GeoEx vend les données sismiques des terres occupées
geoex_2019_610.jpg

La société britannique GeoEx tente maintenant de vendre les données sismiques recueillies sur le fond marin du Sahara Occidental occupé. WSRW conseille aux clients potentiels de rester à l'écart.
Mis à jour le: 18.10 - 2019 00:04Imprimez cette page    
En 2017, la société britannique GeoEx a mené une exploration sismique massive au large des côtes du Sahara Occidental occupé. L’étude a été l'objet l'année dernière d'une publication par Western Sahara Resource Watch.

Ces derniers mois, la société a intensifié ses initiatives pour vendre son jeu de données controversé.

L’étude comprend 14 986 kilomètres de données sismiques combinées réunies au large du Maroc et du Sahara Occidental, collectées au cours du second semestre 2017. Les cartes publiées sur le site Web de GeoEx [ou à télécharger] suggèrent qu’on estime qu'environ 40% de la totalité de l’étude, soit environ 5 800 kilomètres, a été réalisée au large du Sahara Occidental.

Toutefois, sur son site Web et dans son marketing externe, GeoEx indique systématiquement que les données ont été collectées au « Maroc ».

Aucun État au monde, ni l'ONU ni la Cour de justice de l'Union Européenne, ne reconnaît le Sahara Occidental comme une partie du territoire national du Maroc. Aucune mention sur le site Web de GeoEx n'indique qu’une grande partie des données « marocaines » a en fait été collectée non dans les eaux marocaines, mais en territoire occupé.

Le Sahara Occidental a été envahi illégalement et brutalement par le Maroc en 1975. Ces dernières années, le peuple du territoire a engagé des actions en justice pour défendre ses droits légitimes sur ses propres ressources.

Pour l’interprétation et la cartographie des données, GeoEx s’est associé à deux autres sociétés britanniques : Subsurface Resource Consulting (SRC) et Bridgeporth Limited. SRC explique sur son site Web qu'elle commercialise un « nouvel Atlas sismique au large du Maroc », qu'elle a préparé « pour le compte de GeoEx ». SRC est une « société de conseil spécialisée dans le secteur pétrolier et gazier » qui fournit « une large gamme de services de géoscience technique, d'ingénierie et de conseil ».

Dans un dépliant SRC créé en avril 2019 [ou à télécharger] du jeu de données, une grande partie de la figure 1 - la partie SSW de la figure, à gauche - est collectée au Sahara Occidental. Le dépliant a déclaré que « l'Atlas sismique devrait être achevé d'ici la fin juillet 2019 ». Le site Web de GeoEx indique qu’un « atlas de l’interprétation » sera disponible à partir du troisième trimestre de 2019.

Western Sahara Resource Watch condamne les entreprises impliquées dans la commercialisation d'opportunités pétrolières au Sahara Occidental alors que le territoire reste sous occupation marocaine.

« Ces sociétés n’ont jamais obtenu la permission du peuple du Sahara Occidental d’effectuer ou d’analyser la géologie de leur territoire. S'associer à la puissance occupante dans cette entreprise sabote les efforts de paix de l'ONU. Le Maroc n'a pas le droit de demander à GeoEx ni à aucune autre société de collecter des données ni de signer des licences pétrolières au large du Sahara Occidental », a déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch.

« Les clients qui décident de s’engager dans l’exploration pétrolière dans le territoire occupé seront certainement confrontés aux protestations des propriétaires de ce fond marin, à savoir le peuple du Sahara Occidental. Nous appelons les entreprises concernées à respecter le droit international et à soutenir le processus de paix des Nations Unies en ne vendant pas de données sur le Sahara Occidental. Nous appelons également les clients potentiels à prendre connaissance des efforts de paix des Nations Unies sur le territoire, des violations des droits de l’homme commises par le Maroc sur le territoire et des règles relatives aux accords commerciaux internationaux couvrant le territoire », a déclaré Sylvia Valentin.

Les ventes controversées sont commercialisées dans un magazine [ou à télécharger] en juin 2019, dans un article écrit par un Steve Lawrence. De nombreuses références sont faites au puits BC-1 de Kosmos Energy à partir de 2015. L’opération de forage a provoqué une condamnation généralisée de la part des Sahraouis.

L’ONHYM a déclaré qu’il avait « organisé en collaboration avec Geoex une campagne porte-à-porte promotionnelle de la sismique Multiclient réalisée dans l’offshore atlantique, à Londres et à Houston. » [ou à télécharger].

GeoEx avait confié à la société BGP la réalisation des études sismiques, réalisées en violation du droit international. L’Organisation des Nations Unies a déclaré en 2002 que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental est illégale sans l’accord du peuple du territoire. Le même principe était l'élément fondamental des trois décisions rendues par la Cour de justice de l'Union Européenne en 2016 et 2018 concernant les accords bilatéraux conclus par l'UE avec le Maroc et couvrant le territoire non autonome.



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

10.11 - 2019 / 10.11 - 2019La litigieuse aquaculture turque en question
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019CGG désigne Shell comme responsable de l'étude sahraouie
18.10 - 2019 / 16.10 - 2019GeoEx vend les données sismiques des terres occupées
17.10 - 2019 / 17.10 - 2019L'huile de poisson du Sahara Occidental occupé importée aux Pays-Bas ?
17.10 - 2019 / 17.10 - 2019le Maroc va construire un port d'1 milliard de $ au Sahara Occidental
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Le salon allemand ne doit pas promouvoir Azura
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Les agriculteurs espagnols contre la fraude en pays occupé
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Contre les importations de phosphate sanglant de Ravensdown, suite
12.09 - 2019 / 12.09 - 2019Imports de phosphate sanglant par les agriculteurs néo-zélandais
17.06 - 2019 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
29.05 - 2019 / 29.05 - 2019Atlas Copco affirme que le pillage marocain du phosphate est légal
20.05 - 2019 / 20.05 - 2019Elections européennes : les votes des candidats sur le Sahara occupé
11.05 - 2019 / 11.05 - 2019HeidelbergCement nous doit une réponse
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019À nouveau de la farine de poisson du Sahara Occidental en Allemagne ?
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Continental esquive la question sur le Sahara Occidental
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019Un groupe de construction gréco-néerlandais s'installe à El Aaiun
02.05 - 2019 / 02.05 - 2019CJUE : Polisario contre Conseil UE sur l'accord agricole UE-Maroc
08.04 - 2019 / 08.04 - 2019Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental
21.03 - 2019 / 21.03 - 2019Le contrat de Continental au Sahara Occidental expire l'an prochain
28.02 - 2019 / 28.02 - 2019Voila les eurodéputés pour l'accord de pêche au Sahara Occidental
25.02 - 2019 / 25.02 - 2019Brême : importante importation controversée de farine de poisson
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Le PE ignore la Cour et adopte un accord de pêche marocain
12.02 - 2019 / 12.02 - 2019Human Rights Watch pour avis de la cour sur l'accord de pêche UE-Maroc
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019110 députés pour le renvoi de l'accord de pêche UE-Maroc à la Cour
10.02 - 2019 / 10.02 - 2019Le PE traitera-t-il avec un territoire des moins libre du monde ?
06.02 - 2019 / 06.02 - 201998 groupes sahraouis appellent le PE à rejeter l'accord de pêche
04.02 - 2019 / 04.02 - 2019Le navire fuyard des Green Reefer est arrivé à Abidjan
03.02 - 2019 / 03.02 - 2019Ces eurodéputés ont voté pour le commerce avec le Sahara Occupé
01.02 - 2019 / 01.02 - 2019Les fermiers espagnols soucieux de l'accord UE pour le Sahara occupé
30.01 - 2019 / 30.01 - 2019Le Conseil UE refuse la transparence sur l'avis pour l'accord de pêche




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi