Le PE divisé sur le flou d'un accord sur le Sahara Occidental
parliament_610.jpg

Les membres du Parlement Européen demandent plus de clarté avant de voter sur l'accord commercial pour le Sahara Occidental proposé par la Commission. Dans le même temps, 93 groupes de la société civile du Sahara Occidental déplorent le manque de sérieux du rapporteur du Parlement.
Mis à jour le: 06.11 - 2018 23:07Imprimez cette page    
Hier, 5 novembre 2018, Patricia Lalonde (parti libéral français) a présenté à la commission du commerce international du Parlement européen (INTA) son rapport sur l'extension de l'accord commercial UE-Maroc au territoire du Sahara Occidental sous occupation marocaine. La députée européenne Lalonde est favorable à l'extension, affirmant qu'elle apportera des avantages aux "populations locales" et que le développement du territoire doit être poursuivi. Elle a affirmé avoir été témoin de ce développement de première main et a présenté son rapport sur la mission d'enquête INTA au Sahara Occidental début septembre. Trouvez ici ce rapport de mission et son évaluation par Western Sahara Resource Watch.

La Société civile du Sahara Occidental : "Le rapport de l'eurodéputée Lalonde n'a pas de fondement"
protest300.jpg
93 groupes de la société civile du Sahara Occidental ont envoyé le 5 novembre 2018 un courrier aux Parlementaires européens leur demandant de suspendre l'évaluation de l'accord commercial proposé par le Parlement jusqu'à ce que les problèmes clés soient résolus, soit le respect de l'intégrité territoriale du Sahara Occidental et du droit du peuple à donner son consentement.
"Les conclusions favorables du projet de rapport de l'eurodéputée Lalonde à l'application de l'accord de libéralisation UE-Maroc au Sahara Occidental sont sans fondement, en l'absence d'une enquête approfondie et rigoureuse. Le rapport est biaisé en faveur de l'occupant marocain, ne respecte pas le devoir de l'UE de ne pas reconnaître la souveraineté du Maroc sur le territoire et porte atteinte au droit international et aux efforts de paix de l'ONU", affirme le courrier.
Lire la lettre complète ici.
Dans son argumentation, l'eurodéputée Lalonde ne fait pas référence à la volonté du peuple du territoire - pierre angulaire de l'arrêt de décembre 2016 de la Cour de justice de l'Union Européenne.

La conclusion de l'arrêt stipule qu'aucun accord commercial ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental sans le consentement exprès du peuple de ce territoire. Cette conclusion a amené l'UE à entamer des négociations avec le Maroc en vue de la modification de deux protocoles à l'accord d'association UE-Maroc, qui s'appliqueraient alors explicitement au Sahara Occidental. Le Parlement européen est en train d'évaluer s'il soutiendra ou non cet amendement, qui aboutirait si adopté à un accord commercial pour le Sahara Occidental via le Maroc - le pays qui maintient les deux tiers du Sahara Occidental sous occupation militaire depuis 1975.

Il est à noter que les préférences commerciales accordées au Maroc ne seraient alors étendues qu'à la partie du Sahara Occidental sous occupation marocaine - et non à la partie contrôlée par le Polisario à l'est du mur. Mur fortifié militairement de 2700 km que le Maroc a construit pendant les années de guerre, qui à ce jour divise effectivement le territoire et sépare les familles sahraouies. La députée Lalonde n'a pas expliqué pourquoi les supposés bénéfices ne seraient destinés qu'à une partie du Sahara Occidental, plus qu'à une autre, ni en quoi ce redécoupage des frontières internationales entre dans l'obligation de l'UE de respecter toute intégrité territoriale. Lisez ici les questions de WSRW au commissaire européen Moscovici à ce sujet. Le Sahara Occidental est reconnu par l'ONU comme un territoire non autonome en cours de décolonisation. Le territoire a des frontières internationales claires.

Plusieurs rapporteurs fictifs (Salvatore Cicu (IT) pour le PPE, Elena Valenciano (ES) pour S & D, Sander Loones (BE) pour ECR et Tiziana Beghin (IT) pour EFDD ont estimé que le rapport de l'eurodéputée Lalonde était équilibré, les autres (Heidi Hautala (FI) pour les Verts / NGL et Anne-Marie Mineur (NL) pour le GUE / NGL et littéralement tous les autres députés qui ont pris la parole - y compris les groupes politiques susmentionnés, ont critiqué la proposition. Deux critiques principales ont été formulées : le peuple du Sahara Occidental n’a pas consenti au commerce proposé pour son territoire et la proposition ne prévoit aucun mécanisme permettant de clarifier la véritable origine des produits exportés depuis le territoire.

"La Cour de justice de l'UE a appelé à l’assentiment du peuple du Sahara Occidental. Qu'a donc dit le Polisario ?", a demandé Joachim Schuster, S&D allemand. "L'eurodéputée Lalonde a déclaré être en contact avec l'envoyé des Nations unies pour le Sahara Occidental. Que dit-il ? Cette proposition va-t-elle attiser le conflit ou aider à le résoudre ? Ce sont des questions importantes auxquelles il faut répondre."

"Je pense que très peu d'entre nous diraient qu'il est normal de conclure un accord commercial avec la Russie pour la Crimée", a déclaré Heidi Hautala, l'une des trois eurodéputées ayant participé à la mission d'enquête. "Il semble que la Commission et certains groupes politiques veuillent le beurre et l'argent du beurre - ce n'est pas sérieux."

Aleksander Gabelic (Suède, S&D) a souligné que "le représentant reconnu par les Nations Unies [Polisario, Ed.] et la société civile du Sahara Occidental sont opposés à la proposition".

"Notre propre service juridique a déclaré que la consultation faite par la Commission est fantasmagorique", a déclaré Marie Arena (Belgique, S&D), se référant à l'avis juridique rendu par les services juridiques du Parlement européen selon lequel il n'était pas clair que l'exigence de la CJUE de l'accord du peuple du Sahara occidental ait été respecté, "tout en tenant compte que la conclusion finale d'un soutien positif est déclarée malgré l'avis négatif exprimé par le Front Polisario".

Tous les députés ont convenu qu'un mécanisme de traçabilité doit être mis en place, de préférence avant janvier 2019, date à laquelle le Parlement devrait se prononcer sur la proposition.

La Commission, représentée par Mme Sabine Henzler, s'est principalement intéressée à la nécessité d'un mécanisme de traçabilité et a assuré les députés que la Commission était en pourparlers avec le Maroc à ce sujet. Sur la question du consentement, Mme Henzler a déclaré que ce n'est pas parce que le Front Polisario est considéré par l'ONU comme le représentant politique du peuple du Sahara Occidental, que le Polisario peut être considéré comme étant représentatif pour les questions commerciales. Elle a poursuivi en affirmant que la Commission avait fait "tout ce qui est possible et réalisable" pour obtenir le consentement du peuple, par le biais d'un exercice de consultation.

M. Vincent Piket, représentant le service européen pour l'action extérieure, a ajouté que M. Horst Köhler - l'envoyé des Nations unies pour le Sahara Occidental - n'a pas de position en ce qui concerne l'accord commercial proposé. L'UE devrait respecter le droit international et ne pas agir d'une manière qui compromet le processus onusien pour le Sahara Occidental. "Notre proposition remplit ces conditions", a conclu M. Piket.

La commission du commerce international votera sur le rapport du député européen Lalonde le 3 décembre 2018.



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Un bateau frigo Norvégien navigue dans la tanière des lions
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Coromandel : nouvel acheteur de minerais du Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Les groupes sahraouis, encore une fois, interpellent l'UE
11.01 - 2019 / 11.01 - 2019WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale
09.01 - 2019 / 09.01 - 2019Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
18.12 - 2018 / 18.12 - 2018Manifestation en Nouvelle-Zélande contre les phosphates conflictuels
11.12 - 2018 / 11.12 - 2018INTA approuve un accord malgré la condamnation des Sahraouis
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018Démission de la rapporteure PE pour l'accord commercial sur le Sahara
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018La raison du refus de transparence du Conseil de l'UE sur le Sahara
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Airbnb met le Sahara Occidental occupé dans le Maroc
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018SiemensGamesa prolonge massivement son contrat éolien
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Le Conseil approuve un nouvel accord de pêche, la Suède s'oppose
05.12 - 2018 / 05.12 - 2018La Cour européenne de justice invalide l'accord aérien au Sahara
04.12 - 2018 / 04.12 - 2018Un nouveau joueur en terrain miné au Sahara Occidental
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Les ambassadeurs de l'UE approuvent l'accord de pêche du Sahara
28.11 - 2018 / 28.11 - 201895 groupes sahraouis : UE, ne prend pas nos poissons !
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Le Polisario au SEAE : de quoi est il vraiment question ?
25.11 - 2018 / 25.11 - 2018Révélation : agenda marocain pour la rapporteur du PE sur le Sahara
24.11 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Le Conseil UE doit divulguer ses avis juridiques sur le Sahara
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Les réfugiés sahraouis manifestent contre ABB
21.11 - 2018 / 21.11 - 2018Go ! La CE commence sa pression sur le PE pour le poisson volé
20.11 - 2018 / 20.11 - 2018L'helvético-suédois ABB commence ses opérations en terre occupée




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi