Réponse de WSRW à la déclaration de González
Western Sahara Resource Watch (WSRW), une organisation indépendante et non gouvernementale, dénonce les récentes déclarations faites par M. Felipe Gonzalez et demande respectueusement sa démission des fonctions de président du “conseil des sages” de l’Union Européenne.
Mis à jour le: 24.10 - 2009 10:11Imprimez cette page    
Les remarques de M. Gonzalez, un ancien Premier Ministre espagnol, ont été faites le 28 septembre lors d’un débat organisé par Caixaforum. Ses déclarations ont été diffusées sur Internet et ont trouvé écho dans plusieurs publications électroniques.

L’ancien Premier ministre espagnol a fait différentes déclarations entièrement incorrectes, notamment : “il n’y a pas d’exploration des ressources naturelles [au Sahara Occidental] parce qu’il n’y a pas d’activités économiques [dans le territoire]”, et ;  le Sahara Occidental est une partie du Maroc et est lié au sultanat marocain par des “droits spéciaux”, ainsi que le “Maroc est le pays le plus libertaire du monde Arabe”.

Si les assertions de M. González sont en elles-mêmes scandaleuses, elles sont particulièrement graves venant de la part de celui qui a été Premier Ministre d’Espagne pendant 14 ans, quand l’Espagne refusait d’assumer son rôle légal postcolonial d’état administrateur pour le Sahara Occidental. Des commentaires aussi manifestement erronés sont regrettables venant d’une personne assumant la présidence du “groupe de réflexion sur le futur de l’Europe” du conseil européen.

Les activités économiques actuelles au Sahara Occidental occupé, et plus particulièrement l’exploitation du phosphate et la pêche, sont des faits dûment documentés. Cette exploitation ne peut être contestée que par grand cynisme ou complicité.

En outre, l’Union européenne, qui a nommé Felipe González comme président du “groupe de réflexion” cité, a reconnu son implication dans l’exploitation des stocks halieutiques du Sahara Occidental dans le cadre de l’accord de pêche UE-Maroc.

WSRW relève respectueusement ce qui suit ;

1°. Les Nations Unies ont établi, dans des douzaines de résolutions, que le Sahara Occidental est un territoire non autonome qui doit se soumettre au droit à l’autodétermination de son peuple.

2°. La Cour internationale de justice a établi que le Maroc n’a jamais exercé ni souveraineté ni tout autre forme de droit territorial sur le Sahara Occidental. Cette occupation marocaine continue du territoire est illégale, et peut être considérée comme crime de guerre et crime contre l’humanité.

3°. Les Nations unies ont aussi établi que les états membres doivent faire le nécessaire pour que les compagnies nationales ou sous leur juridiction mettent un terme aux activités économiques entreprises dans les territoires coloniaux au profit ou au nom des puissances coloniales et de leurs alliés.

L’article 21 du traité de l’Union Européenne que les actions de l’Union Européenne doivent être basées sur et conforme « aux principes de la charte internationale des Nations Unies et au droit international ».

Avec cet éclairage, les récentes déclarations de Felipe González le rendent inapte à toute position de responsabilité au sein de l’Union Européenne.

En conséquence, WSRW condamne les déclarations de Felipe González et exige, immédiatement et sans ambiguïté, des autorités de l’Union Européenne, qu’elles :

1°. Répudient les déclarations de Felipe González concernant le Sahara Occidental ; et

2°. Invitent Felipe González à quitter son poste actuel, étant donnée la perte de confiance publique en son intégrité.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi