Les inspecteurs néerlandais confirment l'huile de poisson controversée
oramalia.jpg

Pour la deuxième fois en moins de deux mois, le même chimiquier a effectué le voyage direct du Sahara Occidental occupé au port de Rotterdam. Le gouvernement néerlandais fait la lumière sur le contenu du navire.
Mis à jour le: 05.12 - 2019 14:26Imprimez cette page    
Le 2 décembre le chimiquier Oramalia a fait une nouvelle arrivée controversée dans le port de Rotterdam. Un transport similaire a été effectué le 15 octobre 2019.

Comme indiqué par Western Sahara Resource Watch (WSRW), il y avait lieu de supposer que l'arrivée du même navire en octobre était liée aux importations d'huile de poisson aux Pays-Bas. Cette spéculation a été confirmée par les autorités alimentaires néerlandaises, la NVMA (Nederlandse Voedsel en Warenautoriteit), dans un courrier adressé à la Fondation néerlandaise pour l'autodétermination au Sahara Occidental, partenaire de WSRW.

Le commerce est controversé, le Maroc occupant illégalement l'ancienne colonie espagnole du Sahara Occidental. Alors que la moitié du peuple du Sahara Occidental vit dans des camps de réfugiés en Algérie voisine, le Maroc finance actuellement cette occupation coûteuse en vendant le poisson des Sahraouis, sous forme d'huile, transporté à bord de navires-citernes à destination de Rotterdam.

La NVWA écrit avoir vérifié trois échantillons du premier envoi en octobre 2019. « Les certificats sont conformes aux exigences légales. Pour l'échantillon d'huile de poisson destiné à l'alimentation animale, il s'agit du modèle conforme au règlement de l'UE n °. 142/2011, annexe XV, chapitre 9. Pour l'échantillon d'huile de poisson destiné à la consommation humaine, il s'agit du modèle conforme au règlement UE n° 2074/2005, annexe VI, chapitre IV ”, écrit l'inspecteur vétérinaire.

Il semblerait donc que la cargaison présente à bord de l’Oramalia soit composée à la fois d’huile de poisson destinée à la fabrication d’aliments pour animaux et d’huile de poisson destinée à la consommation humaine. Ceci est pertinent du point de vue de la fiscalité. Le Sahara Occidental doit être considéré comme un État tiers. La taxe sur les produits d'un pays tiers sur l'huile de poisson destinée à la production d'aliments pour animaux est de 0% . Toutefois, la taxe pour les produits d'un pays tiers sur l'huile de poisson destinée à la consommation humaine est de 16%.

Mais il y a un hic. Bien que les autorités alimentaires néerlandaises n'aient pas précisé quelles entreprises exportatrices sont mentionnées sur les certificats accompagnant l'huile de poisson, elles précisent toutefois que toutes ces entreprises figurent sur la liste des exportateurs agréés du Maroc établie par la Commission. Ainsi, même si le Oramalia a embarqué une cargaison à El Aaiún, dans le Sahara Occidental occupé, puis a pris la mer directement pour Rotterdam, les certificats indiquent que l'exportateur était au Maroc et non au Sahara Occidental. Environ un tiers des usines de transformation de produits de la pêche répertoriées par la Commission européenne comme exportateurs agréés du Maroc se trouvent en fait au Sahara Occidental occupé - y compris la société exportatrice de l'huile de poisson chargée à bord de l'Oramalia.

"Nous sommes liés par la législation européenne et les listes qui y sont publiées", écrit NVWA.

"Le pouvoir d'établir des listes d'entreprises agréées revient à la Commission européenne. Si certaines entreprises sont à tort inscrites sur les listes du Maroc, elles devront être adaptées par les responsables. La Commission européenne devra décider d'ajouter le Sahara Occidental à les listes de pays et d’établir une liste séparée pour les entreprises situées dans la zone disputée. Tant que cette mesure n’a pas été mise en œuvre, nous ne pouvons prendre aucune décision autre que de considérer ces envois comme ayant une origine marocaine ", a expliqué NVWA.

Sahara Occidental Resource Watch estime que la pratique de la Commission est extrêmement contraire à l'éthique, à plusieurs niveaux.

"Les responsables de l'UE semblent être des acrobates diplomatiques : tout en affirmant qu'ils ne reconnaissent pas la souveraineté autoproclamée du Maroc sur les parties du Sahara Occidental placées sous le contrôle militaire marocain, ils n'ont aucun problème à importer des marchandises du Sahara Occidental comme si elles venaient du Maroc. Même si cela correspond à 16% de fraude fiscale pour les contribuables européens - en l'occurrence les Néerlandais. Les affaires sont rentables sur le dos des Sahraouis ", a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch.



Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

30.03 - 2020 / 30.03 - 2020L'Afrique principal importateur de poisson sahraoui congelé
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020La Commission de l'UE recule sur l'étiquetage des produits du Sahara
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Des organisations allemandes condamnent le convoyeur de Continental
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Le Parlement européen prêt à atterrir à l'aveuglette
11.03 - 2020 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Brexit GB risque de copier les erreurs de l'UE sur le Sahara
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Ici l'avis juridique du Conseil de l'UE sur la pêche en eaux occupées
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Polisario en justice contre le fonds de pension Kiwi
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Pourquoi cette déclaration de l'UE continue à disparaître ?
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Confirmation: les produits du Sahara Occidental à étiqueter comme tels
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Retournement spectaculaire de la CE sur l'étiquetage du Sahara
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Appel d'offres du Maroc pour du solaire en territoire occupé
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental
09.02 - 2020 / 09.02 - 2020CE : les produits du Sahara Occidental sont à étiqueter comme tels
26.01 - 2020 / 26.01 - 2020Des États demandent à l'Espagne de respecter les droits des Sahraouis
19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Continental négocie le renouvellement du contrat avec l'OCP
19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Fugro est de retour au Sahara Occidental occupé
10.12 - 2019 / 10.12 - 2019La flottille cible un navire pilleur de phosphate
10.12 - 2019 / 10.12 - 2019WSRW : interrogez l'Espagne sur le Sahara Occidental pour l'EPU
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019 Une plage de conflits prend forme aux îles Canaries
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les inspecteurs néerlandais confirment l'huile de poisson controversée
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers kiwis menacent de ne pas décharger une cargaison du Sahara
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Du sable de conflit pour couvrir la plage des Canaries
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019La COP 25 va-t-elle préciser si elle accepte des projets illégaux ?
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Enel signe un contrat pour la construction du parc éolien de Boujdour
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers neozélandais alertent l'importateur kiwi de phosphate
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Hans Corell critique la pêche de l'UE au Sahara Occidental
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019La litigieuse aquaculture turque en question
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019CGG désigne Shell comme responsable de l'étude sahraouie




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi