Des chômeurs Sahraouis battus pour avoir exigé un emploi
ansari_12.12.2015a_610.jpg

Plusieurs Sahraouis auraient été blessés lors d'une manifestation à El Aaiun, le 12 décembre, pendant laquelle les jeunes exigeait des possibilités d'emploi sur leur propre terre. Parmi eux, un ancien diplômé en droit de 34 ans.
Mis à jour le: 14.12 - 2015 23:23Imprimez cette page    
ansari_12.12.2015_340.jpg"Deux policiers ont arrachés la bannière sur laquelle j'avais écrit que la richesse des ressources naturelles du Sahara Occidental doit me garantir un emploi", a déclaré Ali Abd Ansari, un chômeur sahraoui de 34 ans.

"Ensuite, ils m'ont poussé et m'ont frappé sur les parties vraiment sensibles de mon corps. Je suis tombé sur le sol et j'ai été foulé aux pieds. Je crois que mon nez est cassé ", a déclaré M. Ansari, qui est titulaire d'une maîtrise en droit privé.

Western Sahara Resource Watch était en contact avec Ansari le 13 décembre via un de ses amis.

Le mois dernier, le directeur de l'OCP, Mustapha Terrab, à l'occasion de la célébration du 40e anniversaire de l'occupation marocaine du Sahara Occidental, a promis 500 emplois dans l'usine de phosphate Phosbucraa,à pourvoir en janvier 2016.

Le suivi de cette promesse a été le déclencheur de la manifestation d'hier.

"Lorsque l'OCP a annoncé plus tard les critères de qualification, il est apparu que les possibilités d'emploi iraient à des non-Sahraouis. Vous voyez, les Sahraouis ne sont pas autorisés à suivre certaines filières dans les universités marocaines. Pour postuler il faut des qualifications auxquelles nous n'avons pas accès", a déclaré à WSRW un des participants de la journée d'hier.

Après 40 ans d'occupation, il n'y a pas d'universités au Sahara Occidental.

Environ deux douzaines de manifestants auraient été blessés dans les manifestations du 12 décembre à El Aaiun. WSRW n'a pas reçu de confirmation indépendante sur le nombre de blessés, mais a été en contact avec un des blessés.

La manifestation a eu lieu à 17 heures, sur la rue Matala. Elle était organisée par un groupe se faisant appeler "la coordination sahraouie des diplômés chômeurs et autres défavorisés". La majorité de ceux qui ont manifesté sont dit être titulaire d'un diplôme universitaire. Un des manifestants a raconté à WSRW qu'ils étaient pacifiques et n'avaient pas bloqué le trafic.

Un témoin oculaire affirme que les manifestants ont été attaqués et maltraités par des agents de sécurité en uniforme et en civil. Les Forces auxiliaires marocaines auraient suivi certains des blessés à l'hôpital, où ils ont été harcelés.

La mine de phosphate exploitée  par le Maroc est le plus grand employeur dans le territoire occupé. Maroc a pris la direction de la mine seulement quelques semaines après l'occupation, dans les derniers mois de 1975.  Depuis quelques années, WSRW réalise et publie des rapports annuels sur les lieux d'exportation du minerai de phosphatée. Quatre importateurs ont suspendu les importations du fait de la controverse.

demo_12.12.2015a_400.jpg

demo_12.12.2015b_400.jpg

demo_12.12.2015c_400.jpg

demo_12.12.2015e_400.jpg

demo_12.12.2015f_400.jpg

demo_12.12.2015g_400.jpg

demo_12.12.2015h_400.jpg

demo_12.12.2015i_400.jpg

demo_12.12.2015j_040.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi