Mission d'information du Parlement européen au Sahara Occidental
2512ocp_protest_17_december_2016_600_200.jpg

Un groupe de parlementaires européens est sur le point de se rendre dans les régions occupées du Sahara Occidental pour déterminer si l’inclusion du territoire dans l’accord commercial avec le Maroc est une bonne idée.
Mis à jour le: 02.09 - 2018 16:38Imprimez cette page    
La première mission d’enquête officielle du Parlement européen au Sahara Occidental aura lieu du 2 au 5 septembre.

La mission a été mise en place par la commission du commerce international du Parlement, qui examine actuellement le système commercial pour le Sahara Occidental tel que proposé par la Commission européenne et qui nécessite toujours l'approbation du Parlement.

L'accord commercial couvrant le Sahara Occidental a été discuté après un arrêt par la Cour de justice de l'Union européenne rendu en 2016, concluant qu'aucun accord de commerce ou d'association UE-Maroc ne pouvait être appliqué au territoire, sauf avec le consentement du peuple du Sahara Occidental. La réaction furieuse du Maroc - considérée par l'UE comme un allié important dans la lutte contre les migrations et le terrorisme - a incité la Commission européenne à négocier un nouvel accord commercial avec Rabat, qui inclurait explicitement le Sahara Occidental dans sa portée géographique. Un accord a été paraphé avec les Marocains en janvier 2018 et accepté par les États membres de l'UE en juin de cette année, mais nécessite toujours le feu vert du Parlement européen pour entrer en vigueur.

Lire aussi : Palestine, Crimée, Sahara Occidental : l'UE cherche la cohérence
tn_parliamentreport_610.jpg
Le Département des politiques externes du Parlement Européen a publié un rapport sur la nécessité d'une politique cohérente de l'Union Européenne en ce qui concerne les trois occupations du Sahara Occidental, de Palestine et de Crimée. Dans les trois cas, le pillage est illégale, indique le rapport.
Lire la suite.
Avant qu'un vote ait lieu en session plénière, prévue pour décembre 2018 ou janvier 2019, le Comité du commerce international (INTA) du Parlement émettra un avis, conseillant au Parlement d'accepter ou de rejeter l'accord commercial proposé sur le Sahara Occidental. La rapporteuse, Patricia Lalonde (française, ADLE), devrait présenter son projet d’avis mi-octobre, qui sera voté en commission en novembre. Dans le cadre de l'évaluation de la proposition par le comité, il a été décidé de mettre en place une mission d'enquête sur le territoire. La mission d'enquête serait composée de cinq députés de différents groupes politiques.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a résumé cette semaine les principales préoccupations concernant l’approche de la Commission en matière de renégociation. Téléchargez ici le document WSRW "faits alternatifs de la Commission européenne concernant le projet d’accord commercial pour le Sahara occidental".

D'après ce que WSRW comprend, la mission ne visitera que la partie du Sahara Occidental qui est sous occupation militaire marocaine. Il ne voyagera pas dans la partie du Sahara Occidental qui est administrée par le Polisario ou dans les camps de réfugiés sahraouis en Algérie. WSRW a été informé que le programme envisagé consisterait en grande partie en des réunions avec des entités marocaines, telles que des opérateurs économiques et des individus ayant un intérêt dans le maintien de l'occupation marocaine, comme des politiciens élus lors des élections marocaines sur le territoire. Deux heures seulement auraient été réservées pour rencontrer de véritables groupes sahraouis.

Le 31 août, le Parlement européen a publié un communiqué de presse sur la mission, déclarant que le but de la visite était d'évaluer si la proposition d'accord commercial sur le Sahara Occidental "bénéficie d'un soutien local". Cela va à l'encontre de la décision de la CJUE sur le Sahara Occidental, concluant que le consentement du peuple du Sahara Occidental est requis pour appliquer un système commercial UE-Maroc au territoire. Le CP poursuit que la mission rencontrera des "représentants officiels du territoire", ce qui est manifestement erroné : aucun des interlocuteurs cités n'est le représentant officiel du Sahara Occidental. Compte tenu de l’élaboration de la visite avant son départ, il est peu probable que le résultat de la mission soit autre chose qu’une simple validation de la proposition illégale de la Commission.

Les représentants du Sahara Occidental sceptiques sur la mission
Le Front Polisario, le représentant du peuple du Sahara Occidental reconnu par l'ONU, a publié un communiqué de presse le 2 septembre 2018, déclarant que "les institutions de droit marocain n'ont aucun droit pour s'exprimer en lieu et place du peuple du Sahara Occidental." Le Polisario invite également la mission du Parlement à visiter "la partie du Sahara Occidental libérée de l'occupation marocaine".
Téléchargez ici le communiqué de presse du Polisario
"Peu d'ambition, beaucoup de propagande", déclare Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch. "Étant donné que la Cour insiste sur la nécessité d'obtenir le consentement du peuple du Sahara Occidental, il serait logique que la mission s'efforce réellement de rencontrer le peuple du Sahara Occidental. Beaucoup d'entre eux ont fui l'occupation marocaine. Et ceux qui souffrent sous l'occupation se voient offrir une seule plage à l’ordre du jour, en contraste frappant avec le nombre de rencontres avec des acteurs ou agents marocains de l’occupation. Contrairement à son appellation, cela ressemble plus à une mission de "désinformation". Pourquoi se préoccuper de mobiliser les parlementaires jusqu'à El Aaiun (Laayoune) alors qu'ils ont largement accès au discours marocain à Bruxelles ? »

Le peuple du Sahara Occidental, identifié par la Cour comme la partie qui doit consentir à un accord commercial affectant son territoire, n’a pas été contacté sur cette proposition de regrouper sa patrie occupée avec le Maroc. En fait, la Commission européenne n'a fait aucun effort pour obtenir son consentement. Détournant l’attention de cette question essentielle, la Commission a engagé un processus de consultation dans lequel elle n’a entendu que des élus et des opérateurs économiques marocains affirmant à tort que la représentation sahraouie, le Front Polisario et des dizaines de groupes de la société civile sahraouie y avaient également pris part.

Le peuple sahraoui a manifesté sans équivoque sa protestation contre le projet de l'UE d'étendre l'accord commercial avec le Maroc au Sahara Occidental, sans au moins demander leur autorisation.

WSRW attend des eurodéputés qui font partie de la mission qu'ils répondent aux 10 questions suivantes à leur retour :

1. Comment vous êtes vous assurés l'indépendance du programme et de vos mouvements sur le terrain ?
2. Des représentants officiels marocains vous ont-ils accompagné tout au long de la visite et lors de vos réunions ?
3. Le personnel de la délégation de l'UE au Maroc et de l'ambassade des États membres au Maroc vous a-t-il accompagné sur le territoire ?
4. Qui avez-vous rencontré et quelle était la part d'interlocuteurs sahraouis authentiques, par opposition aux voix pro-marocaines, dans votre programme de deux jours ?
5. Avez-vous consulté la MINURSO et le bureau de l’Envoyé spécial des Nations Unies Horst Koehler avant et pendant votre voyage ?
6. Pourquoi n'avez-vous voyagé ni dans la partie du Sahara Occidental hors occupation marocaine, ni dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf ?
7. Avez-vous soulevé la question de savoir comment le consentement du peuple du Sahara Occidental a été obtenu par la Commission européenne ?
8. Comment évaluez-vous les bénéfices qui découleraient de l'accord proposé pour le peuple du Sahara Occidental dans son ensemble (dans les territoires occupés, dans les territoires libérés et dans les camps) ?
9. Quelles ont été vos impressions sur la situation des droits de l'homme, notamment la liberté d'expression et d'association, dans les territoires occupés ?
10. Quelles sont les prochaines étapes et le suivi de votre mission ?



    

Haut de page
Actualités:

23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Wolverine finalise l'acquisition d'une entreprise controversée
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Un bateau frigo Norvégien navigue dans la tanière des lions
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Coromandel : nouvel acheteur de minerais du Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Les groupes sahraouis, encore une fois, interpellent l'UE
11.01 - 2019 / 11.01 - 2019WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale
09.01 - 2019 / 09.01 - 2019Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
18.12 - 2018 / 18.12 - 2018Manifestation en Nouvelle-Zélande contre les phosphates conflictuels
11.12 - 2018 / 11.12 - 2018INTA approuve un accord malgré la condamnation des Sahraouis
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018Démission de la rapporteure PE pour l'accord commercial sur le Sahara
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018La raison du refus de transparence du Conseil de l'UE sur le Sahara
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Airbnb met le Sahara Occidental occupé dans le Maroc
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018SiemensGamesa prolonge massivement son contrat éolien
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Le Conseil approuve un nouvel accord de pêche, la Suède s'oppose
05.12 - 2018 / 05.12 - 2018La Cour européenne de justice invalide l'accord aérien au Sahara
04.12 - 2018 / 04.12 - 2018Un nouveau joueur en terrain miné au Sahara Occidental
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Les ambassadeurs de l'UE approuvent l'accord de pêche du Sahara
28.11 - 2018 / 28.11 - 201895 groupes sahraouis : UE, ne prend pas nos poissons !
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Le Polisario au SEAE : de quoi est il vraiment question ?
25.11 - 2018 / 25.11 - 2018Révélation : agenda marocain pour la rapporteur du PE sur le Sahara
24.11 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Le Conseil UE doit divulguer ses avis juridiques sur le Sahara
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Les réfugiés sahraouis manifestent contre ABB
21.11 - 2018 / 21.11 - 2018Go ! La CE commence sa pression sur le PE pour le poisson volé




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi