Déclaration du Polisario sur les accord de pêche UE-Maroc, 2006
Déclaration de 16 Mai, 2006.
Mis à jour le: 12.06 - 2011 15:34Imprimez cette page    
DECLARATION
16 Mai, 2006

L'Union Européenne semble s'acheminer inexorablement vers l'adoption de l'accord de pêche avec le Maroc, sans en modifier les dispositions pour le rendre conforme au droit international. Cela constitue une grave et tragique erreur.

A notre profonde indignation, nous constatons que les dispositions de l'accord de pêche conclu par l'Union européenne avec le Maroc ne sont pas applicables aux seules eaux maritimes qui relèvent incontestablement de la souveraineté marocaine, mais s'étendent également et illégalement aux espaces maritimes qui dépendent du territoire du Sahara Occidental.

Ce dernier est pourtant un territoire non autonome, qui fait l'objet d'un processus de décolonisation "il est vrai à ce jour contrarié par le Maroc ", au sens de la Charte des Nations Unies. Le statut du territoire, comme l'ont réaffirmé les Hautes Instances internationales, dont la Cour internationale de Justice, est juridiquement distinct de celui du Maroc, lequel est seulement la puissance occupante au Sahara Occidental. L'État marocain n'est en effet ni la puissance souveraine légitime, ni la puissance administrante légale aux termes de l'article 73 de la Charte des Nations-Unies. « Le Maroc ne figure pas comme la Puissance administrante du Territoire sur la liste des Nations-Unies des Territoires non autonomes. » (avis juridique S/2002/161-BAJ-ONU)

C'est pourquoi toute tentative d'engager des accords incluant l'exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental constitue une violation claire de la loi internationale, une violation du droit du peuple sahraoui à s'autodéterminer et à disposer de ses richesses.

Bien plus, la signature de l'accord de pêche et son application constituent une forme de caution apportée par l'Union européenne au Maroc pour maintenir son occupation illégale du territoire sahraoui, un quitus pour sa politique de répression et d'oppression à l'endroit des populations sahraouies qui y vivent. C'est un encouragement à la poursuite du pillage éhonté des ressources halieutiques du Sahara Occidental, au profit de certains intérêts égoïstes espagnols et marocains. Tant il est vrai que les populations sahraouies du territoire occupé par le Maroc, comme celles vivant en exil dans des campements de réfugiés ne profiteront en aucun cas de cet accord.  Cette perspective de pillage ne rehausse guère la crédibilité de l'Union européenne en tant qu'acteur de premier plan sur la scène internationale.

Le gouvernement espagnol qui, depuis le début, s'est engagé dans toutes sortes de tractations et de manœuvres, a fini par entraîner les États membres de l'Union à violer le droit international à travers l'adoption de cet accord. Accord dont la conclusion prive en outre le peuple sahraoui des ressources qui lui reviennent de droit, et qui aura des implications dangereuses pour toute la région.

Le peuple sahraoui spolié considère cet accord comme nul et non avenu ; il épuisera tous les moyens et recours légaux pour lui faire échec, sachant qu'au regard du droit il revêt le caractère d'une véritable opération de brigandage international. Nous plaiderons auprès de toutes les instances européennes et internationales pour l'invalidation d'un tel accord contraire aux valeurs que les institutions européennes entendent incarner au nom des citoyennes et des citoyens européens.

Mohamed SIDATI
Ministre délégué pour l'Europe
Membre du Secrétariat National du Front POLISARIO

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi