Des navires de pêche pirates japonais dans les eaux sahraouies
shoei_maru_17.10.2014_610.jpg

Dans les dernières 48 heures, trois navires de pêche japonais ont pêché dans les eaux sahraouies. WSRW a demandé au gouvernement japonais d'intervenir.
Mis à jour le: 18.10 - 2014 12:13Imprimez cette page    
taiwa_maru_17.10.2014_400.jpgDans une lettre au gouvernement Japonais le 17 octobre, Western Sahara Resource Watch appelle à ce que ces navires mettent "fin à la pêche dans laquelle ils sont engagés."

Les trois palangriers le Koryo Maru No. 51 (IMO number 8915990), le Shoei Maru No. 7 (IMO number 9120023) et le Taiwa Maru No. 88 (IMO number 9053488) ont tous été vus les 16 et 17 octobre dans les zones de pêche des eaux du Sahara Occidental.

Les navires sont là pour l'une de ses deux raisons : avec un permis signé par le gouvernement marocain sur un territoire qui ne fait pas partie du Maroc, ou sans un tel permis - ce qui signifie que les navires pêchent là même sans l'approbation ou intervention de la puissance occupante.

Dans les deux cas, la présence de navires de pêche japonais dans le territoire viole les droits des propriétaires de poissons, le peuple du Sahara occidental, et viole le droit international. Aucun État ne reconnaît les revendications marocaines sur le territoire.

La moitié du peuple sahraoui, les seuls habitants du territoire avant l'occupation marocaine, ont fui leur patrie, et vivent maintenant réfugiés dans le désert algérien.

La présence des navires de pêche japonais dans les eaux au large du Sahara Occidental illustre le médiocre contrôle environnemental du gouvernement marocain sur les eaux qu'il occupe illégalement.

koryo_maru_17.10.2014_400.jpg

    
Actualités:

11.01 - 2018 / 11.01 - 2018Avocat de la Cour UE : accord de pêche invalide car Sahara inclu
11.01 - 2018 / 11.01 - 2018La Commission UE prépare un nouvel accord de pêche, Sahara inclu
09.01 - 2018 / 09.01 - 2018Nutrien : le nouveau géant des minerais litigieux
30.12 - 2017 / 30.12 - 2017Le soutien UE au Maroc pour la pêche renforce l'industrie au Sahara
21.12 - 2017 / 21.12 - 2017La Commission de l'UE au Sahara occupé pour autoriser les exportateurs
16.12 - 2017 / 16.12 - 2017Siemens : fournisseur des éoliennes du roi du Maroc au Sahara
11.12 - 2017 / 11.12 - 2017Paradise Papers : du nouveau sur la structure de Glencore
10.11 - 2017 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
03.11 - 2017 / 03.11 - 2017L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%
02.11 - 2017 / 02.11 - 2017Jytte Guteland : une des 5 eurodéputés expulsés du Sahara Occidental
02.11 - 2017 / 02.11 - 2017Une Cie britannique construit un parc éolien au Sahara occupé
30.10 - 2017 / 30.10 - 2017Une nouvelle étude Kosmos sur le potentiel pétrolier près de Dakhla ?
29.10 - 2017 / 25.10 - 2017Le PE approuve l'accord aérien UE-Maroc incluant le Sahara Occidental
29.10 - 2017 / 29.10 - 2017Négociations commerciales UE-Maroc : remplacer Sahraouis par Marocains
24.10 - 2017 / 24.10 - 2017Vote sur l'accord aérien UE-Maroc, couvrant le Sahara Occidental
13.10 - 2017 / 13.10 - 2017Wärtsilä va construire une centrale électrique au Sahara Occidental
09.10 - 2017 / 09.10 - 2017Le Maroc annonce plus 500% de zone agricole à Dakhla occupée
03.10 - 2017 / 03.10 - 2017L'UE semble ignorante des niveaux d'importation du Sahara Occidental
02.10 - 2017 / 02.10 - 2017Rapport WSRW : la Suède doit conseiller ses entreprises sur le Sahara
07.09 - 2017 / 07.09 - 2017Les groupes sahraouis contrent l'UE sur les négociations avec le Maroc
19.07 - 2017 / 19.07 - 2017Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Le Sahara Occidental gagne le cas du cargo en Afrique du Sud
14.07 - 2017 / 05.07 - 2017Stop aux négociations commerciales UE-Maroc sur le Sahara Occidental!
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Siemens est inconstant dans son soutien aux occupations militaires
06.07 - 2017 / 06.07 - 2017Le solaire du Sahara Occidental opérationnel en 2018
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017La chine intéressée par la recherche pétrolière au Sahara Occidental ?
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017Le Dura Bulk décharge le sable sahraoui à Tenerife
22.06 - 2017 / 22.06 - 2017Le Polisario aux Cies maritimes : d'autres arraisonnements à venir
20.06 - 2017 / 20.06 - 2017La Cie maritime de l'Ile de Man sort le Sahara Occidental
16.06 - 2017 / 16.06 - 2017Nouveau rapport : les Cies qui transportent le minerai du conflit




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi