La Cour européenne annule l'accord commercial entre l'UE et le Maroc
agritrade.jpg

La Cour européenne de justice a ordonné ce matin l'annulation d'un accord commercial entre le Maroc et l'Union Européenne, puisqu'il inclut le territoire du Sahara occidental. "Une décision importante dans l'histoire de l'occupation du Sahara Occidental", déclare WSRW. Conférence de presse à Bruxelles, vendredi.
Mis à jour le: 11.12 - 2015 21:04Imprimez cette page    
WSRW tiendra une conférence de presse à Bruxelles vendredi 11 décembre à 9h00 salle P1C051, bâtiment Paul Henri Spaak.

Le jugement a été rendu par la Cour de Luxembourg à 09h30 ce matin, le texte complet est ici.

La conclusion est la suivante :

La décision 2012/497/UE du Conseil, du 8 mars 2012, concernant la conclusion de l’accord sous forme d’échange de lettres entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc relatif aux mesures de libéralisation réciproques en matière de produits agricoles, de produits agricoles transformés, de poissons et de produits de la pêche, au remplacement des protocoles nos 1, 2 et 3 et de leurs annexes et aux modifications de l’accord euro-méditerranéen établissant une association entre les Communautés européennes et leurs États membres, d’une part, et le Royaume du Maroc, d’autre part, est annulée en ce qu’elle approuve l’application dudit accord au Sahara occidental.

Alors que les parties se sont réunies à Luxembourg cette année, une part importante de l'argumentation du Conseil et la Commission était que le Polisario ne disposait pas du statut juridique pour un tel processus. Les institutions de l'UE reconnaissaient que le Polisario représente les Sahraouis dans les négociations des Nations Unies, mais faisaient valoir que cela ne signifiait pas qu'ils peuvent représenter les Sahraouis devant un tribunal.

Le jugement d'aujourd'hui (point 114) déclare que le Polisario est en effet directement et individuellement affectée par l'accord commercial entre le Maroc et l'UE, et qu'il n'y a «aucun doute» quant à la «recevabilité» de la demande d'annulation.

"Ce jugement montre clairement ce qu'il en est légalement de l'affaire du Sahara Occidental. Ni le Maroc ni l'UE n'ont le droit d'exploiter les ressources du Sahara Occidental. Aucun État dans le monde ne reconnaît les revendications marocaines sans fondement sur cette terre. Si l'UE veut traiter avec les produits du Sahara Occidental, elle doit d'abord consulter le peuple du territoire, pas le Maroc" a déclaré Sara Eyckmans, coordinatrice de Western Sahara Resource Watch (WSRW).

"C'est une bonne journée pour le peuple sahraoui. Espérons que ce sera la première étape de l'arrêt non seulement de l'ensemble du commerce, mais aussi de la pêche de l'UE qui vient de l'ère Franco", a déclaré Eyckmans.

WSRW suit le protocole commercial depuis ses prémisses et avant sa signature. En 2012, WSRW a publié le rapport "Étiquette et responsabilité", décrivant les implications de l'accord.

L'ancien conseiller juridique de l'ONU, Hans Corell, a affirmé dans le passé se sentir "gêné" d'être Européen, à la lumière des accords illégaux de l'UE avec le Maroc. L'UE avait utilisé les déclarations de Corell pour légitimer ses actions. Certains États, comme la Suède et les Pays-Bas, ont été très clairs et énoncé que selon leur interprétation l'ALE avec le Maroc ne peut s'appliquer au Sahara Occidental.

Deux autres affaires relatives au Sahara Occidental sont actuellement traitées par la CJUE. L'une initiée par le même Front Polisario concerne la pêche de l'UE dans la mer du territoire. L'autre est une affaire engagée par Western Sahara Campaign UK concernant l'étiquetage des marchandises, un cas transmis à la CJUE par un tribunal du Royaume-Uni en octobre à 2015.

L'UE est actuellement en négociations avec le Maroc sur un accord de libre-échange approfondi et complet. L'UE a ignoré toutes les demandes de WSRW que soit explicitement exclu de ces négociations le territoire non autonome du Sahara Occidental.

Pour de plus amples commentaires ou des questions, contactez :
Erik Hagen, membre de WSRW, tél +47 45265619
Sara Eyckmans, coordinatrice de WSRW, tél +32 468221440
Julia Finer, Directrice Emmaus Stockholm, tel +46 704880025

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi