Le PE critique l'approche de la Commission au Sahara Occidental
La Commission européenne a reçu de vives critiques du Parlement Européen pour sa suggestion d'inclure le Sahara Occidental occupé dans un accord commercial avec le Maroc.
Mis à jour le: 04.07 - 2018 23:09Imprimez cette page    
Le 21 juin 2018, la Commission Européenne a informé la commission du commerce international du Parlement Européen des arrangements commerciaux négociés avec le Maroc pour le Sahara Occidental. L'audience était ouverte au public et peut être consultée ici.

Paramètre au débat, la Cour de justice de l'UE en 2016 a conclu que les accords commerciaux avec le Maroc ne peuvent inclure le Sahara Occidental, sauf avec le consentement explicite du peuple du territoire.

C'était la première audition du Parlement et de la Commission puisque ce dernier avait effectivement présenté l'accord commercial proposé le 11 juin. Au lieu d'avoir demandé le consentement du peuple du Sahara Occidental, la proposition de la Commission a été négociée avec le Maroc et a ensuite consulté une douzaine d'organisations  et d'entreprises publiques marocaines, et de parlementaires élus aux élections marocaines.

Les représentants de la Commission ont affirmé lors de l'audition que les parties prenantes locales au Sahara Occidental avaient été consultées et qu'un accord commercial avec le Maroc couvrant le territoire était au bénéfice de la population (les arguments de la Commission sont expliqués plus loin).

La réunion a été présidée et ouverte par l'allemand S & D Bernd Lange, à la tête du Comité INTA. M. Lange a souligné que son comité n'était "pas content" des développements concernant les plans commerciaux de l'UE pour le Sahara Occidental. M. Lange a déclaré que le comité "ne se sentait pas correctement informé" et que le manque de consultation de la Commission avec le Parlement risquait de créer une relation difficile entre les institutions de l'UE. M. Lange a déclaré que l'INTA mettra en place une mission d'enquête au Maroc et au Sahara Occidental.

Les parlementaires de tous les groupes politiques ont exprimé des opinions critiques sur la proposition de la Commission. (traduction wsrw)

Klaus Buchner (eurodéputé allemand des Verts / ALE) a demandé comment consulter la "population" du territoire répondait à l'exigence de la Cour d'agir conformément aux souhaits du "peuple". M. Buchner a également souligné que 94 des 112 personnes ou organisations censées "consultées" selon la Commission n'ont en fait jamais été contactées par la Commission ou ont refusé de participer à un processus de consultation que la Cour n'a pas demandé. D'un autre côté, M. Buchner a déclaré que les organisations qui ne parlent pas pour le peuple ont été consultées. M. Buchner a également souligné que beaucoup de Sahraouis - étant en prison ou opprimés - ne peuvent pas faire entendre leur voix dans le domaine public.

Anne-Marie Mineur (eurodéputée néerlandaise de GUE / NGL) a demandé pourquoi la Commission n'a pas donné la parole au peuple, au lieu de cette "consultation symbolique", soulignant que cela n'est pas conforme à l'arrêt de la CJUE.

Jytte Guteland (eurodéputée suédoise du S & D) demande pourquoi la Commission se concentre toujours davantage sur les "bénéfices" pour la "population locale" que sur le "consentement". En effet, la Cour précise que l'aspect des bénéfices n'est pas pertinent. Mm. Guteland a également souligné que tout le Sahara Occidental n'est pas actuellement occupé et que les Sahraouis vivant ailleurs ne sont pas représentés. Elle a dit "s'inquiéter" que l'implication de l'UE sabote le processus de paix de l'ONU, et mène également à l'insécurité pour les entreprises européennes.

Florent Marcellesi (député espagnol des Verts / ALE) a demandé comment un accord pouvait être conclu avec le Sahara Occidental sans même aller sur le territoire, sans statistiques commerciales ou compétences. M. Marcellesi a également exprimé son choc que l'on parle de bénéfices sans statistiques pour soutenir de telles revendications. Plus important encore, il a souligné que le dialogue informel que le Polisario a demandé à la Commission européenne plus tôt cette année a été "élevé à une réunion formelle" - ce qui "n'aide pas du tout à créer la confiance", a déclaré M. Marcellesi. Il a interrogé sur la compétence de l'UE et du Maroc en tant que puissance occupante pour mener de telles négociations. M. Marcellesi a également demandé si la Commission pouvait fournir des informations sur les propriétaires réels des entreprises du Sahara Occidental qui pourraient bénéficier de l'accord - la Commission étant silencieuse sur ce point. Il a souligné qu'un nouvel avis de la CJUE devrait être émis sur l'accord proposé avant de pouvoir être voté au Parlement. "Vous nous avez dit pendant 15 ans que vos services juridiques considèrent que l'accord commercial est valide - la CJUE a déclaré clairement que ce n'est pas le cas", a déclaré M. Marcellesi.

Helmut Scholz (eurodéputé allemand de GUE / NGL) a demandé à la Commission pourquoi ils n'étaient pas allés au Sahara Occidental pour parler avec le peuple, car "il n'appartient pas au Maroc". M. Scholz a déclaré, "pourquoi ne pas avoir un accord sans le Sahara Occidental, et avec le Maroc seulement  - comme par ex. font les États-Unis"."Tous les autres processus de suivi ne sont-ils pas beaucoup plus compliqués", a t-il interrogé.

Plusieurs parlementaires ont souligné le manque de transparence de la Commission vis-à-vis du Parlement, par exemple Emmanuel Maurel (France, S & D). Tiziana Beghin (Italie, EFDD) a souligné que l'approche de la Commission n'était pas conforme à l'arrêt. T. Beghin a également demandé à la Commission d'assainir la liste des consultations car elle inclut des organisations qui n'ont jamais été entendues. Elle a mis en doute l'exactitude de l'analyse des bénéfices en termes d'emploi, les travailleurs agricoles du Sahara Occidental étant des travailleurs saisonniers du Maroc - et non du Sahara Occidental.

Salvatore Cicu (eurodéputé italien du PPE) a demandé si la Commission progressait aujourd'hui dans le sens de l'arrêt de la CJUE. "Les audiences tenues sont-elles suffisantes et conformes à la décision de la CJUE ? Parce que sinon, nous verrons plus d'appels et nous allons remettre en question la légitimité de nos actions", a-t-il souligné.

Les explications de la Commission

La Commission européenne était représentée par Sabine Henzler (directrice des affaires internationales et générales de la DG TAXUD), qui a expliqué que la Commission avait un double objectif avec la modification des protocoles commerciaux UE-Maroc : premièrement, créer une base juridique pour le commerce des produits du Sahara Occidental, et, deuxièmement, ce faisant, de veiller à ce que les exportations du Sahara Occidental vers l'UE contribuent au développement socio-économique du Sahara Occidental et de la région élargie du Maghreb.

Mme Henzler a souligné six éléments de la proposition qu'elle considérait comme importants.
1. La proposition, selon la Commission, est conforme à l'arrêt de la Cour de justice de l'UE et au droit international. À l'appui de cette affirmation, la Commission se réfère à sa consultation d'un large éventail de parties prenantes, y compris le Polisario, et à l'analyse approfondie des avantages de la proposition pour l'économie du Sahara Occidental.
[Note de WSRW : La CJUE n'a jamais déclaré la nécessité d'une "consultation" de "parties prenantes", mais la nécessité du "consentement" du "peuple" - voir l'article 106 du jugement. Le Polisario n'a jamais pris part à une consultation, comme le montre sa correspondance avec le service d'action extérieure de l'UE. De tous les groupes répertoriés comme "parties prenantes consultées" en annexe du document de la Commission accompagnant la proposition commerciale, 94 n'ont jamais été consultés, soit parce qu'ils ont refusé de participer, soit parce qu'ils n'ont jamais été invités. Seules 18 personnes et organisations ont été effectivement consultées par la Commission - toutes sont marocaines. ]
2. Le projet de proposition ne portera pas préjudice à la position de l'UE sur le Sahara Occidental, ni au statut du Sahara Occidental dans le processus de l'ONU.
[Note de WSRW : L'UE pourrait-elle signer des traités avec d'autres puissances occupantes dans le voisinage de l'UE, y compris des colonies de peuplement ou des terres occupées, et utiliser le même argument ?]
3. La Commission fait valoir que l'octroi de préférences aux produits du Sahara Occidental sera bénéfique pour la population locale, car il aura un impact positif sur le développement de l'économie du Sahara Occidental et sur le climat des affaires et des investissements dans le territoire. La consultation, affirme la Commission, a montré un fort soutien populaire.
[Note de WSRW : L'article 106 de la CJEU juge non pertinent l'aspect des bénéfices. Considérant que 94 des 112 organisations inscrites à l'annexe de la proposition de la Commission n'ont jamais été consultées, mais ont explicitement condamné les projets de l'UE et demandé à ne fait jamais faire partie d'un processus de consultation, il est factuellement incorrect de prétendre que le soutien est "fort". En outre, et de son propre aveu, la Commission ne peut présenter aucune statistique à l'appui de son affirmation selon laquelle l'accord sera bénéfique pour le Sahara Occidental.]
4. La Commission dit avoir procédé à un vaste exercice de consultation, ce qui témoigne d'un large soutien à la proposition. Selon la Commission, ceux qui s'opposaient à la proposition n'avaient aucun argument concernant l'accord lui-même, mais sur le statut politique futur du Sahara Occidental. "Ainsi, et je tiens à le souligner, leurs objections sont fondées sur des raisons politiques plutôt que socio-économiques et je voudrais souligner que nous discutons ici d'un instrument de politique commerciale, d'un accord commercial. Les groupes qui ont rejeté l'extension des préférences tarifaires au Sahara Occidental n'étaient toutefois pas en mesure d'identifier les effets négatifs de ces préférences pour le Sahara Occidental ". "Pour la Commission, il n'y a pas de contradiction entre le soutien au développement économique au Sahara Occidental et la libre détermination de son statut futur dans le cadre du processus conduit par l'ONU, au contraire, il peut le soutenir".
[Note de WSRW : Il est étrange d'entendre la Commission accuser les autres de poursuivre des objectifs politiques, alors que la seule base de cette proposition est une considération politique : comment relancer les relations tendues et dégradées avec le Maroc. La proposition ne répond pas à l'exigence fondamentale énoncée par la CJUE : le consentement du peuple du Sahara Occidental. Accuser les groupes qui soulignent ce problème juridique d'avoir des motifs politiques, est un cas classique de projection.]
5. Aucune nouvelle préférence ne sera créée.
[Note de WSRW : D'après ce que WSRW comprend, c'est incorrect. La proposition de la Commission inclut une ouverture pour créer des préférences pour les dérivés de phosphate naturel du Sahara Occidental, une industrie généralement mise sur liste noire par la communauté internationale des investisseurs pour avoir violé le droit international]
6. La proposition est importante pour le partenariat UE-Maroc, dans les domaines économique, politique, social et migratoire. Il est important de relancer le dialogue avec le Maroc.
[Note de WSRW : L'argument politique pour construire des partenariats politiques avec le Maroc n'est pas pertinent pour la légalité de conclure un accord commercial avec le Maroc, y compris le Sahara Occidental]

Mme Henzler a déclaré que la Commission suggère de conclure cet accord avec le Maroc car c'est le seul moyen pratique. Selon la Commission, il n'existe pas d'autres institutions ou organismes pouvant assurer un traitement préférentiel ou une collaboration avec les autorités douanières de l'UE. Et, a ajouté Mme Henzler, les deux parties se rencontreront au moins une fois par an pour évaluer s'il est nécessaire d'améliorer la situation de la population du Sahara Occidental.
[Note de WSRW : ce n'est pas un argument valable pour conclure un accord avec le Maroc simplement parce qu'il occupe le Sahara Occidental. Notons également que les réunions annuelles auxquelles Mme Henzler se réfère - dans le cadre d'un soi-disant Comité mixte - seront à nouveau des réunions à huis clos UE - Maroc. Le peuple du Sahara Occidental n'aura même pas voix au chapitre dans cet arrangement affectant son territoire.]

Fernando Perrau de Pinninck (DG TAXUD, unité pour la facilitation des échanges, les règles d'origine et la coordination internationale) a présenté un rapport sur les bénéfices pour le Sahara Occidental. Il se vantait d'avoir une variété de sources pour une analyse des bénéfices pour le Sahara Occidental: sources internes, délégations de l'UE, consultations avec les parties intéressées et les sources marocaines, etc. Le rapport était axé sur l'agriculture, la pêche et les phosphates. Le secteur agricole compte aujourd'hui 6 500 exploitations, soit 35 000 emplois. Il est prévu d'étendre la production jusqu'à 5 fois. Il y a un impact sur les ressources en eau, mais de nouvelles techniques vont minimiser l'utilisation de ces ressources souterraines, a soutenu M. Perrau de Pinninck. Le secteur de la transformation du poisson comprend 141 établissements autorisés à exporter vers l'UE. Une production estimée à 450 millions d'euros. Les exportations vers l'UE valent entre 100 et 200 millions d'euros par an. Il n'y a pas d'exportations de phosphate brut du Sahara Occidental vers l'UE, mais des investissements sont prévus pour produire des engrais et de l'acide phosphorique "qui pourraient être destinés à l'Union européenne". L'impact économique de l'accord est résumé comme permettant aux exportations de produits agricoles et de pêche du Sahara Occidental vers l'UE dans le cadre d'un traitement préférentiel, préservant ainsi / rétablissant les emplois. L'accord entraînerait également des investissements qui entraîneraient la création d'emplois et le développement économique. Ne pas avoir d'accord désavantagerait le Sahara Occidental par rapport aux pays voisins, a déclaré M. Perrau de Pinninck, ajoutant que les futurs investissements dans les secteurs affectés pourraient être compromis. M. Perrau de Pinninck a conclu que l'activité économique serait également déplacée vers le Maroc.

Vincent Piket du Service européen pour l'action extérieure a déclaré que la CJUE ne dit pas qu'il est impossible d'inclure le Sahara Occidental dans l'accord commercial de l'UE avec le Maroc, mais qu'elle doit être explicite et remplir certaines conditions. La première condition concerne le droit international et le processus des Nations Unies. "Quoi que nous fassions, dans le cadre de cette négociation et dans le cadre de cet accord, cela ne portera pas préjudice au processus des Nations Unies, ne favorisera pas une partie ou l'autre partie dans le cadre des négociations et ne portera pas préjudice au résultat du processus des Nations Unies ". Ceci est formulé explicitement dans la proposition, a déclaré M. Piket. La deuxième condition concerne le consentement du peuple du Sahara Occidental et - dixit M. Piket - la question est plus complexe parce que le processus de l'ONU n'a pas été conclu. "A qui parler ?" Le SEAE a donc choisi trois voies : d'abord, les élus du Sahara Occidental au Parlement du Maroc et les conseils régionaux et chambres des régions concernées. La deuxième piste majeure était la consultation avec le Front Polisario ("il y avait quelques sujets à l'ordre du jour mais 90% du temps a été consacré à la discussion sur l'amendement de l'agriculture. La réponse était négative pour des raisons essentiellement politiques qu'ils peuvent expliquer mieux que moi". Et une troisième catégorie a été toute une série d'acteurs non étatiques : des organisations locales, des ONG des droits de l'homme, des organismes socio-économiques, etc. Une fois de plus, la question était de savoir si les interlocuteurs étaient favorables à notre approche et si la conclusion était positive : plusieurs interlocuteurs ont rejeté l'invitation, mais ceux avec lesquels nous nous sommes entretenus ont été très positifs. Le SEAE est convaincu que cette approche générale a été discutée avec les personnes avec lesquelles il devait s'entretenir en matière de consentement.



    

Haut de page
Actualités:

19.09 - 2018 / 19.09 - 2018Plainte du Polisario contre une Cie française de produits de la mer
18.09 - 2018 / 18.09 - 2018Pour comprendre la controverse Neo-Zélandaise sur les phosphates
18.09 - 2018 / 18.09 - 2018Les litigieuses importations US du Sahara Occidental c'est fini
17.09 - 2018 / 17.09 - 2018Poisson congelé volant du Sahara Occidental occupé vers l'Espagne
02.09 - 2018 / 02.09 - 2018Mission d'information du Parlement européen au Sahara Occidental
22.08 - 2018 / 22.08 - 2018ISOCARD fait marche arrière sur la conférence chameaux hors du Sahara
22.08 - 2018 / 22.08 - 2018La Suède : l'accord commercial UE-Maroc va contre la justice UE
14.08 - 2018 / 14.08 - 2018Bitcoins : controverse sur le parc éolien géant au Sahara occupé
03.08 - 2018 / 03.08 - 2018Le Maroc n'accorde aux Sahraouis que 5% des permis de pêche à Dakhla
26.07 - 2018 / 26.07 - 2018La Cour confirme : l'accord de pêche UE-Maroc n'inclut pas le Sahara
26.07 - 2018 / 26.07 - 2018Vaste étude pétrolière russo-sino-britannique au Sahara Occidental
25.07 - 2018 / 25.07 - 2018Nouvel accord de pêche UE-Maroc : le Sahara Occidental est inclu
25.07 - 2018 / 25.07 - 2018Un acteur clé quitte la scène du phosphate sale du Sahara Occidental
25.07 - 2018 / 25.07 - 2018De la farine de poisson du Sahara occupé déchargée en Allemagne
22.07 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
18.07 - 2018 / 18.07 - 2018Pris en flagrant délit au Sahara Occidental occupé
17.07 - 2018 / 17.07 - 2018Le Polisario condamne l'approbation du Conseil
17.07 - 2018 / 17.07 - 2018Conseil UE ok : Sahara Occidental inclus à l'accord commercial Maroc
16.07 - 2018 / 16.07 - 2018Les navires UE chez eux : pas de nouvel accord de pêche UE-Maroc
06.07 - 2018 / 06.07 - 2018Le PE soutient l'autodétermination - scission sur l’arrêt de la CJUE
05.07 - 2018 / 05.07 - 2018Berlin sceptique - trompé par la Commission européenne
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018Les Sahraouis contre les plans commerciaux de l'UE pour le Sahara
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018C'est ainsi que la Commission européenne viole la décision de la CJUE
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018Le Maroc exige deux fois plus d'argent pour la pêche de l'UE au Sahara
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018Le PE critique l'approche de la Commission au Sahara Occidental
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Maersk lâche les transports du minerai litigieux du Sahara occupé
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Nouvelle action en justice Polisario contre accord de pêche UE-Maroc
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Polisario / Conseil UE devant la Cour : accord aérien avec le Maroc
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Nouveau livre sur le pillage du Sahara Occidental
17.06 - 2018 / 17.06 - 2018La CE trompe les États de l'UE sur les échanges avec le Polisario




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi