Signature d’un nouvel accord de pêche Maroc-Russie
kapitan_bogomolov_vessel_610.jpg

La Russie a signé le 10 décembre 2012, un nouvel accord de pêche avec le Maroc, permettant à 10 chalutiers industriels russes de pêcher dans les eaux du Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 15.12 - 2012 15:55Imprimez cette page    
Photo: Le chalutier russe Kapitan Bogomolov, 120 mètres de long, 1991, amarré dans le port de Las Palmas en 2007, entre ses périodes de pêche dans les eaux du Sahara Occidental. La flotte russe pêche au large du Sahara Occidental depuis de nombreuses années.

Un nouvel accord de pêche entre la Russie et le Maroc a été signé le 10 décembre 2012, pour une durée de quatre ans. Le nouvel accord controversé permettra à 10 chalutiers russes de reprendre la pêche – très probablement au Sahara Occidental occupé. En contrepartie, les propriétaires des navires russes devront payer une compensation financière, dont le montant est double que lors de l’accord précédent. Les charges sur les captures ont également été augmentées de 40%. Les informations sur le nouvel accord ont été publiées par l’agence de presse de l’État marocain la MAP.

L'accord a été signé dans la capitale marocaine Rabat, entre le ministre marocain de la Pêche, Aziz Akhannouch et Vassili Sokolov, vice-président de l'Agence fédérale russe pour la pêche (Rosrybolovstvo).

WSRW a publié en juin 2010, un article sur la signature de l'ancien accord de pêche entre les deux gouvernements. Cet accord a expiré le 2 juin 2012, selon l'agence MAP. WSRW a publié il y a deux ans une traduction anglaise non officielle de l'accord complet. L'ancien accord a été conçu pour permettre à la flotte russe de pêcher dans la "Zone Economique Exclusive" du Maroc, mais il a été appliqué au large du Sahara Occidental, qui ne fait pas partie de la ZEE du Maroc. Le Maroc n'a pas encore revendiqué les eaux au large du territoire. Il ne le pourrait même pas sous la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, dont il est devenu un Etat membre en 2007. L’information sur la définition du champ d'application territorial du nouvel accord Russie-Maroc n’est pas connue.

Une partie du Sahara Occidental, dont sa côte, est illégalement occupée par le Maroc depuis 1975/1979, sous la condamnation de l'ONU. Les revendications du Maroc sur le territoire ont été rejetées par la Cour internationale de Justice.

Selon le quotidien Izvestia, l'Agence fédérale russe pour la pêche a publié un rapport la semaine dernière, soulignant l'importance des eaux de l'Afrique occidentale pour la flotte russe. Le rapport affirme que les Russes ont un intérêt particulier pour les zones économiques exclusives de pays comme le Maroc, citant une rentabilité élevée. Ici, les entreprises dont la Murmansk Trawl Fleet et les navires de Kalinigrad capturent les espèces pélagiques comme la sardine, le chinchard, le maquereau et la sardinelle - espèces qui peuvent être trouvées dans les eaux sahraouies, mais qui sont proche de l'extinction dans les eaux marocaines.

WSRW a pris contact avec le gouvernement russe à plusieurs reprises, soulignant qu'il viole son propre accord de pêche au Sahara Occidental, mais n'a jamais reçu de réponse.

Le texte du nouvel accord Russie-Maroc, selon l'agence MAP, stipule que le personnel permanent  des navires russes doit compter 16 pêcheurs marocains, contre 14 selon les termes de l'accord précédent. Un observateur scientifique marocain devrait aussi être en permanence à bord pour le suivi des activités des navires en mer, selon l’agence de presse. Dans le passé, il y a eu des manifestations contre la pêche russe par les Sahraouis de Dakhla. Les Sahraouis ont déclaré que les équipages des navires russes sont uniquement recrutés au Maroc même avant que les navires n’arrivent au Sahara Occidental.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi