L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%
map_wind_energy_okt2017_610x200.jpg

D'autres fermes éoliennes sont prévues au Sahara Occidental occupé, et toutes sont dans le portefeuille de la compagnie du monarque marocain NAREVA.
Imprimez cette page    
La part des projets éoliens marocains au Sahara Occidental est beaucoup plus importante que ce que l'on estimait auparavant. De nouveaux calculs de Western Sahara Resource Watch estiment que d'ici à 2020, 40% de la production éolienne du Maroc proviendraient des terres occupées. La plus grande partie est contrôlée par la compagnie du roi marocain lui-même.

En décembre 2016, l'office national marocain de l'électricité a lancé un appel d'offres pour installer un réseau d'électricité à très haute tension dans le « sud du Maroc » - la terminologie marocaine pour ce qui est en fait le Sahara Occidental, un territoire largement et illégalement occupé par le Maroc depuis 1975.

Le programme prévu relierait deux parcs éoliens encore en phase de planification : l'usine d'Aftissat (200 MW) et la ferme de Boujdour (400 MW). Les deux projets appartiennent à Nareva - la branche énergétique de la holding royale SNI. Et les deux fermes seraient construites au Sahara Occidental occupé.

Les travaux sur l'usine d'Aftissat sont déjà en cours. La compagnie britannique Windhoist est en train d'ériger 56 éoliennes Siemens.

map_wind_energy.jpgCes deux nouvelles usines s'ajoute aux deux autres parcs éoliens que Nareva construit dans le territoire occupé dans le cadre du « projet d'énergie éolienne intégrée » : un programme qui comprend la construction de cinq parcs éoliens d'une capacité cumulée de 850 MW. Deux de ces cinq parcs sont situées au Sahara Occidental. L'un d'entre eux, un parc de 100 MW, devrait également être construit à Boujdour. L'autre parc éolien de 300 MW devrait être construit à Tiskrad, une ville proche de El Aaiún, la capitale du Sahara Occidental. Le programme de 850 MW a été accordé à un consortium d'entreprises dirigé par le géant allemand Siemens, associé à l'entreprise italienne Enel Green Power et Nareva.

Cliquez sur la carte à droite ou celle ci-dessous pour une carte légendée en haute résolution.


L'entreprise éolienne du roi marocain n'est pas la seule à avoir innové dans des projets très controversés d'énergie éolienne au Sahara Occidental occupé. Jusqu'à présent, Siemens est impliqué dans pratiquement tous les parcs éoliens du territoire :
  • Siemens a fourni des pièces d'éoliennes pour le parc opérationnel Foum el Oued de 50 MW
  • Avec Enel Green Energy et Nareva, Siemens a remporté l'appel d'offres pour la construction du parc éolien de Tiskrad (300 MW) et de la ferme de Boujdour (100 MW).
  • Siemens fournit les pièces pour la construction du parc éolien d'Aftissat de 200 MW.

    Jusqu'à présent, WSRW n'a pas été en mesure de relier Siemens au parc éolien de 400 MW qui est en cours de construction pour Boujdour.

    Avec les nouveaux parcs éoliens prévus à Boujdour, la part de la production au Sahara Occidental occupé dans la production totale d'énergie d'origine éolienne du Maroc dépasserait 40%.

    En novembre 2016, WSRW a publié le rapport « Électrifier le pillage », documentant les projets éoliens du Maroc au Sahara Occidental. Ce rapport n'incluait pas les projet de parc éolien d'Aftissat, ni de Boujdour de 400 MW. À l'époque, on pouvait calculer que d'ici 2020, la part provenant du Sahara Occidental dans la production totale d'énergie éolienne du Maroc serait de 22,5% (450 MW sur un total de 2000 MW, comprenant des parcs éoliens opérationnels, prévus et en construction). Maintenant, en incluant les deux nouveaux parcs près de Boujdour, cette part irait jusqu'à 40,3% - car il ne semble pas y avoir de nouveaux projets au Maroc proprement dit (dernières données disponibles de juin 2017).

    map_wind_energy_okt2017_610.jpg


  •     

    Haut de page
    Actualités:

    30.03 - 2020 / 30.03 - 2020L'Afrique principal importateur de poisson sahraoui congelé
    23.03 - 2020 / 23.03 - 2020La Commission de l'UE recule sur l'étiquetage des produits du Sahara
    23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Des organisations allemandes condamnent le convoyeur de Continental
    23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Le Parlement européen prêt à atterrir à l'aveuglette
    11.03 - 2020 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
    08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Brexit GB risque de copier les erreurs de l'UE sur le Sahara
    08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Ici l'avis juridique du Conseil de l'UE sur la pêche en eaux occupées
    08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Polisario en justice contre le fonds de pension Kiwi
    24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara
    24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Pourquoi cette déclaration de l'UE continue à disparaître ?
    24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Confirmation: les produits du Sahara Occidental à étiqueter comme tels
    12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Retournement spectaculaire de la CE sur l'étiquetage du Sahara
    12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Appel d'offres du Maroc pour du solaire en territoire occupé
    12.02 - 2020 / 12.02 - 2020AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental
    09.02 - 2020 / 09.02 - 2020CE : les produits du Sahara Occidental sont à étiqueter comme tels
    26.01 - 2020 / 26.01 - 2020Des États demandent à l'Espagne de respecter les droits des Sahraouis
    19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Continental négocie le renouvellement du contrat avec l'OCP
    19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Fugro est de retour au Sahara Occidental occupé
    10.12 - 2019 / 10.12 - 2019La flottille cible un navire pilleur de phosphate
    10.12 - 2019 / 10.12 - 2019WSRW : interrogez l'Espagne sur le Sahara Occidental pour l'EPU
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019 Une plage de conflits prend forme aux îles Canaries
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les inspecteurs néerlandais confirment l'huile de poisson controversée
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers kiwis menacent de ne pas décharger une cargaison du Sahara
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Du sable de conflit pour couvrir la plage des Canaries
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019La COP 25 va-t-elle préciser si elle accepte des projets illégaux ?
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Enel signe un contrat pour la construction du parc éolien de Boujdour
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers neozélandais alertent l'importateur kiwi de phosphate
    05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Hans Corell critique la pêche de l'UE au Sahara Occidental
    10.11 - 2019 / 10.11 - 2019La litigieuse aquaculture turque en question
    10.11 - 2019 / 10.11 - 2019CGG désigne Shell comme responsable de l'étude sahraouie




    EN ES FR DE AR


    Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

    Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

    tn_law_hammer.jpg

    Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
    Soutenez Western Sahara Resource Watch

    tn_sjovik_demo_610.jpg

    Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
    Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

    tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

    Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
    Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

    tn_poweringplunder_fr_610.jpg

    Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

    Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





    WSRW.org Archives 2019
    WSRW.org Archives 2018
    WSRW.org Archives 2017
    WSRW.org Archives 2016
    WSRW.org Archives 2015
    WSRW.org Archives 2014
    WSRW.org Archives 2013
    WSRW.org Archives 2012
    WSRW.org Archives 2011
    WSRW.org Archives 2010
    WSRW.org Archives 2009
    WSRW.org Archives 2008
    WSRW.org Archives 2007
    WSRW.org Archives 2004-2006






    Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi