Les ambassadeurs de l'UE approuvent l'accord de pêche du Sahara
moroccan_fishermen_unloading_driftnets_in_tangiers_oceana.jpg

Les ambassadeurs des États membres de l'UE viennent de voter en faveur d'un accord de pêche et son protocole UE-Maroc sur la pêche, censés s'appliquer au Sahara Occidental. Un vote final des ministres de la pêche de l'UE est imminent.
Mis à jour le: 28.11 - 2018 21:20Imprimez cette page    
Le vote a eu lieu aujourd'hui 28 novembre au niveau du COREPER - du Comité des représentants permanents des États membres de l'UE - qui peut déjà exprimer la position de leur gouvernement. Les ministres de la pêche des États membres de l'UE devraient adopter les textes lors de leur prochaine réunion les 17 et 18 décembre, puisqu'il semble que des lacunes en matière de procédure permette une adoption plus rapide.

Trouvez ici le texte du règlement du Conseil.

En février 2018, la Cour de justice de l'Union européenne a conclu, dans une affaire intentée par Western Sahara Campaign - UK, que l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre l'Union européenne et le Maroc et son protocole ne pouvaient pas être appliqués aux eaux adjacentes au Sahara Occidental puisque cela serait une violation du droit international, en particulier du principe de l'autodétermination. Le 19 juillet, la Cour a réitéré son arrêt dans l’affaire du Polisario sur l’accord de pêche. Cinq jours plus tard, la Commission européenne et le Maroc ont paraphé un accord et un protocole destinés à s’appliquer à ces mêmes eaux, sans permettre au peuple du Sahara occidental de se prononcer.

Hier, 95 groupes de la société civile de la partie occupée du Sahara occidental, des camps de réfugiés et de la diaspora ont adressé un appel au Conseil de l'UE et à la commission Pêche du Parlement européen, leur demandant "d'empêcher le pillage par l'Union européenne du poisson du peuple au Sahara Occidental". "Nous appelons tous les députés européens, membres de la commission PECH et les États membres à voter contre le projet d'accord de partenariat dans le secteur de la pêche qui vise à inclure illégalement le Sahara Occidental dans son champ d'application territorial. Sauvez notre poisson et notre peuple, sauvons les fondements juridiques de l'Europe et son honneur" déclare le texte. Lire ici l'appel complet.

Le Front Polisario, reconnu par l'ONU et représentant le peuple du Sahara Occidental, s'oppose également à l'accord de pêche proposé. Le service des affaires étrangères de l'UE (Service européen d'action extérieure ou SEAE) affirme publiquement que le Polisario refuse de discuter de la proposition. Plus tôt cette semaine, WSRW a publié une lettre du Polisario faisant la synthèse de ses tentatives de dialogue avec la Commission européenne, le Conseil et le SEAE, révélant que le SEAE ne présentait pas un compte rendu complet de cette affaire.

Afin de réclamer un soutien local à un nouvel accord de pêche, l'UE a "consulté" une douzaine d'organismes gouvernementaux marocains dans le territoire occupé. Aucune voix qui défend l'autodétermination du territoire n'est favorable au nouvel accord. Aucun n'a été entendu.

"Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi les États membres de l'UE souhaitent renvoyer cette affaire devant la Cour de justice. Les arrêts sont d'une clarté limpide À l'heure où le droit international est sous pression et avec l'incident russe survenu dans la mer d'Asov, nous exhortons l'Union à être cohérente et à arrêtez de soutenir une agression tout en en défendant une autre. Ce serait quoi la suite ? Un accord de pêche UE-Russie dans les eaux ukrainiennes ? Nous appelons les capitales européennes à mettre fin à cette spirale d'injustice", a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch.

Partager une très couteuse bouillabaisse

Les États membres semblent s'être mis d'accord sur la répartition des possibilités de pêche offertes par le protocole. L'Espagne obtiendra 92 licences sur les 110 disponibles, le Portugal 14 et la France 4. Ces licences permettraient de pêcher au Maroc et au Sahara Occidental.

Le quota attribué à la flotte pélagique industrielle, qui sera active exclusivement au Sahara Occidental, a été réparti comme suit. Pour la première année, un total de 85 000 tonnes seront attribuées entre (classé par importance) : les Pays-Bas - 26 102,4 tonnes, la Lituanie - 21 986,3 tonnes, la Lettonie 12 367,5 tonnes, l'Allemagne 6 871,2 tonnes, les Pologne et Royaume-Uni chacun 4 807,8 tonnes, l'Irlande 3 099,3 tonnes, la France 2 809,3 tonnes, le Portugal 1 652,2 tonnes et l'Espagne 496,2 tonnes. Ce classement est maintenu pour les trois années consécutives, avec augmentation du quota.

En contrepartie, l'UE versera au Maroc d'avantage d'argent des contribuables européens que dans le protocole précédent. Le protocole de 2013 coûtait à l'UE 30 millions d'euros annuels, répartis entre 16 millions d'euros de frais d'accès et 14 millions d'euros supplémentaires de soutien sectoriel - l'argent dépensé pour le développement du secteur de la pêche au Maroc. Cependant, cet argent a été principalement dépensé au Sahara Occidental occupé, ce que WSRW a démontré. Outre l'argent de l'UE, le Maroc a également perçu des redevances des pêcheurs européens, environ 10 millions d'euros par an.

La proposition actuelle coûtera progressivement plus cher chaque année. Pour la première année, l’UE versera au Maroc 19,1 millions d’euros pour l’accès, 17,9 millions d’euros pour l’aide sectorielle, et les pêcheurs débourseront 11,1 millions d’euros de redevances, soit un total de 48,1 millions d'euros. Pour la deuxième année, 50,4 millions d’euros seront versés, soit 20 millions d’euros pour l’accès, 18,8 millions d’euros pour l’aide sectorielle et 11,6 millions d’euros provenant des pêcheurs. Pour la troisième et la quatrième année, l’UE dépensera 21,9 millions d’euros en fonds publics pour l’accès, un soutien sectoriel de 20,5 millions d’euros et les pêcheurs paieront 12,7 millions d’honoraires, soit 55,1 millions d’euros. Au total, une augmentation significative, mais inférieure aux 80 millions d’euros demandés par le Maroc.

En contrepartie de ce chèque plus important, les Marocains offre un quota plus élevé de pélagiques - exclusivement au Sahara Occidental. La catégorie 6 de l'accord - couvrant le chalutage industriel pélagique ou semi-pélagique et la pêche à la senne - correspond à la zone comprise entre 26 ° 07'00 "N et 20 ° 46'13" N, entièrement située dans le Sahara Occidental occupé. En d'autres termes, le Maroc risque de recevoir plus d'argent des contribuables européens pour avoir offert plus de poisson d'un territoire sur lequel il n'a aucun droit.

Il convient de noter que l'augmentation du financement de l'UE ne correspond pas à une augmentation similaire des opportunités en matière de pêche. Alors que le Maroc offre environ 25% de poisson en plus - exclusivement dans des eaux sur lesquelles il n'a aucune souveraineté - les frais d'accès de l'UE ont augmenté d'environ 37%, tandis que le soutien sectoriel a augmenté de plus de 46%.

L'UE paye maintenant plus pour moins de poisson par rapport au protocole précédent.



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Les groupes sahraouis, encore une fois, interpellent l'UE
11.01 - 2019 / 11.01 - 2019WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale
09.01 - 2019 / 09.01 - 2019Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
18.12 - 2018 / 18.12 - 2018Manifestation en Nouvelle-Zélande contre les phosphates conflictuels
11.12 - 2018 / 11.12 - 2018INTA approuve un accord malgré la condamnation des Sahraouis
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018Démission de la rapporteure PE pour l'accord commercial sur le Sahara
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018La raison du refus de transparence du Conseil de l'UE sur le Sahara
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Airbnb met le Sahara Occidental occupé dans le Maroc
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018SiemensGamesa prolonge massivement son contrat éolien
09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Le Conseil approuve un nouvel accord de pêche, la Suède s'oppose
05.12 - 2018 / 05.12 - 2018La Cour européenne de justice invalide l'accord aérien au Sahara
04.12 - 2018 / 04.12 - 2018Un nouveau joueur en terrain miné au Sahara Occidental
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Les ambassadeurs de l'UE approuvent l'accord de pêche du Sahara
28.11 - 2018 / 28.11 - 201895 groupes sahraouis : UE, ne prend pas nos poissons !
28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Le Polisario au SEAE : de quoi est il vraiment question ?
25.11 - 2018 / 25.11 - 2018Révélation : agenda marocain pour la rapporteur du PE sur le Sahara
24.11 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Le Conseil UE doit divulguer ses avis juridiques sur le Sahara
22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Les réfugiés sahraouis manifestent contre ABB
21.11 - 2018 / 21.11 - 2018Go ! La CE commence sa pression sur le PE pour le poisson volé
20.11 - 2018 / 20.11 - 2018L'helvético-suédois ABB commence ses opérations en terre occupée
14.11 - 2018 / 14.11 - 2018Pour ces 23 eurodéputés : le Maroc avant les agriculteurs de l'UE
12.11 - 2018 / 12.11 - 2018Le Maroc sort la carte terrorisme sur le commerce du Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi