Sidahmed Lemjayed
58 ans
Condamné à la prison à vie par la cour d’appel de Salé en 2017
Mis à jour le: 18.11 - 2014 15:42Imprimez cette page    
sidahmed_lemjayed.jpgSidahmed Lemjayed est né le 1er mars 1959 à Smara, au Sahara Occidental, qui à l'époque était encore une colonie espagnole. Il avait 16 ans quand le Maroc a envahi son pays. Sidahmed vit à présent à El Aaiun. Il n’est pas marié et n'a pas d'enfants.

Sidahmed consacre tout son temps à la cause sahraouie. Il est le président de CSPRON, le Comité pour la Protection des Ressources Naturelles au Sahara Occidental - une organisation qui fait des rapports sur le pillage des abondantes ressources naturelles du Sahara Occidental par le Maroc.

Comme de nombreux Sahraouis, Sidahmed a payé un lourd tribut pour avoir parlé contre la puissance coloniale marocaine. Il a été arrêté et emprisonné en 1999 pour avoir participé à d'importantes manifestations à El Aaiun. Il a été arrêté plusieurs fois en 2005 et emprisonné pendant quelques mois, encore une fois pour avoir participé à de très importantes manifestations pro-indépendance.

En ce qui concerne Gdeim Izik, Sidahmed a été arrêté par des policiers marocains en civil à El Aaiun le 25 décembre 2010. Il a été conduit dans un lieu inconnu où il a été interrogé sous la torture.

Le 17 février 2013, le tribunal militaire marocain de Rabat l’a condamné à la réclusion à perpétuité.

Lemjeiyd a été condamné à la prison à vie en 2017 par un tribunal extraterritorial et a été reconnu coupable de participation à des meurtres et au meurtre de fonctionnaires dans l'exercice de leurs fonctions, dans l'intention de tuer. Lemjeiyd a été reconnu coupable en l'absence de preuves criminelles, car les éléments de preuve principaux contre lui sont les dossiers de police signés sous la torture, soutenus par les témoignages des policiers qui ont écrit les rapports mentionnés ci-dessus et des témoins dont Lemjeyid déclare que les témoignages ont été falsifiés. Lemjeyid a déclaré à la cour d'appel qu'il n'avait rien à voir avec le camp et qu'il n'avait visité le Gdeim Izik qu'en tant que militant des droits de l'homme, où il avait interrogé des participants sur leurs demandes et leurs souffrances. Il a déclaré que toutes les déclarations étaient falsifiées, et qu'il n'avait rien à faire avec elles. Il a été accusé et condamné en raison de son activisme en faveur des droits humains.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi