L'UE redessine les frontières pour commercer avec le Sahara Occidental
map_610.jpg

WSRW a demandé à la Commission européenne de préciser en quoi l'application de l'accord commercial proposé pour le Sahara Occidental à la seule partie du territoire sous occupation marocaine était conforme à son obligation de respecter l'intégrité territoriale.
Mis à jour le: 28.10 - 2018 22:13Imprimez cette page    
Alors que le Parlement européen cherche à évaluer s'il va ou non soutenir l'extension de l'accord commercial UE-Maroc au Sahara Occidental, de plus en plus de questions se posent.

minurso_map350.jpgWestern Sahara Resource Watch (WSRW) a adressé plusieurs questions à la direction générale de la fiscalité et des douanes de la Commission européenne (DG TAXUD), qui a dirigé la négociation de l'accord commercial entre le Sahara Occidental et le Maroc - le royaume d'Afrique du Nord qui maintient deux tiers du Sahara Occidental sont sous contrôle militaire depuis 1975. La question concerne l'application territoriale de l'accord proposé, qui semble se limiter à la partie du Sahara Occidental qui est sous occupation marocaine. Dans le même temps, le droit international impose à l'UE de respecter le principe de l'intégrité territoriale.

Retrouvez les questions de WSRW à la DG TAXUD dans le courrier ci-dessous (ou téléchargez en anglais).

La photo à droite montre la carte qui se trouve sur le site de la MINURSO, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental. La ligne rouge représente le mur construit par l'armée marocaine pendant les années de guerre. Ce mur de sable fortifié par l'armée, s'étend sur 2 700 km, abrite 100 000 soldats marocains et les champs de mines les plus denses du monde. Cliquez sur la photo pour l'agrandir, ou téléchargez-la ici de la page de la MINURSO.

"Nous considérons qu'il est important que la Commission fournisse des éclaircissements afin que les membres du Parlement européen puissent prendre une décision en connaissance de cause. C'est comme si l'UE voulait négocier un accord commercial avec la Nouvelle-Zélande pour l'Australie mais mis en oeuvre seulement suer la Tasmanie. La signature d'un accord avec le Maroc couvrant le Sahara Occidental sans l'autorisation des Sahraouis constitue clairement une violation du droit européen et du droit international d'abord, mais encourage aussi les modifications des frontières ou la partition d'un territoire, simplement pour un accord commercial" affirme Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch. "Si l'argument est le développement du territoire, alors pourquoi devrait-il être limité à la partie sous occupation marocaine ? bizarre pour acteur qui se dit neutre dans le conflit."



To the attention of Pierre Moscovici
European Commissioner of Economic and Financial Affairs, Taxation and Customs

Brussels
24 October 2018

Re. the partial territorial coverage of the proposed amendment to the EU-Morocco Association Agreement

Dear Commissioner,
Western Sahara Resource Watch is privileged to write to you. We wish to express our concerns about, and ask for your clarifications regarding, the territorial coverage of the proposed amendments to Protocols 1 and 4 to the Euro-Mediterranean Agreement establishing an Association between the European Communities and their Member States, of the one part, and the Kingdom of Morocco, on the other part.
As is reported in the Commission’s own Staff Working Document, Western Sahara is a divided territory: during the years of war, the Moroccan army undertook to construct a 2700km long wall that runs from the Moroccan-Western Sahara border southward across the territory, and into Mauritania. Today, that wall - where reportedly 100,000 Moroccan soldiers are stationed and which are effectively surrounded by the world’s densest mine-fields - continues to split the territory in two parts: about two-thirds of the territory are controlled by Morocco, while the remaining third is under control of the Front Polisario.
The part that is controlled by the Front Polisario - east of ‘the Berm’ - includes a coastal area, and areas that are being cultivated. Trade in agricultural, and to a lesser extent fisheries-, products is possible, and there is good potential to expand these sectors. It is our view - and we presume the European Commission to share it - that the people living on both sides of the Berm have a right to development. Accordingly, we find it concerning that the European Commission has the view that the currently proposed amendment to the EU-Morocco Association Agreement, which aims at integrating Western Sahara into the agreement’s territorial scope, will only apply to the area that is under Moroccan control, since the Joint Declaration explicitly states that the goods concerned are those “subject to controls by the Moroccan customs authorities”.  We also refer to the Staff Working Document, which reads that “this report uses the term ‘Western Sahara’ to refer to the part of the territory administered de facto by Morocco”.  We would be grateful if you could provide an answer to the following questions:
1. Can you confirm that the proposed amendment to the EU-Morocco Association Agreement does not cover the part of Western Sahara that is outside of Morocco’s control or goods originated therein?
2. If so, how does the agreement comply with the EU’s Treaty-based obligation to respect international law, of which the respect for the principle of territorial integrity is an integral component?
3. Is there a precedent for an EU agreement with a third territory that has only partial territorial coverage?
4. What is foreseen in order to allow EU trade with and in the part of Western Sahara that is under control of the Front Polisario?
5. How will you ensure that the agreement does not discriminate against the population living in the part of Western Sahara that is outside the coverage of the agreement?
6. How does the European Commission assess the partial coverage of the agreement to be in line with its stated commitment not to prejudice the status of the territory or the UN peace process, when in practice it will effectively reinforce the division of the territory through contributing to the development of only one part?
We would be grateful for your swift reply, as clarifications on this issue seems fundamental and urgent in order to ensure an open and transparent public debate over the Commission’s proposal and to allow Members of the European Parliament to make informed decision when they will vote on the proposal.
We look forward to hearing from you.
Sincerely,

Sara Eyckmans
Coordinator
Western Sahara Resource Watch
coordinator@wsrw.org



A copy of this letter has been sent to:
- HE Horst Köhler, Personal Envoy of the UN Secretary General for Western Sahara
- HE Colin Stewart, UN Special Representative for Western Sahara and Head of the UN Mission for the Referendum in Western Sahara (MINURSO)



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..




    

Haut de page
Actualités:

17.06 - 2019 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
29.05 - 2019 / 29.05 - 2019Atlas Copco affirme que le pillage marocain du phosphate est légal
20.05 - 2019 / 20.05 - 2019Elections européennes : les votes des candidats sur le Sahara occupé
11.05 - 2019 / 11.05 - 2019HeidelbergCement nous doit une réponse
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019À nouveau de la farine de poisson du Sahara Occidental en Allemagne ?
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Continental esquive la question sur le Sahara Occidental
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Un groupe de construction gréco-néerlandais s'installe à El Aaiun
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019CJUE : Polisario contre Conseil UE sur l'accord agricole UE-Maroc
08.04 - 2019 / 08.04 - 2019Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental
21.03 - 2019 / 21.03 - 2019Le contrat de Continental au Sahara Occidental expire l'an prochain
28.02 - 2019 / 28.02 - 2019Voila les eurodéputés pour l'accord de pêche au Sahara Occidental
25.02 - 2019 / 25.02 - 2019Brême : importante importation controversée de farine de poisson
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Le PE ignore la Cour et adopte un accord de pêche marocain
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Human Rights Watch pour avis de la cour sur l'accord de pêche UE-Maroc
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019110 députés pour le renvoi de l'accord de pêche UE-Maroc à la Cour
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019Le PE traitera-t-il avec un territoire des moins libre du monde ?
06.02 - 2019 / 06.02 - 201998 groupes sahraouis appellent le PE à rejeter l'accord de pêche
04.02 - 2019 / 04.02 - 2019Le navire fuyard des Green Reefer est arrivé à Abidjan
03.02 - 2019 / 03.02 - 2019Ces eurodéputés ont voté pour le commerce avec le Sahara Occupé
01.02 - 2019 / 01.02 - 2019Les fermiers espagnols soucieux de l'accord UE pour le Sahara occupé
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Le Conseil UE refuse la transparence sur l'avis pour l'accord de pêche
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Nutrien garde des liens avec le Sahara Occidental via la chine
25.01 - 2019 / 25.01 - 2019Le navire des Green Reefer fuit les eaux sud-africaines
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Wolverine finalise l'acquisition d'une entreprise controversée
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Un bateau frigo norvégien navigue dans la tanière des lions
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Coromandel : nouvel acheteur de minerais du Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi