Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation
vigeoeiris_b_610.jpg

La société franco-britannique Vigeo Eiris a certifié et défendu un projet énergétique franco-marocain au Sahara Occidental occupé. WSRW demande au conseil d'administration de se saisir de cette affaire.
Mis à jour le: 28.11 - 2018 23:04Imprimez cette page    
En novembre 2016 - il y a deux ans - Western Sahara Resource Watch (WSRW) a d'abord écrit à la société Vigeo Eiris pour demander s'il était exact de dire qu'elle avait certifié les obligations d'un projet marocain de l'énergie et l'Arabie saoudite au Sahara occidental.

Il s'est avéré que Vigeo Eiris a non seulement a confirmé l'activité, mais a également défendu l'opération.

Cependant, Vigeo Eiris n'a jamais répondu aux courriels qui ont suivi concernant ses interprétations du droit international, ses politiques en matière de travail ou ses pratiques de diligence raisonnable.

Auprès de Business and Human Rights Resource Center, cependant, Vigeo, Eiris a de diverses manières défendu l'occupation marocaine du territoire, remettant même en question la réalité de l'occupation du territoire, et minimisant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Ses références au territoire ne correspondent pas à la terminologie utilisée par les Nations Unies (qui l'appelle le "Sahara Occidental") - à la place Vigeo Eiris y fait référence par des termes marocains. Son site Web présente des cartes qui ne sont pas conformes à celles de l'ONU. Et elle ne répond pas aux questions sur d'éventuelles audits préalable en matière de droits de l'homme.

Lisez ici notre correspondance avec Vigeo Eiris et tous les détails de la controverse.

Pour marquer deux ans d'attente d'une réponse aux questions fondamentales sur les politiques et pratiques de Vigeo Eiris, WSRW a aujourd'hui contacté les membres du conseil d'administration de la société : Amundi Asset Management, Axa, Caisse des Dépôts et Consignations, Eiris Foundation, Generali Vie, Natixis, Solactive, Vyv Invest.

Le cas des membres du conseil d’administration Axa et Eiris Foundation, est particulièrement spécial. Le 18 Octobre 2018, sur la base de l'article 461-26 du Code pénal français - le crime de la colonisation -, la représentation du peuple du Sahara Occidental a porté plainte contre Axa et cinq autres groupes auprès du Procureur Général de la Haute Cour de Paris. Axa a des bureaux dans le territoire occupé.


f83avigeoeiris20162018_400.jpg

En 2018, Vigeo Eiris a modifié la carte de la page d'accueil de son site Web en ajoutant la Suède, où elle avait ouvert un bureau. Mais elle n'a pas supprimé le Sahara Occidental, comme WSRW l'avait demandé. WSRW a demandé aujourd'hui au conseil d'administration si le droit international, les politiques en matière d'activités commerciales dans le secteur foncier ou d'audit préalable en matière de droits de l'homme avaient été soumis lors des réunions du conseil de Vigeo Eiris.
La Fondation Eiris, pour sa part, gère une base de données sur les sociétés présentes en Palestine occupée et en Crimée et dispose d'une grande compétence sur les conseils aux sociétés opérant en territoires occupés. En plus de siéger au conseil d’administration de Vigeo Eiris, la Fondation Eiris est également actionnaire de la société et les deux sociétés ont des effectifs communs.

Les questions que Vigeo Eiris n'a pas souhaité clarifier, mais que WSRW a reposé aujourd'hui au conseil d'administration de Vigeo Eiris sont :

  • Vigeo Eiris a-t-elle une politique en matière d'occupation ?
  • Pourquoi Vigeo Eiris n'applique-t-elle pas la terminologie onusienne sur le territoire ?
  • Pourquoi Vigeo Eiris n'affiche-t-elle pas les cartes de l'ONU sur la page d'accueil de www.vigeo-eiris.com ?
  • S'ils sont d'accord avec Vigeo Eiris sur la définition d'une occupation.
  • Si la société doit demander un avis externe indépendant sur la diligence raisonnable avant de faciliter des projets en territoire occupé.
  • Si le conseil attend de la société qu'elle réponde aux courriers de la société civile.

    Plus tôt en 2018, le Pacte mondial des Nations Unies a demandé à Vigeo Eiris de rectifier sa communication annuelle sur le progrès, parce que la version originale affirmait à tord que le Pacte mondial trouvait correctes ses opérations controversées.



    Puisque vous êtes là ...
    Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



  •     

    Haut de page
    Actualités:

    16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
    16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
    16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
    15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
    15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
    12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental
    12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Les groupes sahraouis, encore une fois, interpellent l'UE
    11.01 - 2019 / 11.01 - 2019WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale
    09.01 - 2019 / 09.01 - 2019Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
    18.12 - 2018 / 18.12 - 2018Manifestation en Nouvelle-Zélande contre les phosphates conflictuels
    11.12 - 2018 / 11.12 - 2018INTA approuve un accord malgré la condamnation des Sahraouis
    10.12 - 2018 / 10.12 - 2018Démission de la rapporteure PE pour l'accord commercial sur le Sahara
    10.12 - 2018 / 10.12 - 2018La raison du refus de transparence du Conseil de l'UE sur le Sahara
    09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Airbnb met le Sahara Occidental occupé dans le Maroc
    09.12 - 2018 / 09.12 - 2018SiemensGamesa prolonge massivement son contrat éolien
    09.12 - 2018 / 09.12 - 2018Le Conseil approuve un nouvel accord de pêche, la Suède s'oppose
    05.12 - 2018 / 05.12 - 2018La Cour européenne de justice invalide l'accord aérien au Sahara
    04.12 - 2018 / 04.12 - 2018Un nouveau joueur en terrain miné au Sahara Occidental
    28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation
    28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Les ambassadeurs de l'UE approuvent l'accord de pêche du Sahara
    28.11 - 2018 / 28.11 - 201895 groupes sahraouis : UE, ne prend pas nos poissons !
    28.11 - 2018 / 28.11 - 2018Le Polisario au SEAE : de quoi est il vraiment question ?
    25.11 - 2018 / 25.11 - 2018Révélation : agenda marocain pour la rapporteur du PE sur le Sahara
    24.11 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
    22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Le Conseil UE doit divulguer ses avis juridiques sur le Sahara
    22.11 - 2018 / 22.11 - 2018Les réfugiés sahraouis manifestent contre ABB
    21.11 - 2018 / 21.11 - 2018Go ! La CE commence sa pression sur le PE pour le poisson volé
    20.11 - 2018 / 20.11 - 2018L'helvético-suédois ABB commence ses opérations en terre occupée
    14.11 - 2018 / 14.11 - 2018Pour ces 23 eurodéputés : le Maroc avant les agriculteurs de l'UE
    12.11 - 2018 / 12.11 - 2018Le Maroc sort la carte terrorisme sur le commerce du Sahara Occidental




    EN ES FR DE AR


    Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

    Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

    tn_law_hammer.jpg

    Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
    Soutenez Western Sahara Resource Watch

    tn_sjovik_demo_610.jpg

    Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
    Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

    tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

    Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
    Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

    tn_poweringplunder_fr_610.jpg

    Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

    Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





    WSRW.org Archives 2018
    WSRW.org Archives 2017
    WSRW.org Archives 2016
    WSRW.org Archives 2015
    WSRW.org Archives 2014
    WSRW.org Archives 2013
    WSRW.org Archives 2012
    WSRW.org Archives 2011
    WSRW.org Archives 2010
    WSRW.org Archives 2009
    WSRW.org Archives 2008
    WSRW.org Archives 2007
    WSRW.org Archives 2004-2006






    Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi