Des australiens pour un contrôle sur le phosphate arrivé en Tasmanie
L’Association australienne du Sahara Occidental (AWSA) et les syndicats australiens pour le Sahara Occidental (AUWS) ont contesté lundi l'arrivée à Hobart du minerai de phosphate du Sahara Occidental le disant immoral et illégal en droit international.
Mis à jour le: 04.11 - 2011 14:38Imprimez cette page    
Communiqué de presse
AWSA, AUWS
30 octobre 2011


L’arrivée de l'Allegra est prévue pour ce lundi 31 octobre à Risdon à Hobart avec un chargement du phosphate du Sahara Occidental. L'importateur serait le fabriquant d’engrais Impact Fertilisers Australia  (impactfert.com.au/) du Parc Derwent. Il est utilisé pour la fabrication d'engrais superphosphates, essentiel dans l'agriculture pour l'amélioration des pâturages et de nombreuses cultures. Sans le savoir, les Australiens mangent ce phosphate chaque jour.

AWSA et AUWS demandent aux douanes de vérifier la façon dont le pays d'origine est spécifié pour ce fret dans les documents d'importation. S’il est indiqué Maroc, c’est est faux et doit être corrigé. S’il indiqué Sahara Occidental, alors l'importateur doit produire la preuve que le peuple Sahraoui a consenti à la vente de leur minerai de phosphate.

Le phosphate provient de la mine de Bou Craa au Sahara Occidental, qui est donc son pays d'origine. Il est vendu par une compagnie marocaine, l'OCP (Office Chérifien des Phosphates), ce qui est répertorié comme venant du Maroc. Le Maroc occupe par la force une grande partie du Sahara Occidental (y compris de Bou Craa), et son exploitation des ressources naturelles sahraouies a lieu contre la volonté du peuple originaire, les Sahraouis.

AWSA et AUWS pensent donc que l'importation en Australie de ce phosphate du Sahara Occidental, vendu par le Maroc est contraire au droit international et contraire à l'éthique. Par l'importation de ces matériaux, l'Australie apporte un soutien tacite à un régime brutal qui concasse les droits territoriaux et humains des Sahraouis, à qui les ressources naturelles appartiennent légitimement.

Dans un événement dramatique et inquiétant, trois humanitaires ont été enlevés samedi soir dernier (22 octobre) dans les camps de réfugiés sahraouis.

Personne n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque, et aucune nouvelle n’a été reçu sur le sort des otages, ni sur des demandes ou menaces faites par leurs ravisseurs. Les Sahraouis disent que les ravisseurs sont venus du Mali et sont retournés dans cette direction. Des informations complémentaires sur : arso.org, spsrasd.info / fr
AWSA a fait une déclaration qui peut être lue sur awsa.org.au Voir aussi Pambazuka.org

Les travailleurs humanitaires sont essentiels pour assurer le flux de l'aide internationale sur laquelle les camps de réfugiés sahraouis dépendent et ont toujours dépendu depuis 36 ans. C'était en 1975, quand les Marocains ont bombardé l'ancienne colonie espagnole du Sahara Occidental que plus de la moitié de la population a fui vers l'Algérie voisine. Ils ont trouvé refuge près de la ville de Tindouf au sud-ouest et y ont vécu depuis dans des campements bien gérés où ils ont mis en place leur propre gouvernement en exil démocratiquement élu. C'est un désert aride, où aucun peuple n'a jamais vécu avant et où après 36 ans il y a beaucoup de problèmes.

L'autre partie de la population subissent des difficultés différentes en vivant sous un dur régime militaire et sécuritaire. Sous l'occupation marocaine, il n'y a pas de liberté d'association, de mouvement ou d'expression. Appeler au respect du droit à l'autodétermination qui est requis par les Nations Unies, conduit à l'arrestation et la torture.

"Le gouvernement australien devrait interdire l'importation de phosphates du Sahara Occidental jusqu'à ce qu'un vote d’auto-détermination soit mis en place pour régler ce vieux conflit et décoloniser la dernière colonie d’Afrique", a déclaré Lyn Allison, président de l'AWSA.


Pour d’autres informations
Voir la transcription audio d'une réunion du 5 octobre à l'Australian Institute of International Affairs, "du Sahara occidental et ses phosphates: l'Australie est elle au mauvaise endroit?" Avec Kamal Fadel, représentant du Sahara Occidental en Australie et Tim Robertson SC sur www.aiia. asn.au / Vic-papiers

Cate Lewis  +61 (0)407 288 358
Australia Western Sahara Association (www.awsa.org.au)

Ron Guy +61 (0)428 173 970
Australian Unions for Western Sahara

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi