Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
girl_protest_eu.jpg

Alors que le Parlement européen s'apprête à voter sur l'extension de l'accord commercial UE-Maroc au Sahara Occidental occupé, WSRW appelle la nouvelle rapporteure, Marietje Schaake, à préserver sa réputation ainsi que celle du Parlement en suspendant la procédure et en repartant à zéro.
Mis à jour le: 09.01 - 2019 16:23Imprimez cette page    
Dans deux semaines, le Parlement européen votera sur la proposition de modification des protocoles n°1 et 4 de l'accord d'association UE-Maroc, qui étendra les préférences commerciales à la partie du Sahara Occidental sous le contrôle militaire du Maroc.

Le rapport de la commission commerce international du Parlement (INTA), qui sert de base au vote, contient des affirmations tout à fait mensongères. Le rapport annoté par Western Sahara Resource Watch est disponible ici, en anglais.

Ce rapport, qui appelle le Parlement à soutenir la proposition d'extension du commerce, a été rédigé par la française Patricia Lalonde, du parti libéral, nommée rapporteur du Parlement sur le dossier jusqu'à sa démission au début de décembre 2018, à la suite de révélations concernant son appartenance au conseil d'administration d'un groupe de lobby pro-marocain. La néerlandaise Marietje Schaake, qui la remplace, membre du parti libéral, n'a jusqu'à présent fait aucun commentaire public sur la proposition ou sur le rapport rédigé par son prédécesseur, Mme Lalonde.

"Il est incroyable qu'un rapport rédigé par un eurodéputé avec un agenda pro-marocain soit toujours utilisé pour la procédure de vote du Parlement. Il y a tout lieu de douter de la véracité des affirmations contenues dans le rapport, dont de nombreux éléments sont mensongers et incorrects dans les faits. C'est pourquoi nous appelons la nouvelle rapporteure, Marietje Schaake, à suspendre la procédure afin qu'elle puisse évaluer elle-même la proposition et en tirer ses propres conclusions, pour une approbation, ou non, par le Parlement", a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch.

Le rapport affirme, entre autres, que le Parlement est allé "évaluer la situation de première main et de mieux comprendre les différents points de vue de la population".

En réalité, trois délégués de la commission Commerce (et non du Parlement dans son ensemble), appartenant à des groupes politiques ne représentant que 20% de la composition du Parlement, se sont rendus au Sahara Occidental mais n'ont pas été autorisés à évaluer correctement la situation sur le terrain. Le groupe s’est rendu uniquement dans la partie occupée du Sahara Occidental et n’a pas visité le tiers du territoire sous contrôle du Polisario, ni les camps de réfugiés où vivent près de la moitié des Sahraouis. Près de 80% du programme de visites INTA a été consacré à la rencontre d’interlocuteurs marocains ou avec des acteurs ayant un intérêt direct (économique ou politique) à faire approuver le protocole proposé. Les conclusions de la "mission d'enquête INTA" étaient de la responsabilité exclusive de l'ancien rapporteur, Mme Lalonde. La députée européenne Hautala a pris ses distances par rapport à ces conclusions.

L'eurodéputée Lalonde a depuis démissionné de son poste de rapporteure après de graves allégations de conflit d'intérêts. Cela justifierait la suppression de toute référence à la mission d'enquête de l'INTA dans le présent rapport.

Le rapport ment également quand il affirme que le manque d'informations sur l'origine des produits exportés par le Maroc empêche les autorités douanières de l'UE de se conformer à la décision de la CJUE. La Commission a l'obligation de veiller au respect des dispositions et de prendre des mesures immédiates et efficaces en cas de doute. Par ailleurs, le Maroc a l'obligation légale de veiller à ce que les marchandises portant un certificat d'origine marocain soient effectivement originaires du Maroc, au sens international du terme (c'est-à-dire à l'exclusion du Sahara Occidental).

L'inclusion explicite du Sahara Occidental dans l'accord commercial UE-Maroc fait paradoxalement suite à un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne de décembre 2016 concluant qu'aucun accord de commerce ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental, puisque le Maroc n’a aucune souveraineté ni aucun mandat international pour administrer le territoire. La Cour a statué que le seul moyen licite pour qu'un tel accord affecte le Sahara Occidental est l'obtention de l'assentiment du peuple du territoire. La Cour a précisé que les potentiels bénéfices de l'accord sur le territoire n'ont pas d'importance - ce qui compte, c'est que le peuple aient consenti ou non.

En réponse à cette décision, la Commission européenne a négocié et initié un amendement à l'accord avec le Maroc - et non avec le peuple du Sahara Occidental, qui n'a aucunement participé au processus. Au lieu de demander son consentement au peule du Sahara Occidental, la Commission européenne a engagé un processus de consultation de 18 opérateurs économiques marocains et des représentants du gouvernement marocain, tout en prétendant malhonnêtement que 94 groupes sahraouis, des ONG internationales (comme la nôtre) et le Polisario y avaient pris part. En dépit de la fragilité de la base juridique de la proposition - mais plus préoccupée d’apaiser son partenaire marocain anti-migration et anti-terrorisme - les États membres de l’UE ont approuvé la proposition.


Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

28.02 - 2019 / 28.02 - 2019Voila les eurodéputés pour l'accord de pêche au Sahara Occidental
25.02 - 2019 / 25.02 - 2019Brême : importante importation controversée de farine de poisson
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Le PE ignore la Cour et adopte un accord de pêche marocain
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Human Rights Watch pour avis de la cour sur l'accord de pêche UE-Maroc
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019110 députés pour le renvoi de l'accord de pêche UE-Maroc à la Cour
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019Le PE traitera-t-il avec un territoire des moins libre du monde ?
06.02 - 2019 / 06.02 - 201998 groupes sahraouis appellent le PE à rejeter l'accord de pêche
04.02 - 2019 / 04.02 - 2019Le navire fuyard des Green Reefer est arrivé à Abidjan
03.02 - 2019 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
03.02 - 2019 / 03.02 - 2019Ces eurodéputés ont voté pour le commerce avec le Sahara Occupé
01.02 - 2019 / 01.02 - 2019Les fermiers espagnols soucieux de l'accord UE pour le Sahara occupé
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Le Conseil UE refuse la transparence sur l'avis pour l'accord de pêche
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Nutrien garde des liens avec le Sahara Occidental via la chine
25.01 - 2019 / 25.01 - 2019Le navire des Green Reefer fuit les eaux sud-africaines
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Wolverine finalise l'acquisition d'une entreprise controversée
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Un bateau frigo norvégien navigue dans la tanière des lions
23.01 - 2019 / 23.01 - 2019Coromandel : nouvel acheteur de minerais du Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019Le PE approuve un accord commercial pour le Sahara Occidental occupé
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure : le commerce au Sahara contre les efforts de paix UN
16.01 - 2019 / 16.01 - 2019La rapporteure demande un renvoi devant la Cour de justice de l'UE
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Ces députés bloquent un débat au PE sur le commerce illégal du Sahara
15.01 - 2019 / 15.01 - 2019Les consommateurs UE, les Sahraouis, ignorés des législateurs de l'UE
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Une entreprise de transport abandonne le Sahara Occidental
12.01 - 2019 / 12.01 - 2019Les groupes sahraouis, encore une fois, interpellent l'UE
11.01 - 2019 / 11.01 - 2019WSRW interroge ENGIE sur son éthique sociétale
09.01 - 2019 / 09.01 - 2019Un rapport INTA mensonger comme base de vote du Parlement
18.12 - 2018 / 18.12 - 2018Manifestation en Nouvelle-Zélande contre les phosphates conflictuels
11.12 - 2018 / 11.12 - 2018INTA approuve un accord malgré la condamnation des Sahraouis
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018Démission de la rapporteure PE pour l'accord commercial sur le Sahara
10.12 - 2018 / 10.12 - 2018La raison du refus de transparence du Conseil de l'UE sur le Sahara




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi