L'exploration pétrolière
Le Maroc cherche du pétrole au large et sur la terre du Sahara Occidental, alors que l'ONU a qualifié l’activité d’illégale.
Mis à jour le: 30.09 - 2014 11:35Imprimez cette page    
L'exploration pétrolière au Sahara Occidental est illégale. Le 29 janvier 2002, le Sous-Secrétaire général de l'ONU pour les affaires juridiques, M. Hans Corell, a écrit au Conseil de Sécurité que «si des activités de prospection et d’exploitation devaient être entreprises au mépris des intérêts et de la volonté du peuple du Sahara occidental, elles contreviendraient aux principes de droit international ". Télécharger l'avis juridique ici.

Malgré cela, le Maroc continue à chercher du pétrole. La compagnie pétrolière nationale marocaine, l’ONHYM, a donné cinq licences pour l'exploration et la production pétrolière au Sahara Occidental.

Aucune des entreprises concernées n’a jamais dans l'histoire demandé le consentement du peuple du territoire, ce qui serait une condition prérequise à sa légalité, conformément à l'avis juridique de l'ONU.

Au large /Offshore
La société Kosmos Energy Offshore Maroc HC, une filiale de la société enregistrée aux Bermudes Kosmos Energy Ltd, est titulaire d'un permis d'exploration pétrolière sur le bloc offshore Boujdour. La licence est une continuation de l'ancien permis de Kerr-McGee. Le forage est prévu pour novembre 2014, à partir de la plate-forme « Atwood Achiever ». En savoir plus sur l’implication de Kosmos Energy ici.

La compagnie pétrolière française Total SA détient le bloc Anzarane plus au sud, le plus grand de tous les blocs. Total SA a signé des licences pour la même zone en 2001, 2002, 2003, 2011, 2012, 2013. Total a fait des enquêtes très coûteuses au large du territoire occupé. En savoir plus sur Total dans le rapport de WSRW « Injustice totale » (2013).

Kosmos et Total ont signé des déclarations avec l'ONHYM  de leur compréhension mutuelle que les deux entreprises entreprendront la production à l'avenir.

Une troisième compagnie offshore est le moins connu Teredo Oils.

A terre / Onshore
Les sociétés basées au Royaume-Uni : San Leon Maroc Ltd et PetroMaroc (anciennement connu sous le nom de Longreach Oil and Gas Ventures) détiennent conjointement avec la compagnie pétrolière nationale marocaine ONHYM, deux licences d'exploration à terre. L’une est dans le bassin de Tarfaya, sur la partie nord-ouest du Sahara Occidental. La zone se compose de schistes bitumineux. La seconde est la licence Zag située dans la partie nord-est du Sahara Occidental, à la frontière avec le Maroc. Selon les entreprises concernées, Zag pourrait contenir des dépôts de gaz.

L’ONHYM marocain effectue lui-même l'exploration aux alentours de la ville de Boujdour.

    

Archives:
27.04 - 2017Domino de régions espagnoles contre le commerce avec le Sahara
27.04 - 2017La cargaison de sel du Sahara Occidental occupé est aux Pays-Bas
26.04 - 2017Les Sahraouis au chômage installent un camp de protestation au Sahara
26.04 - 2017San Leon en pause au Sahara occidental occupé pour cause de sécurité
24.04 - 2017Nouveau rapport : le commerce mondial des phosphates du Sahara occupé
24.04 - 2017Vigeo Eiris affirme que le consentement sahraoui n'est pas nécessaire
24.04 - 2017L'étude pétrolière Kosmos/Cairn dans les eaux occupées est terminée
12.04 - 2017Agrium cherche d'autres sources que le Sahara Occidental
12.04 - 2017Immolation d'un capitaine marocain à Dakhla
07.04 - 2017FMC Corp confirme son abandon des phosphates du Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi