Le Maroc "dénonce et rejette" les recommandations de l'ONU
Le Maroc réagit furieusement aux recommandations d'un organe des Nations Unies qui énonce que le pays doit respecter les droits du peuple sahraoui à l'autodétermination et sur ses ressources naturelles.
Mis à jour le: 17.10 - 2015 21:15Imprimez cette page    
Cette semaine, le Comité pour les droits économiques, sociaux et culturels a publié ses conclusions après l'examen de la conformité du Maroc avec ces droits. Le Comité appelle le Maroc à trouver une solution au conflit du Sahara Occidental qui respecte le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, et souligne de plus le droit des Sahraouis à disposer de leurs ressources.

Cela n'a pas du tout plu à Rabat. Le gouvernement marocain a publié aujourd'hui vers midi un long document de 10 pages dans lequel il "dénonce et rejette l'approche biaisée et partielle adopté dans la rédaction des observations et recommandations du Comité". Le gouvernement marocain accuse même le Comité - qui est composé de 18 experts indépendants du droit international - d'avoir rédigé sa conclusion avant que les débats avec le Maroc aient eu lieu.

"Ces observations indiquent la partialité flagrante et les préjugés concernant un certain nombre de questions, à savoir, traiter de la dispute régionale artificielle autour du Sahara marocain qui reflète seulement et étonnamment des positions politiques véhiculées par d'autres parties hostiles à l'intégrité territoriale du Maroc", indique le rapport.

Le rapport contient trois pages qui tentent de contrer les recommandations du Comité en ce qui concerne le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à ses ressources naturelles. Les autorités marocaines exigent des clarifications du Comité sur les paragraphes 6, 7 et 8 des Observations finales du Comité - et coïncidence pas sur les trois paragraphes qui traitent du Sahara Occidental.

Parmi ses recommandations, le Comité des Nations Unies mentionne la nécessité de l'obtention du consentement préalable des Sahraouis à toute exploitation des ressources dans leur pays. Cela découle naturellement du principe de l'autodétermination, et est décrit en détail dans l'avis juridique de l'ONU de 2002. Ironiquement, les compagnies pétrolières qui font des travaux d'exploration au Sahara Occidental occupé utilisent également ce même avis juridique pour tenter de justifier leurs activités. Maintenant que le Maroc rejette fondamentalement l'essence même de l'opinion juridique de l'ONU - la nécessité du consentement - les déclarations conjointes des compagnies pétrolières avec le gouvernement marocain sont devenus encore plus absurdes. Ceci est particulièrement pertinent pour l'opération de forage récemment suspendue de San Leon Energy et son annonce de nouvelles enquêtes sismiques.

Western Sahara Resource Watch, ainsi que le centre Robert F. Kennedy, avaient soumis des contre rapports au Comité, exprimant leurs préoccupations et observations sur le fait que le Maroc doit respecter les droits protégés par le Pacte dans les régions du Sahara Occidental qu'il maintient illégalement sous occupation.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi