La flottille cible un navire pilleur de phosphate


Un navire canadien-japonais qui a transporté du phosphate de conflit depuis le Sahara Occidental occupé a hier été accueilli par une flottille de manifestant en Nouvelle-Zélande.
Mis à jour le: 10.12 - 2019 18:50Imprimez cette page    
Dans la matinée du 9 décembre 2019, le vraquier Federal Crimson - transportant 50000 tonnes de phosphate du Sahara Occidental occupé - a été accueilli par une flottille pacifique de 15 kayaks et un yacht avec plus de 100 citoyens. 80 militants chantaient des chansons de protestation depuis la terre.

Les manifestants ont appelé la société d'importation Ravensdown à cesser immédiatement d'acheter du phosphate sahraoui.

La veille au soir, alors que le navire arrivait au port, une lettre de protestation a été remise au capitaine du navire par la filiale du port de Lyttelton de l'Union des transports ferroviaires et maritimes (RMTU). Il y a environ un mois, le Conseil des syndicats (CTU) de Nouvelle-Zélande a adopté une résolution condamnant l'occupation illégale du Sahara Occidental par le Maroc et appelant le gouvernement néo-zélandais à suspendre les importations de phosphate du territoire. RMTU est affilié au Conseil.

Depuis son arrivée en Nouvelle-Zélande, le Federal Crimson n'avait vécu qu'un écueil indésirable. Il y a une semaine, alors que des manifestants protestaient sur le port de Napier, où le navire a déchargé une partie de sa cargaison pour les installations de Ravensdown dans la région, comme à Lyttelton, la filiale Napier de RMTU a remis un courrier au capitaine du navire, après avoir menacé de ne pas de décharger la cargaison si elle était empêchée de cette forme de protestation pacifique.

Ravensdown, le 2 décembre, a commenté les importations par le biais d'une déclaration sur son compte Facebook.

Des manifestations de la société civile se déroulent dans différents ports de la Nouvelle-Zélande depuis des semaines maintenant, appelant Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients à mettre fin à l'importation du "phosphate sanglant". Les deux sociétés, qui sont des coopératives d'agriculteurs, importent de la roche phosphatée du Sahara Occidental occupé - un territoire non autonome en Afrique du Nord-Ouest brutalement envahi et annexé par le Maroc en 1975. À ce jour, le Maroc continue d'occuper militairement les trois quarts du territoire, y compris ses réserves de phosphate qui sont exploitées au profit du Trésor national marocain. Le peuple sahraoui - vivant dans des camps de réfugiés en Algérie ou sous le joug d'une oppression brutale - n'a pas consenti au commerce du phosphate, pré-requis découlant de son droit internationalement reconnu à l'autodétermination.

Le commerce controversé est détaillé dans le rapport annuel Western Sahara Resource Watch P pour Pillage. La Nouvelle-Zélande est l'un des rares pays à importer encore le minerai du conflit, après que l'Espagne, la Lituanie, l'Australie, la Colombie, le Venezuela, le Mexique, le Canada, les États-Unis et la Norvège ont interrompu le commerce ces dernières années.

Le navire Federal Crimson est exploité par Fednav Ltd, Canada (président LG Pathy lgpathy@fednav.com, vice-président opérations, M. Paul A Gourdeau, pgourdeau@fednav.com, vice-président affréteur, M. James W Easey, jeasey@fednav.com). Le propriétaire du groupe est Marubeni Corp, Japon, tandis que le propriétaire enregistré est MMSL Pte Ltd, Singapour. P&I par UK P&I Club.

Des extraits de films en haute résolution seront publiés dans cet article le 11 décembre.
Cliquez sur chaque image ci-dessous pour une version haute résolution.

federalcrimson1_609.jpg
Crédit photo: Josie Blossfeld

federalcrimson2_609.jpg
L'organisatrice Josie Butler et des citoyens concernés se sont rendus au port ce matin pour protester contre le Federal Crimson (Crédit photo: Nathen Fitchen)

federalcrimson3_609.jpg
Les kayaks et les planches à pagaie se dirigent vers le Federal Crimson (Crédit photo: Josie Blossfield)

857ffederalcrimson4_609.jpg
Le résident de Christchurch, Jacob Rados, est assis patiemment sur le yacht Cimarrón, se préparant pour le départ (Crédit photo: (Josie Blossfield)

federalcrimson5_609.jpg
Membres de l'Union des transports ferroviaires et maritimes devant le navire, comme ci-dessus (Crédit photo: RMTU)

federalcrimson6_609.jpg
Les membres de la Rail and Maritime Transport Union (RMTU), Lyttelton Port Branch, remettent leur lettre de protestation au capitaine du Federal Crimson. Les délégués de gauche à droite sont Mike Shrimpton - contremaître et président de la filiale de RMTU Lyttelton, Laurie Collins - manutentionnaire, Brian Watkins - responsable de la sécurité, Ray Spain - manutentionnaire (Crédit photo: RMTU)

local_business_protest_nz_federal_crimson.jpg
Les entreprises locales près du port se joignent à la protestation contre la cargaison litigieuse du Federal Crimson.

federalcrimson7_609.jpg
Crédit photo: Josie Blossfeld


Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..



    

Haut de page
Actualités:

30.03 - 2020 / 30.03 - 2020L'Afrique principal importateur de poisson sahraoui congelé
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020La Commission de l'UE recule sur l'étiquetage des produits du Sahara
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Des organisations allemandes condamnent le convoyeur de Continental
23.03 - 2020 / 23.03 - 2020Le Parlement européen prêt à atterrir à l'aveuglette
11.03 - 2020 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Brexit GB risque de copier les erreurs de l'UE sur le Sahara
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Ici l'avis juridique du Conseil de l'UE sur la pêche en eaux occupées
08.03 - 2020 / 08.03 - 2020Le Polisario en justice contre le fonds de pension Kiwi
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Pourquoi cette déclaration de l'UE continue à disparaître ?
24.02 - 2020 / 24.02 - 2020Confirmation: les produits du Sahara Occidental à étiqueter comme tels
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Retournement spectaculaire de la CE sur l'étiquetage du Sahara
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020Appel d'offres du Maroc pour du solaire en territoire occupé
12.02 - 2020 / 12.02 - 2020AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental
09.02 - 2020 / 09.02 - 2020CE : les produits du Sahara Occidental sont à étiqueter comme tels
26.01 - 2020 / 26.01 - 2020Des États demandent à l'Espagne de respecter les droits des Sahraouis
19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Continental négocie le renouvellement du contrat avec l'OCP
19.01 - 2020 / 19.01 - 2020Fugro est de retour au Sahara Occidental occupé
10.12 - 2019 / 10.12 - 2019La flottille cible un navire pilleur de phosphate
10.12 - 2019 / 10.12 - 2019WSRW : interrogez l'Espagne sur le Sahara Occidental pour l'EPU
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019 Une plage de conflits prend forme aux îles Canaries
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les inspecteurs néerlandais confirment l'huile de poisson controversée
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers kiwis menacent de ne pas décharger une cargaison du Sahara
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Du sable de conflit pour couvrir la plage des Canaries
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019La COP 25 va-t-elle préciser si elle accepte des projets illégaux ?
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Enel signe un contrat pour la construction du parc éolien de Boujdour
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Les dockers neozélandais alertent l'importateur kiwi de phosphate
05.12 - 2019 / 05.12 - 2019Hans Corell critique la pêche de l'UE au Sahara Occidental
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019La litigieuse aquaculture turque en question
10.11 - 2019 / 10.11 - 2019CGG désigne Shell comme responsable de l'étude sahraouie




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi