Le Maroc continue à rejeter les prises accessoires au Sahara occupé
discards_dakhla_21.10.15_610_200.jpg

WSRW a reçu des images de poissons déversés dans le désert près de la ville de Dakhla pour cacher la surpêche. Les photos ont été prises il y a deux jours.
Mis à jour le: 24.10 - 2015 12:30Imprimez cette page    
Ces images ont été prises dans la zone Mheriz, au sud de la ville de Dakhla au Sahara Occidental occupé. Des sources locales affirment que "des centaines de tonnes" sont rejetées "à cause de la pêche non réglementée de la flotte marocaine, qui rapporte plus que sa cargaison, et s'en débarrasse ici".

Bien que cet incident de rejet particulier est attribuée aux pêcheurs marocains qui tentent de cacher leur pêche hors quota, d'autres flottes aussi sont coupables de cette pratique destructrice. Vers la fin de 2013, WSRW a reçu des images montrant un navire battant pavillon de Belize rejetant à la pompe les prises accessoires dans l'océan - un témoignage choquant de la gestion par le Maroc gère les stocks de poissons du Sahara Occidental.

L'Union Européenne, qui pêche illégalement au Sahara Occidental occupé par le biais de son accord de partenariat avec le Maroc, a émis une obligation de débarquement en janvier de cette année. Les pêcheurs de l'UE sont désormais obligés de débarquer des captures non désirées, plutôt que de les jeter dans l'eau. Cette règle est également valable pour les eaux internationales, ce qui est le statut juridique des eaux du Sahara Occidental occupé. Des images comme celles ci-dessous soulèvent la question de savoir si l'obligation de débarquement rendra la pêche plus durable. Alors que les pêcheurs européens peuvent agir de bonne foi et débarquer à terre les captures indésirées, le poisson peut tout aussi facilement être jeté sur la terre, comme cela semble être une pratique courante au Maroc et dans la partie du Sahara Occidental occupé par le Maroc.

WSRW a dans le passé également reçu des photos des rejets sur terre, soit d'énormes tas de poissons indésirables laissés à pourrir dans le désert.

Le Maroc occupe actuellement la plus grande partie du Sahara Occidental, y compris le littoral. Grâce à l'industrie de la pêche, le Maroc parvient à installer un bon nombre de ses propres ressortissants sur le territoire, entravant ainsi une solution au conflit. E, 1975, la Cour internationale de Justice a rejeté les revendications du Maroc sur cette terre. Près de la moitié de la population du Sahara Occidental vit comme réfugiés dans les camps du désert algérien où, par périodes, un enfant sur cinq souffre de malnutrition sévère. Un contraste saisissant avec l'abondance de poissons déversés dans leur patrie occupée.

discards_dakhla_21.10.15_610.jpg

bed7discards_dakhla_21.10.15_b_610.jpg

8984discards_dakhla_21.10.15_a_610.jpg

discards_dakhla_21.10.15_c_610.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi