Le Parlement basque aux Cies : restez à l'écart du Sahara Occidental
siemens_windmills.jpg

Dans une déclaration récente, le Parlement du Pays Basque a demandé à ses entreprises de rester à l'écart du territoire occupé du Sahara Occidental.
Mis à jour le: 08.03 - 2017 12:44Imprimez cette page    
Le 3 mars 2017, le Parlement du Pays Basque, a approuvé ce qu'on appelle une "déclaration institutionnelle" à propos des entreprises espagnoles et basques au Sahara Occidental.

Le texte exprime sa préoccupation sur l'exploitation des ressources "en violation du droit international et européen", et invite les entreprises européennes, espagnoles et basques à ne pas se livrer à des opérations qui prolongent l'occupation.

Le Parlement rappelé à l'obligation d'obtenir le consentement du peuple sahraoui avant d'entreprendre toute activité au Sahara Occidental et a souligné l'impératif pour les entreprises européennes, espagnoles et basques de ne pas être impliquées dans les industries marocaines dans le territoire occupé - telles la pêche, l'agriculture, les minerai de phosphates ou les énergies renouvelables.

La déclaration peut être consultée sur le site Internet du Parlement basque [ou téléchargée], et fait l'objet d'un article l'agence de presse espagnole Europa Press.

La compagnie du Pays Basque impliquée le plus récemment au Sahara Occidental, à la connaissance de WSRW, est Ormazabal, qui a fourni l'équipement nécessaire à la construction des éoliennes que la compagnie nationale marocaine de phosphate, l'OCP, utilise pour le pillage de phosphate, dans le parc éolien de Foum El Oued à Boukraa, au Sahara Occidental.

Voir les références à la livraison basque dans un document de présentation de Ormazabal. Pour de plus amples renseignements sur le parc éolien de Foum El Oued, voir le rapport de WSRW "électrifier le pillage" de novembre 2016.

Ormazabal est basé à Zamudio, à la périphérie de Bilbao. WSRW n'est pas en contact avec la société.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi