Révélation : agenda marocain pour la rapporteur du PE sur le Sahara
lalonde_610.jpg

C'est un conflit d'intérêts majeur que la rapporteur du Parlement Européen sur le dossier du commerce avec le Sahara Occidental, - cela vient d'être révélé -, soit membre du conseil d'administration d'un groupe de pression pro-marocain.
Mis à jour le: 25.11 - 2018 13:02Imprimez cette page    
Mise à jour 26.11.2018 : l'eurodéputée P. Lalonde a répondu à EU Observer qu'elle est aussi membre de l'intergroupe Sahara Occidental du Parlement Européen. La liste des membres de cet intergroupe est disponible que le site Web du Parlement [ou à télécharger ici.]. L'eurodéputée P. Lalonde n'est pas dans cette liste.

EUobserver a publié le 23 novembre un article d'investigation sur la Fondation EuroMedA - une fondation de façade pour le Maroc, basée dans les locaux des bureaux bruxellois du cabinet de lobby Hill + Knowlton Strategies - dont le principal client est l'État marocain.

Patricia Lalonde, rapporteur du Parlement européen sur la proposition controversée d'étendre l'accord commercial UE-Maroc au Sahara Occidental occupé, est l'un des membres du conseil d'administration d'EuroMedA. Certains des collègues de P. Lalonde au conseil d'administration sont d'anciens ministres d'État marocains et des hauts fonctionnaires actuels du ministère de l'Agriculture du Maroc.

La fondation n'est pas répertoriée dans le registre des lobbyistes de l'UE. Ses statuts sont cependant dans le domaine public : retrouvez-les dans le registre belge (ou téléchargez-les au format pdf). Parmi ses activités, la Fondation cite : "la création d'une structure durable dédiée au renforcement des liens entre l'Europe et le Maroc, ayant vocation à être élargie" et "la mise en perspective de la spécificité de la région du Sahara, son aspect stratégique au niveau géopolitique et l'importance de développement économique, social et environnemental durable". Cela est confirmé par les médias marocains aujourd'hui, Le Desk décrit la Fondation comme "vouée à la promotion du Maroc pour laquelle elle emploie à répétition la manière douce au sein du Parlement européen".

"Le rôle de l'eurodéputée Lalonde en tant que membre du conseil d'administration de cette fondation soulève de sérieuses questions quant à la légitimité de ses fonctions de rapporteur parlementaire sur l'accord commercial proposé pour le Sahara Occidental occupé. Ses affirmations ne peuvent être perçu que biaisées. Cela polluera les débats de la commission du commerce international et de la session plénière du Parlement", a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch (WSRW).

Le 18 octobre, WSRW estimait que le rapport de Lalonde au Parlement était partial, au profit du Maroc. WSRW a également publié que la délégation que Lalonde avait dirigée au territoire occupé avait été l'objet de forte controverse, parce qu'elle avait passé presque tout son temps à l'écoute des intérêts marocains et que Lalonde avait devant les média marocains déjà exprimé son soutien au nouvel accord commercial dès le premier jour du voyage de la délégation, sans même avoir rencontré les Sahraouis.

L'article d'EUobserver décrit comment des sujets sensibles dans les relations de l'UE avec le Maroc comme la migration et le terrorisme "semble rendre insignifiante la difficile situation des Sahraouis au Sahara Occidental. Le contrepoids a été présenté en début d'année par Lalonde, qui siège à la puissante commission commerce international du Parlement". P. Lalonde a déclaré : "Nous avons des intérêts communs forts, en particulier en ce qui concerne les questions d'immigration et de sécurité telles que la radicalisation et le terrorisme", lorsqu'on lui a demandé de décrire l'importance des relations Maroc-UE. "Nous devons prouver sur le terrain que le peuple du Sahara Occidental bénéficie de l'accord commercial", a-t-elle ajouté.

L'article souligne que "parce qu'elle est l'eurodéputée principale du pacte commercial, ses vues façonneront la position générale du Parlement européen. L'accord vise à réduire les droits de douane sur des produits tels que les tomates et les huiles de poisson provenant du territoire litigieux. Que Lalonde soit est un membre du conseil d’EuroMedA fait néanmoins douter de sa neutralité en tant que rapporteur sur un dossier aussi gros."

Le vice-président d'EuroMedA est Salaheddine Mezouar, ancien ministre des Affaires étrangères du Maroc. Parmi les autres membres du conseil figurent Mohamed Cheikh Biadillah et Abdallah Saaf, anciens ministres du Maroc, et M'barka Bouaida, ancien ministre-délégué des Affaires étrangères du Maroc, qui représente le Maroc à l'Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne.

Alain Berger, directeur général de Hill + Knowlton Strategies, est l'un des membres fondateurs de la Fondation et son secrétaire général. WSRW a appris que le député européen Florent Marsellesi avait déposé une plainte contre Hill + Knowlton pour faire évaluer si le comportement de la société de lobbying est conforme au code de conduite.

L'eurodéputé français Gilles Pargneaux (S & D), ancien président du groupe d'amitié des eurodéputés avec le Maroc, est un autre membre fondateur d'EuroMedA. Il est connu pour tenir la position pro-gouvernement marocain sur le Sahara Occidental. Interrogé par l'EUobserver, Pargneaux admet que le Sahara Occidental n’appartient pas au Maroc, le qualifiant de "no man's land, qui n’appartient à personne." dans le même temps, il félicite le Maroc d’avoir dépensé de l’argent et fait des investissements pour développer la région." L'agence de presse marocaine Le Desk questionne la "Volte-face, double langage" de Pargneaux, "lobbyiste attitré de Rabat auprès de l'UE sur la question du Sahara Occidental" pour avoir déclaré "qu'il ne reconnaît pas la souveraineté du royaume sur le Sahara Occidental". Le Desk émet également des doutes sur les affirmations de Pargneaux, "lobbyiste convaincu pour la cause du royaume", que EuroMedA était son idée, et affirme que la présence de tant de responsables marocains au sein du conseil Fondation laisse peu de doute sur l'identité des dirigeants réels de la fondation.

Pargneaux et Lalonde ne sont pas les seuls députés européens à jouer un rôle actif dans la Fondation EuroMedA. Les deux autres députés européens sont membre du conseil, Frédérique Ries, de Belgique (ALDE), et la roumaine Ramona Manescu (PPE), qui, selon Le Desk "plaident régulièrement pour la poursuite des accords UE-maroc".

Aucun des quatre députés européens n'a renseigné sa déclaration d'intérêt financiers de sa participation à ce conseil d'administration, contrairement à ce qui est requis à l'article 4 du code de conduite des députés du Parlement européen en ce qui concerne les intérêts financiers et les conflits d'intérêts. Le code exige que les députés "rendent public, avant de s'exprimer ou de voter en séance plénière ou au sein des organes du Parlement, ou lorsqu'ils sont proposés comme rapporteurs, tout conflit d'intérêts réel ou potentiel compte tenu de la question examinée", que la participation ou l'activité en question "que celles-ci soient rémunérées ou non".



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Les groupes sahraouis, encore une fois, interpellent l'UE
11.01 - 2019 / 11.01 - 2019WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale
09.01 - 2019 / 09.01 - 2019Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
18.12 - 2018 / 18.12 - 2018Manifestation en Nouvelle-Zélande contre les phosphates conflictuels
11.12 - 2018 / 11.12 - 2018INTA approuve un accord malgré la condamnation des Sahraouis
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018Démission de la rapporteure PE pour l'accord commercial sur le Sahara
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018La raison du refus de transparence du Conseil de l'UE sur le Sahara
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Airbnb met le Sahara Occidental occupé dans le Maroc
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018SiemensGamesa prolonge massivement son contrat éolien
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Le Conseil approuve un nouvel accord de pêche, la Suède s'oppose
05.12 - 2018 / 05.12 - 2018La Cour européenne de justice invalide l'accord aérien au Sahara
04.12 - 2018 / 04.12 - 2018Un nouveau joueur en terrain miné au Sahara Occidental
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Les ambassadeurs de l'UE approuvent l'accord de pêche du Sahara
28.11 - 2018 / 28.11 - 201895 groupes sahraouis : UE, ne prend pas nos poissons !
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Le Polisario au SEAE : de quoi est il vraiment question ?
25.11 - 2018 / 25.11 - 2018Révélation : agenda marocain pour la rapporteur du PE sur le Sahara
24.11 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Le Conseil UE doit divulguer ses avis juridiques sur le Sahara
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Les réfugiés sahraouis manifestent contre ABB
21.11 - 2018 / 21.11 - 2018Go ! La CE commence sa pression sur le PE pour le poisson volé
20.11 - 2018 / 20.11 - 2018L'helvético-suédois ABB commence ses opérations en terre occupée
14.11 - 2018 / 14.11 - 2018Pour ces 23 eurodéputés : le Maroc avant les agriculteurs de l'UE
12.11 - 2018 / 12.11 - 2018Le Maroc sort la carte terrorisme sur le commerce du Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi