Les exportations de phosphate
Saviez-vous que le plus long tapis roulant du monde se trouve au Sahara Occidental ? Des grandes mines de phosphate de Bou Craa, les phosphates du Sahara Occidental sont transportés sur une distance de plus de 100 kilomètres, jusqu'au port d'El Aaiun, la capitale du Sahara occidental. De là, les cargos transportent les phosphates vers divers pays, où ils sont utilisés dans la production d'engrais. L'industrie fournit au Maroc des revenus énormes depuis que l'occupation a commencé.
Mis à jour le: 18.09 - 2007 11:47Imprimez cette page    
En 1968 il y avait 1600 Sahraouis employés dans l'industrie du phosphate dans ce qui est aujourd'hui le Sahara Occidental occupé. Aujourd'hui, la plupart d'entre eux ont été remplacés par des Marocains qui se sont installés dans le territoire. L'industrie n’emploie maintenant que 200 Sahraouis sur une main-d'oeuvre totale de 1900. Les employés sahraouis souffrent de discrimination par rapport à leurs collègues marocains. Très peu de Sahraouis ont bénéficié d’avancement depuis 1975, la plupart ont été licenciés.

Une délégation de l'ONU qui a visité le Sahara espagnol en 1975, dans le cadre de la décolonisation du territoire, a déclaré qu’ " à terme le territoire sera parmi un des plus grands exportateurs de phosphate dans le monde " (Shelley 2004:71). Selon son évaluation, le Sahara Occidental libre deviendrait le deuxième plus grand exportateur, seulement dépassé par le Maroc. Cependant, seulement quelques mois plus tard, le Maroc a envahi le Sahara Occidental. Aujourd'hui, la production de phosphate de Bou Craa s'élève à 10 % de la production totale du Maroc. La production annuelle de Bou Craa est autour de 3 millions de tonnes, contribuant sensiblement au revenu national du Maroc.

Pendant la guerre entre le Polisario et le Maroc dans les années 80, des dommages ont été infligés aux mines aussi bien qu’au système de tapis roulant. Ceci a causé des interruptions de temps en temps. Les attaques sur le système ont fini quand un cessez-le-feu a été convenu en 1991, mais à plusieurs occasions, plus tard, le tapis a été encore soumis au sabotage, comme en septembre 2007.

En 2005 on a appris que le géant norvégien du phosphate Yara importait du phosphate de Bou Craa. Les importations cumulées vers la Norvège se sont élevées à 27.000 tonnes de 1995 à 2005. La compagnie a depuis lors déclaré que "...dans les circonstances actuelles il est préférable de limiter les achats de phosphate provenant du Sahara Occidental " et qu'elle "espère que le pays sera libéré un jour, et alors les habitants en bénéficieront si nous pouvons recevoir les phosphate rapidement". En 2010, la compagnie américaine Mosaic a annoncé qu'elle avait mis fin à ses importations en provenance du territoire après avoir été un client du gouvernement marocain pendant des années. De nombreuses compagnies maritimes ont renoncé à poursuivre leurs transports de cargaisons depuis le Sahara Occidental après avoir été informés des aspects légaux et éthiques de ce commerce.

WSRW conduit son action de surveillance continue sur des activités de phosphate du Sahara Occidental, identifiant les compagnies qui sont impliquées dans le transport, le traitement et le marketing des produits qui proviennent des mines de Bou Craa.

De nombreuses résolutions de l'ONU soutiennent la conclusion qu'extraire et commercer des phosphates du Sahara Occidental sont contraires au droit international.

    

Haut de page

Archives:
14.01 - 2017Key Bay se dirige maintenant vers Las Palmas
07.01 - 2017Nouvelles photos : le Key Bay à l'intérieur du port
06.01 - 2017Voici le navire qui transportera de l'huile de poisson vers l'UE
06.01 - 2017Un 1er navire conteste la décision de la Cour européenne sur le Sahara
04.01 - 2017Le Chinois Geron Energy voudrait le contrôle d'un bloc au Sahara
01.01 - 2017Un bureau de l'OCDE demande à Kosmos Energy de le citer correctement




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi