En Nouvelle-Zélande des manifestants bloquent des usines controversées


Les portes d'entrée des usines de Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients en Nouvelle-Zélande ont aujourd'hui été bloquées par des activistes pro-sahraouis dénonçant les importations de minerais de conflit du Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 17.11 - 2020 00:07Imprimez cette page    
Aujourd'hui 16 novembre 2020 en Nouvelle-Zélande, des manifestants ont dénoncé les sociétés Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients, deux coopératives d'agriculteurs qui font partie des dernières entreprises à continuer à importer du minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé.

La manifestation a reçu une grande attention médiatique en Nouvelle-Zélande, comme dans TVNZ, Otago Daily Times, Stuff et Sunlive.

À Tauranga, des militants ont construit des trépieds et se sont enchainés aux portes de l'usine de Ballance, stoppant l'accès. Au moins un manifestant a été arrêté. À Masteron, les militants se sont enchainés aux portes de l'usine de Ravensdown, arrêtant toutes les opérations. Ici aussi, une personne a été arrêtée. À Dunedin, les militants ont fermé le dépôt Ballance à Taieri. La police est présente et a menacé d'arrestation. À Christchurch, des militants ont remis une lettre de protestation au bureau principal de Ravensdown et ont bloqué l'entrée principale du bâtiment.

Le Sahara Occidental est la dernière colonie d'Afrique, qui n'a pas encore abouti son processus d'autodétermination. Vendredi dernier, 13 novembre 2020, l'accord de cessez-le-feu vieux de trois décennies entre la puissance occupante marocaine et le mouvement de libération Polisario, s'est effondré après que les troupes marocaines sont violemment intervenues dans une manifestation sahraouie qui a eu lieu dans la soi-disant bande tampon, où la présence militaire est strictement interdit. L'armée de libération sahraouie a riposté en attaquant les postes militaires marocains stationnés le long du mur - une fortification militaire de 2700 km érigé par le Maroc, divisant effectivement le territoire. Hier, les forces armées marocaines ont répondu conformément à la décision de Rabat de "ne tolérer aucune provocation de ce type". Aujourd'hui, le Sahara Occidental est à nouveau le théâtre de la guerre.

Les Sahraouis demandent depuis des années à Ravensdown et Ballance de mettre fin aux importations de leur patrie occupée, qu'ils perçoivent comme le financement et la légitimation d'une occupation illégale. Les entreprises ont malgré tout continué leurs achats.

Les importations de Ravensdown et Ballance vont à l'encontre de l'avis du gouvernement néo-zélandais, qui a exhorté les entreprises à chercher à importer depuis d'autres sources. Plus tôt cette année, le Ministre des affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande a écrit que "le Gouvernement néo-zélandais a toujours indiqué clairement aux entreprises qui importent du Sahara Occidental qu'elles doivent se conformer au droit international, demander un avis juridique indépendant et qu'elles importent à leur propre risque."

Le Ministre a ajouté que "Le Gouvernement a également demandé à l'industrie des engrais de rechercher activement la viabilité d'autres sources de phosphate qui répondront aux besoins spécifiques des pâturages néo-zélandais. Malheureusement pour l'instant aucun solution viable n'a été trouvées mais le gouvernement entend que les efforts pour trouver une source alternative se poursuivront."



    

Haut de page
Actualités:

19.11 - 2020 / 19.11 - 2020Le gouv. sahraoui : aucune activité au Sahara Occidental en guerre
18.11 - 2020 / 18.11 - 2020WSRW appelle à la suspension de l'accord de pêche UE-Maroc
17.11 - 2020 / 17.11 - 2020Commission Européenne : le Sahara Occidental est hors accord aérien
17.11 - 2020 / 17.11 - 2020En Nouvelle-Zélande des manifestants bloquent des usines controversées
13.11 - 2020 / 13.11 - 2020Le Maroc intervient militairement pour défendre le couloir du pillage
13.11 - 2020 / 13.11 - 2020Parole d'eurodéputés : l'UE doit mettre en garde Enel et Siemens
06.11 - 2020 / 06.11 - 2020La Cie suédoise d'énergies renouvelables Azelio muet sur le Sahara
06.11 - 2020 / 06.11 - 2020DNV GL quitte son projet au Sahara Occidental, et ne reviendra pas
06.11 - 2020 / 06.11 - 2020Siemens Gamesa signe un nouvel accord majeur pour le Sahara Occidental
06.11 - 2020 / 06.11 - 2020La flotte UE-Mauritanienne contourne le barrage routier sahraoui
12.10 - 2020 / 12.10 - 2020La pêche Russe toujours absente du Sahara Occidental
07.10 - 2020 / 07.10 - 2020Reprise des imports controversés de poisson en Afrique de l'Ouest
05.10 - 2020 / 05.10 - 2020Fin des fournitures suédoises pour la mine de Bou Craa
05.10 - 2020 / 05.10 - 2020Le pillage allemand des eaux au Sahara Occidental est important
29.09 - 2020 / 05.09 - 202010 ans de prison injuste : libération immédiate du groupe Gdeim Izik
29.09 - 2020 / 29.09 - 2020DHL ignore les droits sahraouis pour 5 colis par jour
30.08 - 2020 / 30.08 - 2020Plans pour la troisième centrale solaire au Sahara Occidental occupé
30.08 - 2020 / 30.08 - 2020Voltalia veut construire un parc éolien au Sahara Occidental occupé
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020AG de Deutsche Post : quid des opérations au Sahara Occidental
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020Une nouvelle entreprise indienne au Sahara Occidental occupé
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020Continental doute sur l'approvisionnement au Sahara Occidental
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020L'installation à Bitcoin garde le silence sur le parc éolien de Dakhla
03.08 - 2020 / 03.08 - 2020La Namibie accuse l'Espagne de ne pas respecter les droits sahraouis
06.07 - 2020 / 06.07 - 2020Les supermarchés suisses interdisent les produits du Sahara Occidental
06.07 - 2020 / 06.07 - 2020HeidelbergCement cite les bénéfices locaux et ignore le consentement
06.07 - 2020 / 06.07 - 2020Farine de poisson : les données allemandes confirment la controverse
26.06 - 2020 / 26.06 - 2020Turquie : 1er bailleur de fonds de l'occupation du Sahara Occidental
25.06 - 2020 / 25.06 - 2020Ces navires transportent le carburant de l'occupation
25.06 - 2020 / 25.06 - 2020En Nouvelle-Zélande barrage de routes contre les minerais de conflit
25.06 - 2020 / 25.06 - 2020WSRW exhorte les actionnaires à défier Continental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls : affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Ce n'est pas aisé de suivre toutes les procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des cinq différentes affaires portées devant la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2019
WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi