Le Maroc annonce plus 500% de zone agricole à Dakhla occupée
tomato-greenhouse_610.jpg

... précisément sur le territoire que la plus haute Cour de l'Union européenne considère « séparé et distinct » du Maroc.
Imprimez cette page    
Une nouvelle zone agricole de 5000 hectares - c'est ce que le ministre marocain de l'Agriculture Aziz Akhannouch a annoncé à Dakhla, fin septembre 2017. Akhannouch en a fait la déclaration lors de la deuxième édition du forum agricole international, organisé par la Chambre de Commerce Dakhla pour attirer les investisseurs.

Selon le journal marocain L'Economiste, les terres destinées au projet ont déjà été identifiées. Deux types d'opérateurs peuvent postuler pour une parcelle, les producteurs industriels, notamment ceux qui se concentrent sur la production sous serre destinée à l'exportation, et les petits agriculteurs locaux.

À l'heure actuelle, un peu moins de 1000 ha de terrain sont utilisés par l'agro-industrie à grande échelle près de la péninsule de Dakhla, conformément à l'objectif du Plan vert marocain, d'atteindre 1000 ha d'ici 2020.

Les tomates et les melons sont les principales cultures dans la région, et les tomates cerises - entre 80 et 120 tonnes par hectare - prennent la part du lion de la production destinée à l'exportation. Aujourd'hui, quatre grands agro-exploitants cultivent les plantations de Dakhla : Rosaflor, Sofropel, Azura et Les Domaines - ce dernier appartient à la monarchie marocaine.

Dakhla est situé dans le sud du territoire qui est traité par l'ONU comme la dernière question coloniale non résolue en Afrique et sous occupation partielle illégale du Maroc, un des principaux partenaires commerciaux de l'UE.

Peut-être sans surprise, la majeure partie de la production de Dakhla de ces dernières années est allée en Europe, comme WSRW l'a montré dans son rapport de 2012 "Étiquette et responsabilité". Le rapport a été pris en considération par la Cour de justice de l'Union Européenne (CJUE) qui, en décembre 2016, a statué qu'aucun accord de commerce ou d'association avec le Maroc ne pouvait être appliqué au Sahara Occidental sans le consentement explicite du peuple du territoire : les Sahraouis. L'une des implications directes pour cette décision est la fin de l'accès préférentiel au marché de l'UE pour les produits provenant du Sahara Occidental occupé (bien que la mise en œuvre exacte de cette obligation juridiquement contraignante reste obscure).

Le jugement a mis en colère le gouvernement marocain. Le 6 février 2017, le ministre marocain de l'Agriculture a publié une déclaration indiquant que tout obstacle à l'exportation de l'agriculture et des produits de la pêche de son pays vers l'Europe pourrait renouveler les « flux de migration » que Rabat a « gérés et maintenus » avec des « efforts soutenus ».

Pourtant, en dépit de l'arrêt de la CJUE, qui coûte potentiellement au Maroc son principal marché d'exportation pour les cultures de Dakhla, le gouvernement marocain est impatient d'augmenter le développement agricole dans le territoire occupé. Un supplément de 5000 ha ajouté aux 1000 ha cités serait égal à une augmentation de 500%.

La Commission européenne, en flagrant mépris du jugement de la Cour de l'UE, est actuellement engagée dans des pourparlers avec Rabat pour garantir ses importations en provenance du Sahara Occidental dans le cadre de l'accord commercial UE-Maroc.

La phase de croissance précédente de l'infrastructure agricole de Dakhla date de l'époque où le Maroc et l'UE négociaient un accord commercial multilatéral litigieux, ce qui suggère que le gouvernement marocain et les entreprises marocaines / françaises s'attendaient à ce que l'accord commercial soit adopté avec l'inclusion du Sahara Occidental.

Pour équiper cette gigantesque zone agricole, le ministère marocain de l'Agriculture a lancé deux appels internationaux :
1. Cofinancement, conception, construction, exploitation et entretien des infrastructures d'irrigation pour une période de 22 ans
2. Cofinancement, conception, construction, exploitation et maintenance d'un parc dit «vert», constitué d'une station de dessalement, d'un parc éolien et d'une station d'eau pour une période de 22 ans.

L'appel d'offres se termine le 1er février 2018.

"Les entreprises qui font une demande devront être conscientes que faire des affaires dans et avec le Sahara Occidental comporte de sérieux risques juridiques, moraux et financiers. Les négociations commerciales douteuses en cours entre la Commission de l'UE et le Maroc sur le Sahara Occidental ajouteront un éclairage supplémentaire sur ce comportement d'entreprise douteux", explique Davide Contini de WSRW.

L'activité agricole près de Dakhla apparaît souvent comme un véritable mirage : pour cultiver dans ce pays désertique, l'industrie utilise les réserves d'eau souterraines fossiles. Que le gouvernement marocain cherche maintenant à se diriger vers l'eau de mer dessalée, indique que les réserves d'eau ont épuisé leur capacité.

    

Haut de page
Actualités:

17.06 - 2018 / 17.06 - 2018La CE trompe les États de l'UE sur les échanges avec le Polisario
16.06 - 2018 / 16.06 - 2018Ici, la Commission européenne ment sur WSRW - et 93 autres groupes
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Manifestation des Sahraouis devant la Commission européenne
03.06 - 2018 / 03.06 - 2018Des investisseurs black-listent Nutrien du fait du Sahara Occidental
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018Exclusif : les groupes marocains consultés par l'UE
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018La Commission européenne ferme les yeux sur l'arrêt Sahara Occidental
03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental
02.03 - 2018 / 02.03 - 2018Que fait HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé ?
01.03 - 2018 / 01.03 - 2018La compagnie maritime des Bermudes abandonne le Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'UE et le Maroc annoncent un partenariat de pêche durable
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le PE condamne les pourparlers de la Commission sur le Sahara
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le Polisario est ouvert à des négociations UE - Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Les réfugiés sahraouis célèbrent la victoire à la Cour européenne
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018La Cour de l'UE arrête l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018La Cour Sud-africaine nie au Maroc la propriété du P sahraoui
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Les États membres de l'UE sont en désaccord sur les engrais toxiques
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi