Total refuse de divulguer le renouvellement
bgp_prospector_geo_service_las_palmas_610.jpg

La multinationale pétrolière française Total, qui détient la plus grande licence au large du Sahara Occidental occupé, déclare qu'elle ne divulguera qu’à la mi-janvier si elle a renouvelé ou non sa licence sur le territoire.
Mis à jour le: 21.12 - 2013 00:01Imprimez cette page    
Ci-dessus : Total a terminé en juillet 2013 un programme de prospection sismique de 12 mois au large des côtes du Sahara Occidental occupé. L'image montre ses navires contractualisés pour les levées sismiques.

Le 2 décembre 2013, la licence de 12 mois de Total au large des côtes du Sahara Occidental a expiré. Le département presse de Total a déclaré aujourd'hui à une organisation suédoise qu'il ne souhaite pas préciser si Total a renouvelé sa licence.

L'accord est très controversé : le Maroc occupe illégalement le territoire, et refuse de coopérer avec l'ONU pour un référendum sur l'indépendance du peuple du Sahara Occidental. La Cour Internationale de Justice a déclaré que les revendications du Maroc ne sont pas fondées, et le département juridique de l'ONU a déclaré que le programme pétrolier de Total viole le droit international si le peuple du territoire n’y consent pas ni n’en profite.

Comme le rapport WSRW de 2013 « injustice totale » le documente, pratiquement tous les groupes sahraouis ont dénoncé les projets de Total plans sur le territoire.

Selon l'un des actionnaires qui s’est désinvesti de Total pour des raisons éthiques au Sahara Occidental, le permis de Total comportait une option de prolongation de 6 mois.

Le service presse de Total a déclaré aujourd'hui à l'organisation suédoise Emmaüs Stockholm que les renseignements sur le renouvellement de la licence ne seraient publiés que mi-janvier, parce que « nous suivons quelques procédures et sommes toujours en discussion avec le Maroc ».

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi