Des Eurodéputés opposés aux importations de l'énergie de l'occupation
smara_demo_12.01.05_610.jpg

Alors que la COP22 ferme boutique à Marrakech, un groupe de 51 députés européens ont demandé à  la Commission européenne de faire le nécessaire pour empêcher que l’Union soit impliquée dans les projets d'énergies renouvelables du Maroc au Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 18.11 - 2016 17:08Imprimez cette page    
Alors que le Maroc développe des infrastructures énergétiques dans les territoires occupés du Sahara Occidental, il y a deux dangers pour l'Europe. L’un est les projets controversés soient soutenus, l'autre que cette énergie sale soit importée dans l'Union.

Dans leur lettre, datée du 18 novembre 2016, 51 députés de presque tous les groupes politiques demandent que :
- Les États membres fournissent des informations aux entreprises qui souhaitent investir sur les activités du gouvernement marocain au Sahara Occidental contrairement au droit international.
- L'Union européenne  garantisse que ses importations énergétiques marocaines ne comprennent pas l'énergie du Sahara Occidental et que ses institutions respectent l'engagement de l'UE de ne pas allouer des fonds de l'UE à des programmes au Sahara Occidental.
- Le Secrétaire général des Nations Unies s’assure du respect des résolutions des Nations Unies concernant l'exploitation des ressources naturelles dans un territoire non autonome.

La lettre a été adressée au Vice-Président de la Commission européen, M. Frans Timmermans, au Commissaire européen en charge du Climat et de l’Energie, M. Miguel Arias Canete, et du Secrétaire-général de l’ONU, M. Ban Ki-moon

Plus tôt ce mois-ci, WSRW a publié un rapport décrivant les projets marocains d’étendre la capacité de production d'énergie éolienne au territoire du Sahara Occidental qu'il occupe illégalement depuis 1975. Les projets d'énergie du Maroc au Sahara Occidental, quel que soit le « vert », contribuent à établir l'occupation à un moment où le Maroc refuse de coopérer avec l'ONU pour trouver une solution au conflit.

Cette semaine, le Maroc a annoncé que l'entreprise saoudienne ACWA Power allait développer les premières centrales solaires sur le territoire.

En 2020, la capacité solaire et éolienne du Maroc dans le territoire occupé ferait presque un quart de la capacité totale de l’éolien et du solaire.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi