4 chaînes suédoises s'unissent pour bannir des produits du Sahara
tomato-greenhouse_610.jpg

Quatre grandes chaînes alimentaires suédoises ont déclaré qu'ils ne voulaient plus importer ni vendre des produits du Sahara Occidental occupé, faussement étiquetés « marocains ».
Mis à jour le: 31.01 - 2013 09:18Imprimez cette page    
Les quatre principales chaînes suédoises d’alimentation Axfood, Coop, ICA et Bergendahls/ City Gross ont signé une lettre d'intention avec le réseau suédois de soutien au Sahara Occidental, VästsaharaAktionen, décrivant leurs positions vis-à-vis des importations du Sahara Occidental.

"Les importations en provenance du Sahara Occidental ont gagné en visibilité en Suède en 2010», explique Sören Lindh de VästsaharaAktionen. À l'époque, un documentaire diffusé à la télévision nationale suédoise a révélé que bon nombre des populaires comprimés d’oméga 3 contenaient de l'huile de poisson originaire du Sahara Occidental occupé. En conséquence, la plupart des produits ont été interdits par les magasins et les supermarchés de santé suédois, jusqu'à ce qu'il soit assuré que les produits ne contiennent pas d'huile de poisson du Sahara Occidental.

Mais ce n'est pas seulement les produits oméga-3 qui sont tachés par l'occupation. D’autres produits qui sont susceptibles d'avoir leurs origines au Sahara Occidental ont été trouvés dans les magasins suédois, étiqueté comme étant du Maroc, emballés aux Pays-Bas ou en France.

Axfood, Coop, ICA et Bergendahls / City Gross sont préoccupés par les risques de violation du droit international par l'achat et la vente de ces produits et considèrent problématique la déclaration peu claire des origines, par exemple sur les tomates et les produits de la pêche originaires du Maroc.

Les quatre chaînes ont publié la déclaration d'intention suivante, après leurs entretiens avec VästsaharaAktionen.
"Nous estimons qu'il est incompatible avec nos engagements éthiques d'acheter et de revendre des matières premières et des produits du Sahara Occidental occupé. Cette position est conforme au droit international, et nous voulons rendre notre position claire pour nos consommateurs, détaillants, acheteurs et autres intermédiaires dans notre chaîne d'approvisionnement.
Une indication formelle de l'origine, comme « produit au Sahara Occidental », permettrait d'identifier positivement les marchandises non désirées, et fait encore défaut aujourd'hui. Cela nous impose une attention et  des supplémentaires pour identifier et éviter les produits en provenance du Sahara Occidental tout au long de la chaîne d'approvisionnement.
Nous allons faire preuve de précaution en cas d'étiquetage insuffisant ou incorrect, et essayer d'éviter les éléments d'origines différentes, qui pourraient inclure des produits originaires du Sahara Occidental ».

«L'engagement des chaînes alimentaires fournit une base pour une coopération constructive pour limiter et prévenir le trafic de produits sahraouis en violation du droit international », déclare Lindh. « L'initiative sera bien accueillie par le peuple sahraoui, qui possèdent les ressources de la terre, mais ne bénéficient pas de leur commerce. »

Pour plus d'informations : Soren Lindh, coordonnateur, VästsaharaAktionen 070-399 2769
Lire aussi le rapport WSRW "Etiquettes et responsabilité", qui identifie la route des tomates en Europe et en Suède, et les importations et les ventes en Suède ces dernières années.



    

Haut de page
Actualités:

12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Le salon allemand ne doit pas promouvoir Azura
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Les agriculteurs espagnols contre la fraude en pays occupé
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Contre les importations de phosphate sanglant de Ravensdown, suite
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Imports de phosphate sanglant par les agriculteurs néo-zélandais
17.06 - 2019 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
29.05 - 2019 / 29.05 - 2019Atlas Copco affirme que le pillage marocain du phosphate est légal
20.05 - 2019 / 20.05 - 2019Elections européennes : les votes des candidats sur le Sahara occupé
11.05 - 2019 / 11.05 - 2019HeidelbergCement nous doit une réponse
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019À nouveau de la farine de poisson du Sahara Occidental en Allemagne ?
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Continental esquive la question sur le Sahara Occidental
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Un groupe de construction gréco-néerlandais s'installe à El Aaiun
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019CJUE : Polisario contre Conseil UE sur l'accord agricole UE-Maroc
08.04 - 2019 / 08.04 - 2019Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental
21.03 - 2019 / 21.03 - 2019Le contrat de Continental au Sahara Occidental expire l'an prochain
28.02 - 2019 / 28.02 - 2019Voila les eurodéputés pour l'accord de pêche au Sahara Occidental
25.02 - 2019 / 25.02 - 2019Brême : importante importation controversée de farine de poisson
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Le PE ignore la Cour et adopte un accord de pêche marocain
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Human Rights Watch pour avis de la cour sur l'accord de pêche UE-Maroc
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019110 députés pour le renvoi de l'accord de pêche UE-Maroc à la Cour
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019Le PE traitera-t-il avec un territoire des moins libre du monde ?
06.02 - 2019 / 06.02 - 201998 groupes sahraouis appellent le PE à rejeter l'accord de pêche
04.02 - 2019 / 04.02 - 2019Le navire fuyard des Green Reefer est arrivé à Abidjan
03.02 - 2019 / 03.02 - 2019Ces eurodéputés ont voté pour le commerce avec le Sahara Occupé
01.02 - 2019 / 01.02 - 2019Les fermiers espagnols soucieux de l'accord UE pour le Sahara occupé
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Le Conseil UE refuse la transparence sur l'avis pour l'accord de pêche
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Nutrien garde des liens avec le Sahara Occidental via la chine
25.01 - 2019 / 25.01 - 2019Le navire des Green Reefer fuit les eaux sud-africaines
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Wolverine finalise l'acquisition d'une entreprise controversée
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Un bateau frigo norvégien navigue dans la tanière des lions
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Coromandel : nouvel acheteur de minerais du Sahara Occidental occupé




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi