Havoc signe un accord pétrolier avec la RASD sur le site de Kosmos
camp_610.jpg

Le fonds d'investissement australien Havoc Partners a signé avec le gouvernement sahraoui en exil une part de 50% dans quatre blocs pétroliers du Sahara Occidental occupé. Un de ces blocs contient le site Gargaa, sur lequel la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy va bientôt commencer à forer en collaboration avec le gouvernement marocain.
Mis à jour le: 17.12 - 2014 23:56Imprimez cette page    
Par sa filiale Calima Energy, Havoc Partners a acquis 50% de part de Ophir dans quatre contrats de partage de production pour les blocs Daora, Haouza, Mahbes et Mijek au large du Sahara Occidental. La compagnie pétrolière Ophir avait acquis sa participation de 50% dans les blocs en 2006, en collaboration avec la firme britannique Premier Oil qui détient aujourd'hui encore les autres 50%.

L'accord met Kosmos Energy et Havoc Partners face à face. Les deux compagnies détiennent maintenant un permis d'exploration pour le site du puits Gargaa, qui est dans le bloc Haouza. Kosmos détient un accord avec la puissance occupante le Maroc, Havoc avec le gouvernement sahraoui en exil. Komsos souhaite commencer ses opérations de forage à Gargaa avant la fin de cette année.

Les partenaires fondateurs de Havoc sont impliqués au Sahara Occidental depuis plus de 15 ans. Ils étaient derrière Fusion Oil & Gas quand elle a signé un accord de coopération technique avec la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). Peu de temps après avoir quitté Fusion en 2003, ils ont fondé Ophir Energy plc. en 2004 mais ont ensuite quitté l'entreprise en 2012. Pendant toute cette période, Havoc partners a développé une relation forte avec le gouvernement de la RASD. La RASD, ou République Arabe Sahraouie Démocratique, est un État membre de l'Union Africaine.

Une grande partie du Sahara Occidental est occupée par le Maroc depuis 1975. La souveraineté auto-proclamée du Maroc sur le Sahara Occidental a été réfutée par la Cour Internationale de Justice, et aucun État au monde ne reconnaît la revendication sans fondement du Maroc. Les Nations Unies traitent le Sahara Occidental comme un cas de décolonisation inachevé.

Un avis juridique de l'ONU de 2002 a conclu que toute exploration ou exploitation pétrolière sur le territoire est contraire au droit international si elle n'est pas en conformité avec les souhaits et les intérêts du peuple du Sahara Occidental - les Sahraouis. L'avis a été formulé à la demande du Conseil de Sécurité des Nations Unies quand le Maroc a émis des licences de contrats d'exploration pétrolière au Sahara Occidental en 2001.

En dépit de la clarté de l'avis de l'ONU, le Maroc a signé des accords pétroliers avec une multitude d'entreprises du monde entier. WSRW a actuellement connaissance de sept contrats de reconaissance pétrolière qui ont été accordés par le gouvernement marocain pour les programmes pétrolier sur le territoire sous son occupation.

Le gouvernement sahraoui et le peuple ont à plusieurs reprises exprimé leur opposition aux projets pétroliers du Maroc dans leur patrie occupée. Face à l'échec de l'ONU à contrer les actions de Maroc, le gouvernement sahraoui a lancé son propre programme pétrolier.

Voir aussi le nouveau site Web de la Petroleum & Mining Autority de la RASD.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi