Battu pour avoir protesté contre ces importateurs de phosphate
complaint_1_phosphate_police_violence_610x200.jpg

Trois Sahraouis ont déposé une plainte contre la brutalité policière à la suite de manifestations contre des entreprises qui importent du minerai de phosphate de leur pays d'origine.
Mis à jour le: 25.11 - 2016 09:34Imprimez cette page    
complaint_1_phosphate_police_violence_350.jpgWSRW a reçu trois plaintes distinctes contre des policiers marocains pour avoir brutalement attaqué des Sahraouis descendus dans la rue pour dénoncer des compagnies telles que PotashCorp, Ravensdown de la Nouvelle-Zélande, Lifosa de la Lituanie et Incitec Pivot d’Australie. Voir l'une de ces plaintes à droite. Cliquez sur la photo pour une plus grande image.

Le 16 novembre, une douzaine de Sahraouis au chômage et des proches d'anciens employés de Phosboucraa - l'usine de phosphate contrôlée par le Maroc dans le Sahara occidental occupé - ont lancé une manifestation devant la wilaya, le bureau du gouverneur d'El Aaiun, capitale du territoire. Ils portaient des bannières et criaient des slogans qui accusent plusieurs importateurs internationaux de minerai de phosphate du Sahara Occidental, y compris les susdits, de ne pas respecter le droit international et de contribuer ainsi à exclure les Sahraouis des possibilités d'emploi.

Presque immédiatement, la police marocaine a dispersé la manifestation. Trois manifestants, El Banbari Mohamed, Jeddna El Abidine et Hamma Sbaai, prétendent avoir été frappés. Le 21 novembre, ils ont chacun présenté une plainte au tribunal local, demandant au Procureur du Roi d'ouvrir une enquête sur la violence policière et de traduire les responsables devant la justice.

Les exportations de phosphates du territoire en 2015 ont été documentées dans notre dernier rapport P pour Pillage, publié le 8 avril 2016.

Les photos ci-dessous sont celles de la manifestation du 16 novembre. Prises avec une caméra de téléphone, la résolution est assez faible.

protest_16.11.2016.jpg

protest_16.11.2016_c.jpg

protest_16.11.2016_b.jpg

99dfprotest_16.11.2016_d.jpg

protest_16.11.2016_a.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi