WSRW demande à la Suède de prendre l’initiative
Le 1er juillet, la Suède va prendre la présidence du Conseil Européen. Western Sahara Resource Watch demande dans une lettre le 26 juin 2009 au gouvernement suédois de soulever la question de la légalité de l’accord de pêche UE/Maroc.
Mis à jour le: 28.06 - 2009 17:56Imprimez cette page    
À l’attention du Premier Ministre Suédois Fredrik Reinfeldt,

Cabinet du Premier Ministre
Rosenbad 4
SE - 103 33 Stockholm
Suède

Bruxelles, 26 juin 2009

Cher Monsieur,

Le 1er juillet 2009, le gouvernement suédois prendra la présidence du Conseil Européen. Western Sahara Resource Watch (WSRW) croit que c’est là une excellente opportunité pour engager des discussions substantielles sur la position Européenne dans la question du Sahara Occidental.

Considérant que la poursuite du processus de Barcelone aura lieu sous votre présidence, les relations UE/Maroc viendront assurément à l’ordre du jour. Dans le cadre du renforcement progressif des liens politiques, économiques et culturels entre l’Europe et 16 pays partenaires, dont le Royaume du Maroc, la question de Sahara Occidental ne peut être négligée.

WSRW tient à souligner qu’il ne s’oppose pas à l’établissement de liens particuliers entre l’UE et le Maroc. Toutefois avoir explicitement évité d’aborder la question du Sahara Occidental dans les négociations sur la coopération avancée avec le Maroc, comme les documents sur le processus le sous-tendent, peut mettre en danger la position juridique de l’UE. Ne pas exclure explicitement le Sahara Occidental de la zone géographique d’application des accords de coopération avec le Maroc, que ce soit sous la forme d’un Plan d’Action ou d’un Accord d’Association porte atteinte à la volonté de l’UE de maintenir une position neutre vis-à-vis du conflit au Sahara Occidental. Ne pas aborder l’occupation toujours actuelle du Sahara Occidental par le Maroc, défiant les résolutions de l’ONU, devient un acte politique en lui-même et peut conférer un  caractère de légitimité aux revendications intenables du Maroc sur le pays.

L’actuel accord de partenariat EU/Maroc dans le domaine de la pêche en est un exemple. Comme l’accord ne spécifie pas la zone d’application géographique, cela permet aux navires européens de piller la riche zone halieutique des eaux du Sahara Occidental. Le fait était entièrement prévisible puisque le Maroc occupe et revendique le Sahara Occidental comme une partie du territoire souverain du Maroc et exploite les ressources du Sahara Occidental au mépris des règles juridiques internationales applicables aux ressources naturelles des territoires non autonomes. L’accord a conduit l’ambassadeur Hans Corel à déclarer :

“Comme européen, je me sens gêné. Certes, on pourrait attendre de l'Europe et la Commission européenne - d'entre tous - qu’ils montrent l'exemple en appliquant au plus haut degré les normes juridiques internationales dans les questions de cette nature. En toutes circonstances, j'aurais pensé qu'il était évident qu'un accord de ce type qui ne fait pas de distinction entre les eaux adjacentes au Sahara Occidental et les eaux adjacentes au territoire du Maroc constituait une violation du droit international.”

WSRW est convaincu que la présidence de l’UE fournira à la Suède une excellente opportunité de soulever la question du Sahara Occidental au niveau européen. Bien que la question soit controversée, le débat sur la légalité des accords de partenariat UE/Maroc dans le domaine de la pêche doit être à nouveau ouvert, puisqu’il est maintenant clair que l’agrément a été utilisé pour autoriser les navires européens à pêcher dans les eaux du Sahara Occidental.

Nous sommes conscient que la présidence de l’UE implique un grand degré de consensus, et c’est aussi vrai que des contraintes entravent individuellement les états membres dans l’évolution de leur position nationale  sur les questions conflictuelles. Pourtant, la Suède qui ne tire aucun bénéfice direct de l’Accord est en position d’appeler à des discussions sur l’Accord de Pêche et plus largement à des discussions substantielles sur la position du Sahara Occidental dans les relations EU-Maroc.

Si le statut du Maroc doit être abordé en relation avec l’Union Européenne, cela ne peut se faire sans mentionner le Territoire Non Autonome qu’il occupe illégalement depuis trois décennies. Ce serait une injustice envers le peuple sahraoui, survivant dans les âpres conditions d’une aide humanitaire décroissante et dans le climat inhospitalier des campements de réfugiés dans le désert algérien. Ce serait une injustice envers leurs familles, vivant dans la peur et l’intimidation sous l’occupation militaire Marocaine. Ce serait une offense aux peuples européens, au nom desquels cette injustice est commise.

La Suède a donné un exemple de connaisseur en étant le seul pays à avoir voté contre l’accord de pêche. Voilà pourquoi nous voudrions voir la Suède apporter aux dirigeants politiques l'occasion de réaligner la position de l’Europe sur le droit international.

Sincèrement vôtre,


Sara Eyckmans
Au nom de Western Sahara Resource Watch
www.wsrw.org


WSRW est un réseau international d’organisations et d’activistes recherchant et faisant campagne contre les intérêts marchants étrangers travaillant avec le gouvernement Marocain dans la partie occupée du Sahara Occidental. WSRW travaille en solidarité avec le peuple du Sahara Occidental, il est représenté dans 21 pays de l’UE.


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi