Fin des fournitures suédoises pour la mine de Bou Craa
epiroc_610.jpg

La société suédoise d'équipement minier Epiroc a annoncé qu'elle ne fournirait plus la mine de phosphate controversée de Bou Craa au Sahara Occidental occupé. La société allemande Continental devrait suivre l'exemple, commente WSRW.
Mis à jour le: 05.10 - 2020 15:27Imprimez cette page    
Depuis 12 ans des entreprises suédoises fournissant des équipements de forage pour l'exploitation de la mine controversée de Bou Craa au Sahara Occidental occupé, c'est maintenant fini.

"Nous n'avons aucun accord pour la maintenance ou la fourniture de la mine de Boucraa au Sahara Occidental et nous n'avons pas l'intention de fournir la mine à l'avenir", a écrit Camilla Goldbeck-Löwe, vice-présidente de la responsabilité d'entreprise, dans un courriel à Western Sahara Resource Watch (WSRW) du 8 septembre 2020. WSRW a depuis reçu confirmation de cette information de plusieurs sources.

Epiroc est une société suédoise assez récente, créée en 2018. La société a été créée à la suite d'une décision de la société suédoise Atlas Copco de scinder son ancienne activité d'équipement minier. Au moment de la scission, Atlas Copco vendait et entretenait depuis plusieurs années du matériel pour la mine controversée du Sahara Occidental. Ses premières ventes datent de 2008 et l'accord n'a été révélé par WSRW qu'en 2013.

Bien qu'Atlas Copco et Epiroc n'aient pas commenté la question pendant longtemps après la création d'Epiroc, les propriétaires des deux sociétés s'entendaient pour dire que le contrat avec OCP avait été repris par Epiroc, comme c'était le cas avec d'autres contrats d'Atlas Copco. Un courrier adressé à Epiroc en novembre 2019 n'a pas reçu de réponse, mais lorsqu'elle a été interpellée par le Centre de ressources sur les entreprises et les droits de l'homme plus tôt cette année, la société a déclaré qu'elle "examinait actuellement cette question".

Cependant, un tweet d'Atlas Copco le 10 avril 2019 a semé la confusion quant à la société qui détenait effectivement l'obligation contractuelle. Atlas Copco a déclaré sur les réseaux sociaux que "l'extraction du phosphate faite par notre client suit les règles du droit international". Le tweet est toujours en ligne.

Maintenant, Atlas Copco affirme qu'aucune des deux sociétés ne joue un rôle dans la mine. "Atlas Copco n’exerce aucune activité au Sahara Occidental. Le client de la mine de Bou Craa et d’Atlas Copco a convenu qu’il n’y aurait pas de nouvelles commandes pour la livraison d’équipements, de pièces de rechange et de services au Sahara Occidental", a déclaré par écrit à WSRW la vice-président à la durabilité d’Atlas Copco, Sofia Svingby, dans un courrier du 18 septembre 2020. Cela a été confirmé au Centre de ressources pour les entreprises et les droits de l'homme dans un courrier du 9 mars 2020. "Atlas Copco n'a pas d'opérations au Sahara Occidental. Le secteur des équipements miniers fait désormais partie d'un société publique différente, Epiroc AB. [...] Il n'y a aucun service rendu par le personnel d'Atlas Copco au Sahara Occidental », écrivait la société à l'époque.

Western Sahara Resource Watch demande désormais à la société allemande Continental - qui fournit des courroies en caoutchouc pour l'importante infrastructure de convoyage de la mine - de suivre l'exemple donné par la société suédoise. Le contrat de plusieurs années de Continental pour la fourniture du système de bande transporteuse a expiré en juillet 2020. WSRW ne sait pas s'il a été renouvelé.

"Nous demandons à Continental de clarifier et de dire ce qu'il est advenu du contrat expiré avec l'OCP. Epiroc a montré qu'il est parfaitement possible pour une entreprise de maintenir des opérations commerciales au Maroc, tout en arrêtant l'approvisionnement de la mine de Bou Craa en Sahara Occidental occupé. Une compagnie nationale marocaine n'a pas le droit d'exploiter une mine de phosphate au Sahara Occidental sans avoir obtenu le consentement du peuple du territoire. En contribuant aux opérations de la mine, des sociétés internationales contribuent à l'occupation illégale. Continental doit maintenant suivre l'exemple d'Epiroc, et exprimer immédiatement et sans condition qu'elle a mis fin à son engagement. Nous félicitons Epiroc d'avoir fait preuve de responsabilité et d'avoir pris les devants", a déclaré Tim Sauer de Western Sahara Resource Watch en Allemagne.

Les autres sociétés fournissant la mine sur les terres occupées sont Siemens, Caterpillar et Worley Ltd.

Ce n’est pas la première fois que la restructuration d’entreprises conduit à un remaniement sur les controverses au Sahara occidental. En 2018, le grand groupe allemand Dr.Oetker a vendu sa division maritime Hamburg Süd au géant danois des conteneurs Maersk. La filiale britannique de Hamburg Süd, Furness Withy, était à l'époque l'affréteur responsable des transports de phosphates vers l'Australie / Nouvelle-Zélande. L'acquisition de Hamburg Süd par Maersk étant finalisée, Maersk s'est assuré d'interrompre les transports en Oczanie. Furness Withy était l'affréteur du vraquier NM Cherry Blossom qui a été détenu en Afrique du Sud pour avoir expédié illégalement le minerai de la zone de conflit hors du territoire occupé.



    

Haut de page
Actualités:

12.10 - 2020 / 12.10 - 2020La pêche Russe toujours absente du Sahara Occidental
07.10 - 2020 / 07.10 - 2020Reprise des imports controversés de poisson en Afrique de l'Ouest
05.10 - 2020 / 05.10 - 2020Fin des fournitures suédoises pour la mine de Bou Craa
05.10 - 2020 / 05.10 - 2020Le pillage allemand des eaux au Sahara Occidental est important
29.09 - 2020 / 05.09 - 202010 ans de prison injuste : libération immédiate du groupe Gdeim Izik
29.09 - 2020 / 29.09 - 2020DHL ignore les droits sahraouis pour 5 colis par jour
30.08 - 2020 / 30.08 - 2020Plans pour la troisième centrale solaire au Sahara Occidental occupé
30.08 - 2020 / 30.08 - 2020Voltalia veut construire un parc éolien au Sahara Occidental occupé
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020AG de Deutsche Post : quid des opérations au Sahara Occidental
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020Une nouvelle entreprise indienne au Sahara Occidental occupé
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020Continental doute sur l'approvisionnement au Sahara Occidental
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020L'installation à Bitcoin garde le silence sur le parc éolien de Dakhla
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020La Namibie accuse l'Espagne de ne pas respecter les droits sahraouis
06.07 - 2020 / 06.07 - 2020Les supermarchés suisses interdisent les produits du Sahara Occidental
06.07 - 2020 / 06.07 - 2020HeidelbergCement cite les bénéfices locaux et ignore le consentement
06.07 - 2020 / 06.07 - 2020Farine de poisson : les données allemandes confirment la controverse
26.06 - 2020 / 26.06 - 2020Turquie : 1er bailleur de fonds de l'occupation du Sahara Occidental
25.06 - 2020 / 25.06 - 2020Ces navires transportent le carburant de l'occupation
25.06 - 2020 / 25.06 - 2020En Nouvelle-Zélande barrage de routes contre les minerais de conflit
25.06 - 2020 / 25.06 - 2020WSRW exhorte les actionnaires à défier Continental
07.06 - 2020 / 07.06 - 2020Le navire de gaz norvégien détourné du Sahara Occidental
31.05 - 2020 / 31.05 - 2020La Banque mondiale a supprimé des cartes erronées
31.05 - 2020 / 31.05 - 2020Un accord de pêche controversé entre la Russie et le Maroc à l'horizon
31.05 - 2020 / 31.05 - 2020Le géant autrichien dit non au commerce avec le Sahara Occidental
14.05 - 2020 / 14.05 - 2020L'Allemagne dément un crédit à l'OCP pour le Sahara Occidental
11.05 - 2020 / 11.05 - 2020HeidelbergCement se développe au Sahara Occidental occupé
10.05 - 2020 / 10.05 - 2020Equinor n'exportera plus de gaz vers le Sahara Occidental occupé
09.05 - 2020 / 09.05 - 2020Les importateurs kiwi ignorent leur gouvernement sur le Sahara
09.05 - 2020 / 09.05 - 2020Le service du Bundestag analyse la politique marocaine de colonisation
09.05 - 2020 / 09.05 - 2020Les camions Caterpillar transportent des minéraux du conflit




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi