CGG désigne Shell comme responsable de l'étude sahraouie
oceanic_vega_21.09.2019_610.jpg

Un navire d'étude sismique franco-norvégien est entré par au moins quatre fois dans les eaux sahraouies. La société à l'origine de l'exploration blâme son client néerlandais.
Mis à jour le: 10.11 - 2019 20:34Imprimez cette page    
Le navire d'étude sismique battant pavillon norvégien, l'Oceanic Vega, a réalisé au cours des derniers mois des études d'exploration sismique au large de la côte mauritanienne, avec des incursions dans les eaux au large du Sahara Occidental occupé.

Le navire est entré dans les eaux occupées à quatre reprises entre le 14 et le 22 septembre 2019. La frontière maritime entre la Mauritanie et le Sahara Occidental n'a jamais été officiellement définie, mais lors d'une négociation, elle pourrait aller soit directement ouest de la frontière terrestre internationale qui coupe la péninsule Ras Nouadhibou en deux, soit dans le prolongement de la frontière terrestre. Les quatre entrées dans les eaux sahraouies ont toutes eu lieu au nord de ces deux possible frontières, donc indéniablement dans les eaux sahraouies.

Dans une lettre du 4 novembre 2019, l'exploitant français du navire, CGG, a écrit à l'association solidaire du Sahara Occidental, APSO, que la société « ne choisit pas le lieu de ses opérations à terre et en mer ».

La société a également déclaré qu'« en Mauritanie, et sur le bloc C19 en particulier, le client nous a confirmé qu'il dispose des autorisations nécessaires pour effectuer les opérations sismiques en cours » et que l'Oceanic Vega est situé « à l'intérieur des frontières d'exploration ».

La société détenant les droits sur le bloc C19 est Shell. La multinationale néerlandaise a obtenu la licence mauritanienne C19 en juillet 2018. Le service de presse IHS a rapporté en juin 2019 que CGG s'était vu confier le travail d'exploration.

On ne sait pas pourquoi CGG et Shell peuvent affirmer si sûrement que la frontière mauritanienne se situe aussi loin au nord. Western Sahara Resource Watch n'a ni demandé d'éclaircissement aux autorités sahraouies ni à Shell.

Le navire Oceanic Vega appartient conjointement à CGG et à la société norvégienne Eidesvik AS. Le 2 octobre 2019, le Comité norvégien de soutien au Sahara occidental a écrit à Eidesvik pour lui demander si la société avait obtenu l'autorisation de pénétrer dans ces eaux et si des données sismiques avaient été obtenues du territoire.

"Eidesvik possède 50% du navire en question", a écrit Jan Fredrik Meling, président-directeur général d'EIdesik, le même jour.

"Le navire a signé un contrat de coque nue avec la société française de services sismiques CGG, qui l'exploite à son tour selon les contrats que CGG a avec ses clients. Si vous avez des questions concernant leurs opérations, vous devez vous adresser à CGG. Eidesvik n’a aucune influence sur les eaux dans lesquelles le navire est utilisé », a-t-il écrit.

Le 4 octobre 2019, le Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental a envoyé des questions complémentaires auxquelles il n'a pas été répondu.

Western Sahara Resource Watch s'étonne du fait que CGG renvoie l'entière responsabilité sur son client.

"Il est extrêmement irresponsable de la part de toute entreprise de tout secteur commercial de ne pas avoir le contrôle de son lieu d'activité. Nous exhortons CGG et Eidesvik AS à suivre les pratiques des compagnies de transport responsables et à s'assurer que leur flotte n'est pas utilisée dans des zones en conflit, telles que des territoires sous occupation militaire ", a déclaré Sylvia Valentin, présidente de la WSRW.

Oceanic Vega a effectué l'opération alors qu'il était accompagné de deux plus petits navires de soutien, le Jan van Gent et le Aquarius. Le Jan van Gent a déjà été utilisé à plusieurs reprises pour de telles opérations au Sahara Occidental.

L'exploration pétrolière au Sahara Occidental viole le droit international. Cet avis a été exprimé pour la première fois dans un avis juridique des Nations Unies en 2002. Depuis lors, la Cour de justice de l'UE a pris des décisions fermes en matière d'accords commerciaux couvrant le territoire.

Quatre sociétés de services sismiques norvégiennes ont déjà exercé des activités au Sahara Occidental sur une mission du gouvernement marocain et ont depuis regretté leur implication.

Le courrier des APSO à CGG, 19 octobre 2019, est ici.

14 septembre 2019
oceanic_vega_14.09.2019_609.jpg

17 septembre 2019
oceanic_vega_17.09.2019_609.jpg

21 septembre 2019
oceanic_vega_21.09.2019_609.jpg

22 septembre 2019
oceanic_vega_22.09.2019_609.jpg



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..




    

Haut de page
Actualités:

30.03 - 2020 / 30.03 - 2020L'Afrique principal importateur de poisson sahraoui congelé
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020La Commission de l'UE recule sur l'étiquetage des produits du Sahara
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Des organisations allemandes condamnent le convoyeur de Continental
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Le Parlement européen prêt à atterrir à l'aveuglette
11.03 - 2020 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Brexit GB risque de copier les erreurs de l'UE sur le Sahara
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Ici l'avis juridique du Conseil de l'UE sur la pêche en eaux occupées
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Polisario en justice contre le fonds de pension Kiwi
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Pourquoi cette déclaration de l'UE continue à disparaître ?
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Confirmation: les produits du Sahara Occidental à étiqueter comme tels
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Retournement spectaculaire de la CE sur l'étiquetage du Sahara
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Appel d'offres du Maroc pour du solaire en territoire occupé
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental
09.02 - 2020 / 09.02 - 2020CE : les produits du Sahara Occidental sont à étiqueter comme tels
26.01 - 2020 / 26.01 - 2020Des États demandent à l'Espagne de respecter les droits des Sahraouis
19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Continental négocie le renouvellement du contrat avec l'OCP
19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Fugro est de retour au Sahara Occidental occupé
10.12 - 2019 / 10.12 - 2019La flottille cible un navire pilleur de phosphate
10.12 - 2019 / 10.12 - 2019WSRW : interrogez l'Espagne sur le Sahara Occidental pour l'EPU
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019 Une plage de conflits prend forme aux îles Canaries
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les inspecteurs néerlandais confirment l'huile de poisson controversée
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers kiwis menacent de ne pas décharger une cargaison du Sahara
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Du sable de conflit pour couvrir la plage des Canaries
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019La COP 25 va-t-elle préciser si elle accepte des projets illégaux ?
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Enel signe un contrat pour la construction du parc éolien de Boujdour
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers neozélandais alertent l'importateur kiwi de phosphate
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Hans Corell critique la pêche de l'UE au Sahara Occidental
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019La litigieuse aquaculture turque en question
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019CGG désigne Shell comme responsable de l'étude sahraouie




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi