable de Contrôle Qualité.

Sous le nom de DAMSA et déclarant dans sa page Web que ses installations se trouvent à "El Aaiun, Maroc", JEALSA bénéficie d'une forme illicite et peu éthique des ressources naturelles du Sahara Occidental.

Jesús Alonso Fernand lui-même, Président de Jealsa Rianxeira, a récemment déclaré dans une interview publiée par le journal El País (29/09/08) que "au Maroc, par exemple, en plus de fabriquer des conserves de sardines, nous faisons de la farine de poisson, nous extrayons l'Oméga 3 de l'huile de poisson ...". Par ces déclarations M. Alonso soutient indirectement l'occupation, puisque ses installations ne se trouvent pas au Maroc mais à El Aaiun, capitale du Sahara Occidental occupé.

Bien que, après avoir reçu nos courriers, ils aient retiré l'information de leur site web, avec un chercheur d'histoire de site nous avons trouvé la page, mais sans image.


web_damsa_01.png

Histoire. La fusion entre les groupes internationaux, le groupe espagnol Jealsa Rianxeira et le groupe marocain Dr Lhoucine DERHEM a donné naissance à Damsa. Spécialisée dans la conserve de sardine et de maquereaux. Damsa s’est toujours fixée de répondre aux normes internationales de qualité, et sa production est totalement destinées à l’exportation aux quatre coins du monde.

web_damsa.png
Le Maroc. Des plages par centaines.
Le royaume du Maroc jouit de 3600 km2 de cote, ce qui permet de le considérer comme la plus grande réserve de pêche du monde, de cela découle l’extrême variété des espèces capturées, reparties en deux catégories :
- Les espèces benthiques : ce sont les espèces qui vivent près du littoral comme la dorade, le colin…
- Les espèces pélagiques : sont des espèces vivant au large, généralement comme la sardine, le maquereau, l’anchois…
Cette grande variété d’origine marocaine est remarquée avant tout à Laayoune (El Aaiun) qui vient aujourd’hui comme le « pôle halieutique national ».
Le port de la capitale des provinces du sud se distingue par une forte activité de pêche caractérisée par une nette domination de pêche pélagique. Avec plus de 380 000 tonnes, Laayoune représente plus de 40% du débarquement national de la pêche côtière et artisanale. Grâce à cette réalisation, Laayoune est aujourd’hui le premier port de pêche du royaume, et c’est aussi le premier port d’Afrique, et pour suivre cette grande dynamique maritime, la ville reçoit la plus grande quantité de pêche d’Afrique, 8600 m2 qui permet une meilleure valorisation des débarquements.


Le courrier envoyé à Jealsa pour WSRW peut se télécharger ici (en espagnol) :

carta Jealsa (422 KB)

damsa_01.jpg

damsa_02.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi