La CE propose l’exclusion des eaux du Sahara de l'accord de pêche
La commissaire européenne pour la pêche, Maria Damanaki, évalue la possibilité de négocier un nouvel accord de pêche avec le Maroc qui exclut les eaux du Sahara Occidental. Si cela est approuvé, plus d'un cent navires de l'UE devrait quitter la pêche marocaine. FIS, 17 décembre 2010.
Mis à jour le: 28.12 - 2010 14:05Imprimez cette page    
La CE propose l’exclusion des eaux du Sahara dans le nouvel accord de pêche avec le Maroc

UNION EUROPEENNE
Vendredi 17 décembre 2010, 23:50
Lisez l'article sur FIS.com

La commissaire européenne pour la pêche, Maria Damanaki, évalue la possibilité de négocier un nouvel accord de pêche avec le Maroc qui exclut les eaux du Sahara Occidental. Si cela est approuvé, plus d'un cent navires de l'UE devrait quitter la pêche marocaine.

L'accord actuel court jusqu'à fin février et Rabat n'a pas présenté les renseignements exigés par Bruxelles pour son renouvellement. Par conséquent, la commissaire de la pêche a entamé des consultations avec les autres membres de la Commission européenne (CE) pour un nouvel accord de pêche.

L'UE accorde au Maroc 36,1 millions d'euros par an pour que les navires communautaires pêchent dans ses eaux.

Cet accord de pêche est d'une grande importance politique pour la communauté, car il comprend 119 licences pour les navires européens, dont 100 accordés à l'Espagne.

Mais depuis des mois, les problèmes avec le Sahara ont menacé son renouvellement.

Après un rapport juridique du Parlement européen jugeant que l'accord ne respectait pas les lois internationales, puisque la population sahraouie ne recevait pas de contributions financières de l'UE, alors ils ont demandé au gouvernement marocain de présenter des preuves démontrant que l'accord profite aussi ceux qui vivent dans les villes.

Dans le projet présenté par la commissaire à la pêche, figure la nécessité de résoudre le problème créé par le manque de temps pour l'extension de l'accord, puisqu’il ne reste qu’un petit peu plus de deux mois avant l'expiration de l’accord actuel.

Comme option, le texte suggère également la possibilité d'une solution temporaire, établissant des discussions formelles avec le Maroc, mais sur un protocole qui ne comprend que les eaux au nord de "27° 40' N", latitude qui marque la frontière du Sahara Occidental, rapporte Agrocope.

En outre, les autorités de l'UE cherchent à inclure une «clause droits de l'homme", qui tient compte des avis scientifiques et qu'il y est un «dialogue» et un contrôle pour s'assurer que la pêche est «responsable» et respectueuse de l'environnement.

Les commissaires de la CE qui suivent la question ont jusque février pour faire le projet.

S’ils donnent leur approbation, l'exécutif européen approuvera une recommandation au Conseil des ministres de l'UE pour négocier formellement un règlement avec Rabat pour exclure la côte Sahraouie.

À défaut d'obtenir le soutien nécessaire, Damanaki aura de nouveau à demander au Maroc les informations requises.

Par Silvina Corniola
editorial@fis.com
www.fis.com


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi