Aminatou Haidar :"l'UE doit reconsidérer le statut avancé du Maroc"
Mis à jour le: 25.11 - 2010 13:25Imprimez cette page    
Dans cette situation si alarmante que connaît le Sahara Occidental, le territoire du Sahara Occidental et surtout les territoires occupés illégalement par le Maroc...

Je pense que l’Union Européenne doit vraiment agir en faveur d’un droit qui est un droit fondateur des Nations Unies - qui est le respect du droit à l’autodétermination par le peuple Sahraoui...

Sachant que toutes ces violations commises par l’état marocain contre la population civile sahraouie sont étroitement liées par le (au) non respect de ce droit...

Et aussi après ce massacre exercé contre une population civile son (dont le) seul crime c’est d’avoir revendiqué le respect de ses droits socio-économiques... c’est un grand argument pour l’UE pour qu’elle exerce des pressions sur le Maroc pour qu’elle (il) se conforme et respecte les clauses et directives des droits de l’homme impliqués dans la structure de l’UE et que le Maroc a déjà signé.

C’est le moment vraiment pour que l’UE rectifie son erreur et révise le Statut Avancé qu’elle a accordé au Maroc, parce que c’est ça la réponse.
Le Maroc maintenant se sent protégé, il a accentué sa répression contre le peuple Sahraoui après ce Statut Avancé.

Je souhaite que la communauté internationale, le Conseil de Sécurité ouvre vraiment les yeux et respecte les droits fondamentaux du peuple Sahraoui.

Et je souhaite aussi que l’Espagne, exactement, et la France jouent un rôle primordial en faveur du respect des droit de l’homme au Sahara Occidental pour vraiment éviter un autre massacre, et pour éviter la violence et les actes violents au Sahara Occidental et surtout pour éviter une guerre civile ouverte entre les Sahraouis et les Marocains.

Le sous-sol du Sahara Occidental est connu pour sa richesse en minerais et surtout les phosphates dont les réserves sont parmi les plus grandes à l’échelle internationale... Et halieutiques, ces ressources suscitent et continuent de susciter les appétits, partout dans le monde, contrairement aux principes fondamentaux du droit international applicables aux territoires non autonomes,

Distinguished members of parliament...

Sous contrôle marocain, aux termes de l’Avis du Service Juridique

We want to spread the message of democracy, so let go that way.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi