San Leon se heurte au gaz au Sahara Occidental occupé
san_leon_protest_camps_8_august_2015_610x200.jpg

Les opérations de forage d'exploration de la compagnie pétrolière irlandaise San Leon Energy au Sahara Occidental occupé ont révélé la présence de gaz, mais jusqu'à présent, pas du pétrole. La société va demander une nouvelle licence au gouvernement marocain et annonce de nouvelles études sismiques pour explorer les potentiels réservoirs pétroliers.
Mis à jour le: 03.10 - 2015 14:34Imprimez cette page    
San Leon Energy a annoncé le 30 septembre ses résultats provisoires pour les six premiers mois de 2015, avec lesquels il a également commenté son opération de forage récent au Sahara Occidental occupé. Le communiqué de presse de la compagnie stipule que «après la période rapportée, le puits Laayoune-4 sous licence conventionnelle Tarfaya, onshore Maroc, a été foré et suspendu par des présence de gaz, en attendant les travaux sismiques".

La société envisage d'acquérir une étude sismique 3D et peut envisager de re-pénétrer dans le puits sur la base des résultats de cette étude.

"Nous sommes très satisfaits des résultats du puits Laayoune-4. La confirmation de la présence d'émissions de gaz et de la bonne qualité du réservoir sont encourageants pour le potentiel du bloc et conduit naturellement à une demande de nouvelle licence de huit ans dans la région, ce qui permettrait une acquisition sismique complète ", a déclaré le PDG de San Leon, Oisin Fanning.

San Leon Energy a obtenu sa licence pour le bloc pétrolier Tarfaya du gouvernement marocain, alors que le bloc est seulement partiellement situé au Maroc proprement dit. La part du lion du bloc est située juste au sud de la frontière sud du Maroc, au Sahara Occidental, souvent désigné comme la dernière colonie d'Afrique. Le Maroc est fortement présent militairement dans les trois quarts du territoire et a imposé son administration. Aucun pays au monde ne reconnaît la revendication de souveraineté  du Maroc sur le territoire, qui a été réfutée par la Cour internationale de Justice en 1975, quelques jours avant que le Maroc n'envahisse le Sahara Occidental.

Le peuple du Sahara Occidental, qui a le droit internationalement reconnu à déterminer le statut futur du territoire et de ses ressources, a maintes et maintes fois protesté contre la collaboration de San Leon avec le Maroc dans leur patrie occupée. La compagnie affirme toutefois que les Sahraouis "ne sont pas un peuple représentatif" et refuse même de s'engager dans le dialogue avec eux. Comme c'est évident à partir du communiqué de presse cité ci-dessus, San Leon estime que El Aaiun est située au Maroc. L'entreprise adopte ainsi les vues du gouvernement marocain, dont il aide activement sa colonisation du Sahara Occidental par sa participation dans la recherche pétrolière du Maroc sur le territoire.

Les résultats de puits El Aaiun viennent à un moment où San Leon connaît de graves difficultés financières, et chercherait une potentielle offre de prise de contrôle.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi