Des jeunes Sahraouis chômeurs détournent un bus OCP
5-610x200.jpg

La semaine dernière, un groupe de Sahraouis au chômage, environ 60 d'entre eux, ont détourné un autobus de Phosboucraa pour exprimer leur protestation contre l'exploitation par la société marocaine de la mine de phosphate du Sahara Occidental occupée.
Mis à jour le: 29.03 - 2017 22:18Imprimez cette page    
Dans la nuit du 23 mars 2017, un groupe de 60 Sahraouis auraient pris le contrôle d'un autocar appartenant à Phosboucraa, filiale à part entière de l'OCP, la compagnie nationale de phosphate du Maroc.

L'incident s'est produit à El Aaiún, la capitale du Sahara occidental occupée.

Le groupe local de journalistes sahraouis Équipe Média a rapporté que le groupe de manifestants avait versé de l'essence sur eux-mêmes et menacé de s'auto-immoler.

Le groupe aurait protesté contre "la marginalisation systématique des Sahraouis par le régime d'occupation marocain", citant les violations des droits de l'homme, en particulier le droit au travail décent. Le groupe aurait voulu attirer l'attention sur le fait que le Maroc empêche les Sahraouis de jouir du droit sur les ressources de leur pays.

Les forces de police marocaines auraient réagi en brisant les fenêtres du bus pour faire sortir les manifestants. Les manifestants ont été abondamment arrosé à l'eau. Certains auraient été battus.

La solidarité avec les manifestants s'est propagée comme le feu dans les rues d'El Aaiun, dans les quartiers de Maatala, Inaach, Alquds et La Visite. Des centaines de Sahraouis auraient participé à ces manifestations spontanées, et ont également été victimes de violences policières et de raids destructeurs dans les maisons.

Les images ci-dessous ont été prises avec un téléphone mobile, et ne sont donc pas de haute qualité / résolution.
4-610.jpg

1-610.jpg

3-610.jpg

5-610.jpg

2-610.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi