Ces camions sondent le sol pour l'industrie pétrolière illégale


Le Maroc poursuit son programme pétrolier sur le bloc de Boujdour onshore. Ces voitures ont été filmées alors qu’elles faisaient des études géologiques dans les territoires occupés.
Mis à jour le: 20.07 - 2011 20:50Imprimez cette page    
Cette vidéo unique montre la violation par le Maroc du droit international. L'ONU a déclaré que toute recherche pétrolière au Sahara Occidental serait illégale à moins que les Sahraouis soient consultés. Et ils ne sont pas. Très probablement, les camions en action mènent une étude à deux dimensions pour la compagnie pétrolière nationale marocaine ONHYM, par l’entreprise de services sismiques Geoatlas basée au Maroc. L'étude a eu lieu d'avril à septembre 2010.

Depuis 2006 au moins, ONHYM a régulièrement avancé ses recherches pétrolières dans le «bloc Boujdour ». ONHYM est depuis 2007 l'opérateur de son propre bloc onshore, un permis qui est entièrement situé dans les territoires occupés.

Déjà dans son rapport annuel 2006, ONHYM qualifiait ce domaine spécifique de zone particulièrement prometteuse en découvertes pétrolières, après la découverte de traces de pétrole lors de forages pour l’eau. Suite à ces premiers résultats, deux chercheurs de la compagnie pétrolière malaisienne Petronas avaient réalisé en 2006 une évaluation du potentiel en hydrocarbures dans la région.

Puis, en 2008, un journal marocain a lancé une rumeur selon laquelle l'ONHYM avait trouvé du pétrole à Boujdour. Immédiatement après l'ONHYM avait démenti la déclaration du journal Aujourd'hui le Maroc. La directrice de l’ONHYM, Amina Benkhadra, avait déclaré qu'ils devaient faire beaucoup plus d’études avant de pouvoir "crier victoire". Selon elle, d'autres travaux géologiques, géophysiques et de forage seraient programmés dans le cadre du plan de développement 2008-2012, pour permettre « d’approfondir nos connaissances sur les paramètres des formations géologiques ».

Mme Benkhadra soulignait qu'une étude sismique 2D avait été réalisée à Boujdour onshore entre le 15 septembre et 26 novembre 2007, et que « ces travaux se sont déroulés dans de très bonnes conditions ».

c8f1geospec_2010_330.jpgLes chantier se sont ensuite poursuivis. A partir de 2008, le Maroc a ouvert une douzaine d'appels d'offres de forage. Certaines des offres couvrent l’approvisionnement en équipements nécessaires à la mise en place du matériel de forage, en essence, etc

Dans les appels d'offre, il semble que le puit "DOA 1" a d’abord été développé, à proximité de la ville de Boujdour, procédure pour "DOA 2" dans un lieu inconnu. Pour le forage BJD 1, en décembre 2009 l'ONHYM a lancé un appel d'offres de prix relatif à l’acquisition de diagraphies instantanées (mudlogging). Les entreprises de diagraphie de boue sont spécialisées dans l’enregistrement détaillé d’un forage en examinant les morceaux de roche ou de sédiments remontés à la surface alors que le puits est foré. ONHYM garantissait assurer la sécurité autour de la zone du puit quand ces spécialistes feraient l’examen des sédiments.

Dans un rapport de l'ONHYM publié en 2008, il est indiqué que l'un des puits a été fait. La localisation exacte n'est pas connue, puisque aucun puit n’est encore indiqué dans le bloc de Boujdour sur la carte des hydrocarbures des pages web de l'ONHYM.

L’été/automne 2010 a vu plus d'activité sur le bloc. Les camions des études sismiques visibles sur la vidéo, mais aussi des véhicules appartenant à la firme française GeoSpec ont été observés à Boujdour, transportant ce qui semble être  des équipements de forage. Voir photo ci-dessus et ci-dessous. Cliquez pour une haute résolution.

san_leon_map_2010_380.jpgL'entreprise nationale a budgété des "consommables" nécessaires à l'établissement des puits "DOA 1" et "DOA 2". Ce pourrait être l'essence, le ciment etc.

Une carte de la compagnie pétrolière britannique Longreach contribue à la spéculation. "Découverte pétrolière par l'ONHYM", note froidement Longreach sur le bloc de Boujdour (voir coin gauche de la photo à droite). Aucun rapport d'une découverte de pétrole n’a été mentionné par l'ONHYM -même.

Un rapport de Longreach en 2007 que l'entreprise n'a jamais publié elle-même, relève d'autre part qu’un «potentiel d'hydrocarbures [...] a été confirmé par [...] le puit de Boujdour dans le sud du bassin onshore".

geospec2_2010_380.jpg

geospec3_2010_380.jpg

onhym2_2010_380.jpg

onhym_2010_380.jpg

onhym4_2010_380.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi