Total confirme: renouvellement pour 1 an du sale deal au Sahara occupé
total_onhym.jpg

La multinationale pétrolière française confirme avoir renouvelé pour 12 mois son permis offshore « de la région du Sahara ». La société continue à user de la terminologie de la puissance occupante du Maroc - son partenaire.
Mis à jour le: 24.02 - 2014 14:59Imprimez cette page    
" Pour répondre à vos demandes, je peux confirmer que Total et l'ONHYM ont accepté de prolonger d'un an le contrat de reconnaissance (qui n'est pas une « licence ») concernant la zone Anzarane, sur la base de la déclaration commune de principes qui a été publiée sur nos pages web respectives. Cette déclaration rappelle nos lignes directrices communes sur cette question, en conformité avec le cadre juridique international et le code de conduite de Total ", a déclaré un porte-parole de Total dans un e-mail à Western Sahara Resource Watch (WSRW) le 3 février 2014.

La prolongation de 12 mois a été signée en décembre 2013.

L'été dernier, la compagnie norvégienne d’assurance KLP, a mis Total sur la liste noire de ses portefeuilles, et vendu ses parts pour 52,6 millions de euros, en déclarant que " les activités de Total sur le plateau continental au large des côtes du Sahara Occidental peuvent être liées à des violations des normes éthiques fondamentales». Selon les recherches de KLP, Total avait une option pour prolonger l'accord de 6 mois. Le renouvellement de Total est donc de deux fois la durée prévue. WSRW sait que d'autres investisseurs éthiques ont attendu de voir ce que Total ferait en décembre 2013 avant de prendre d'autres mesures.

Total a maintenant également publié sur ses pages Web a) l'information sur ses activités ; b ) une déclaration jointe par Total et la compagnie pétrolière nationale marocain concernant l'accord pour le Sahara Occidental, ainsi que c ) un plan de gouvernement marocain pour développer ses « provinces du sud ».

Dans la déclaration signée par Total et la compagnie pétrolière nationale marocaine, les deux parties qualifient le territoire "de région du Sahara", qui est la terminologie marocaine. Total écrit explicitement " provinces du Sud " sur un lien à ses propres pages Web. Les activités ont lieu au large de la partie du Sahara Occidental occupé par le Maroc. Aucun pays au monde ne reconnait la revendication du Maroc sur le territoire. L'occupation est condamnée par l'ONU.

Plus important encore, dans la déclaration commune avec l'ONHYM, Total déclare spécifiquement ses intentions d'exploration et de production au Sahara Occidental. La déclaration indique que les deux parties "déclarent leur volonté commune de contribuer à l'exploration et la production de ressources naturelles d'hydrocarbures dans les zones d'intérêt ou d'activité onshore et offshore, y compris la région du Sahara". Cela ne peut être plus clair. Total va plus loin en déclarant ses projets pour un travail encore plus avancé.

WSRW a demandé précédemment à Total ce qu'il ferait pour obtenir le consentement du peuple sahraoui. La compagnie a toujours refusé de répondre aux questions concernant les droits du peuple du Sahara Occidental à consentir à un tel accord, comme décrit par le Conseiller juridique des Nations Unies. Voir le rapport de WSRW " injustice totale" ici.

L'année dernière la compagnie a répondu à cette question que "Total, en tant que Société d’énergie, ne s’estime pas légitime d’avoir un avis sur des sujets politiques ou diplomatiques qui appartiennent aux Nations Unies et qui sont encore débattues au sein de l'institution internationale pertinente". Maintenant, il semble que Total considère qu’il est seulement nécessaire de s’entendre avec le gouvernement marocain - et apparemment seulement en ce qui concerne l'exploration et la production d'hydrocarbures.

Total semble oublier ce point élémentaire : le Maroc n'est pas dans un position d'évaluer la volonté des Sahraouis. Total a également publié aujourd'hui un nouveau document " Notre engagement sociétal ", dans lequel le PDG de Total affirme que l'entreprise suit la responsabilité sociale des entreprises. Le même document présente une carte du Sahara Occidental comme partie du Maroc (voir dessous).

total_609.jpg

total_map.jpg



    

Haut de page


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2018
WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi