Alouat proteste contre Kosmos – et reçoit des coups de lame de rasoir
alouat_610.jpg

Le directeur d'un établissement pour handicapés au Sahara Occidental a été attaqué par la police alors qu'il sortait dans la rue avec cette affiche.
Mis à jour le: 15.06 - 2014 22:09Imprimez cette page    
Sidi Mohamed Alouat, directeur d'une école pour handicapés à El Aaiun, au Sahara Occidental occupé, est sorti dans la rue le 10 juin pour montrer son opposition à la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy.

Kosmos prévoit de forer au large du territoire occupé, même si l'ONU a déclaré que toute nouvelle exploration ou l'exploitation pétrolière violerait le droit international.

En fait, une plate-forme de forage est bientôt en route vers le territoire  occupé.




Kosmos n'a pas levé le petit doigt pour demander le consentement du peuple sahraoui. De plus en plus de manifestations ont récemment eu lieu contre les projets de Kosmos Energy.

alouat2_350.jpgLe Maroc occupe brutalement le territoire, en violation du droit international, et réprime toutes les manifestations de ce genre. Les partis politiques et les organisations de la société civile qui réclament le droit de l'autodétermination sont illégales.

Plus de 100 résolutions de l'ONU appellent au respect du droit à l'autodétermination, et les revendications du Maroc sur le territoire ont été rejetées par la Cour Internationale de Justice. Le partenariat de Kosmos Energy avec le Maroc est fortement condamné par le peuple du Sahara Occidental.


alouat3_350.jpgAlouat est le directeur de l'école Ibsar Elkhair, et est lui-même porteur d’un handicap physique. Alors qu’il brandissait les banderoles contre Kosmos, il a été attaqué par un groupe de policiers dont l'un était équipé d'une lame de rasoir.

Une des bannières indique (en espagnol) que Kosmos Energy ne doit pas forer dans le territoire.

alouat4_350.jpgWSRW a rapporté en avril un incident similaire. Elfayda Khayya, 18 ans, a été battue par la police pour avoir tenté de filmer ses amies qui essayaient de montrer une affiche similaire. Khayya a écrit à la compagnie : «Comment devrions-nous protester contre votre présence dans notre pays? ». La compagnie n'a pas encore proposé d’idées à Khayya sur la façon dont le peuple devrait exprimer son opposition aux projets de l'entreprise.

Téléchargez ici la vidéo originale en haute définition.Video 1 (27 Mb), Video 2 (72Mb).





    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi