Pris en flagrant délit au Sahara Occidental occupé
curbeiro_610.jpg

Plusieurs navires battant pavillon de l'UE ont ouvertement ignoré et violé le jugement de la Cour de justice de l'UE qui invalide l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental. Les voici.
Mis à jour le: 18.07 - 2018 23:08Imprimez cette page    
Les images ci-dessous sont recueillies à partir du site Web Global Fishing Watch

"A l'heure actuelle, aucun navire de pêche de l'UE ne peut opérer légalement dans le cadre de l'accord avec le Maroc dans les eaux adjacentes au Sahara Occidental", a déclaré Vincent Piket, chef de la Division Maghreb du Service européen pour l'action extérieure lors d'un séminaire sur les relations UE-Maroc, organisé par le groupe ADLE au Parlement européen le 25 avril 2018.

Deux mois plus tôt, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) avait conclu que l'accord de partenariat de pêche UE-Maroc ne pouvait être appliqué au Sahara Occidental. Selon la Cour, le Sahara Occidental ne relève pas de la "souveraineté ou de la juridiction" marocaine et ne fait pas partie des "zones de pêche marocaines" - une notion utilisée dans tout l'accord et ses protocoles d'application.

Western Sahara Resource Watch a surveillé les pratiques de pêche sur le territoire depuis cette décision et peut affirmer que les navires ci-dessous ont pêché dans les eaux au large du Sahara Occidental occupé après que la Cour de l'UE se soit prononcée sur la question. Les graphiques ci-dessous - tirés du site Global Fishing Watch - montrent des images de plusieurs navires espagnols pêchant clairement dans les eaux du Sahara Occidental, tandis que plusieurs autres navires - français, allemand, danois et espagnol - pêchent des deux côtés de la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sahara Occidental.

Quatre chalutiers espagnols ont été repérés dans les eaux les plus méridionales du Sahara Occidental en juin 2018 : le Catrua (OMI 9212618, ISMM 224355000), le Curbeiro (OMI 9194191, ISMM 224106000), le Isla De Santa (OMI 9192806, ISMM 224292000) et le Mercedes Quesada (OMI inconnu, MMSI 224283540).

En outre, les bateaux de pêche suivants ont été repérés alors qu'ils tyraversaient la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sahara Occidental, pour pêcher dans ce dernier : le Balamida (espagnol, OMI 9362762, MMSI 224574000), le Funcho (espagnol, OMI 9230701, MMSI 224266000), le Hermanos Delgado (Espagnol, OMI 8739932, ISMM 224026860), le Cap Mauritanie 1 (Français, OMI inconnu, ISMM 227827000), le Helen Mary (Allemand, OMI 9126364, ISMM 211238930), le Monsun (Danois, utilise aussi le nom Sebastian, OMI 8522406, ISMM 219340000 ).

Sur la base de ces informations, Western Sahara Resource Watch a des raisons de croire qu'un certain nombre de navires européens pêchent illégalement au large du Sahara Occidental et demande à la Commission européenne et aux autorités nationales de France, d'Allemagne, du Danemark et Espagne pour clarifier les questions suivantes :
1. La Commission européenne a-t-elle informé les États membres des implications pratiques de l'arrêt de la Cour de justice de février 2018 pour les navires de pêche de l'UE au Sahara Occidental ?
2. La Commission européenne a-t-elle demandé aux navires basés en UE de quitter les eaux du Sahara Occidental en réponse à l'arrêt de la Cour de justice de février 2018 ?
3. La Commission européenne est-elle au courant de la pêche illégale de navires basés en UE dans les eaux du Sahara occidental ?
4. La Commission européenne a-t-elle l'intention de demander des éclaircissements aux États membres de l'UE qui sont concernés ?
5. La Commission européenne soulèvera-t-elle le problème avec les autorités mauritaniennes ?
6. Quelles mesures les autorités des États membres de l'UE concernés par les informations susmentionnées prendront-elles afin de faire respecter le droit européen et international ?


Les Catrua, pêchant dans la partie sud des eaux adjacentes au Sahara Occidental, entre le 25 juin et le 7 juillet 2018. Le navire semble faire escale dans le port de Dakhla, et celui de Nouadhibou (Mauritanie).
catrua_es_25.06-08.07.2018_610.jpg

Le Curbeiro, pêchant au large de La Güera, à la pointe sud du Sahara Occidental, en juin 2018.
curbeiro_es_08.06-08.07.2018_610.jpg

L'Isla De Santa, effectuant des voyages répétés dans la zone portuaire de Dakhla, après avoir pêché plus au sud au Sahara Occidental, en juin 2018.

isla_de_santa_es_08.06-08.07.2018_b_610.jpg

La Mercedes Quesada, pêchant dans les parties sud du Sahara occidental, et faisant des appels dans la zone portuaire de Dakhla, en juin 2018.
mercedes_quesada_es_08.06-08.07.2018_610.jpg


Le Balamida, traversant la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sahara Occidental, affichant des schémas de pêche dans les eaux du Sahara Occidental après le 27 février 2018.

balamida_es_28.02-28.05.2018_610.jpg

Le Funcho, montrant des shéma de pêche juste au nord de la frontière maritime séparant le Sahara Occidental de la Mauritanie, après le 27 février 2018.
funcho_es_28.02-28.05.18_610.jpg

L'Hermanos Delgado pêche en Mauritanie, mais fait un voyage rapide au nord dans les eaux du Sahara Occidental, après le 27 février 2018.

hermanos_delgado_es_28.02-28.05.2018_610.jpg

Cap Mauritanie 1, navire battant pavillon français effectuant une sortie de pêche exclusivement au nord de la frontière maritime entre le Sahara Occidental et la Mauritanie, au cours de la troisième semaine de juillet 2018.
cap_mauritanie_1_fr_07.07-14.07.2018_610.jpg

Le navire battant pavillon allemand Helen Mary pêchant au nord de la frontière maritime entre le Sahara Occidental et la Mauritanie, début mars 2018.
helen_mary_de_06.03-11.03.2018_b_610.jpg

Les deux images suivantes montrent le Monsun battant pavillon danois. La première image montre une sortie de pêche que le navire a entreprise la semaine dernière, traversant la frontière maritime avec la Mauritanie pour entrer au Sahara Occidental. La seconde image révèle qu'il ne s'agit pas d'un incident isolé, comme en témoignent les habitudes de pêche du navire après le 27 février 2018 qui traversent régulièrement le Sahara Occidental.
monsun_dk_07.07-14.07.2018_610.jpg

monsun_dk_27.02-14.07.2018_610.jpg



    

Haut de page

Archives:
29.10 - 2018Les diplomates marocains distribuent la propagande dans le PE
28.10 - 2018L'UE redessine les frontières pour commercer avec le Sahara Occidental
24.10 - 2018Un groupe irlandais lance une plainte auprès de l'OCDE contre San Leon
23.10 - 2018Le Polisario s'attaque à de grandes banques françaises
20.10 - 2018Doute des juristes du Parlement sur l'accord commercial avec le Sahara
20.10 - 2018 Le président de Brême : rejetez l'accord commercial sur le Sahara
19.10 - 2018Rapport de mission du PE sur le Sahara : tout politique, zéro commerce
19.10 - 2018Le rapporteur AGRI préoccupé mais favorable au commerce sur le Sahara
19.09 - 2018Plainte du Polisario contre une Cie française de produits de la mer
18.09 - 2018Pour comprendre la controverse Neo-Zélandaise sur les phosphates
18.09 - 2018Les litigieuses importations US du Sahara Occidental c'est fini
17.09 - 2018Poisson congelé volant du Sahara Occidental occupé vers l'Espagne
02.09 - 2018Mission d'information du Parlement européen au Sahara Occidental
22.08 - 2018ISOCARD fait marche arrière sur la conférence chameaux hors du Sahara
22.08 - 2018La Suède : l'accord commercial UE-Maroc va contre la justice UE
14.08 - 2018Bitcoins : controverse sur le parc éolien géant au Sahara occupé
03.08 - 2018Le Maroc n'accorde aux Sahraouis que 5% des permis de pêche à Dakhla
26.07 - 2018La Cour confirme : l'accord de pêche UE-Maroc n'inclut pas le Sahara
26.07 - 2018Vaste étude pétrolière russo-sino-britannique au Sahara Occidental
25.07 - 2018Nouvel accord de pêche UE-Maroc : le Sahara Occidental est inclu




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi