Le gouvernement sahraoui réagit à l'exploitation pétrolière au Sahara
Le gouvernement sahraoui a publié le 20 novembre un communiqué de presse sur les projets pétroliers des entreprises Cairn Energy PLC et Kosmos Energy LLC de forage exploratoire dans les eaux du Sahara Occidental occupé en 2014. Lire sa déclaration ici.
Mis à jour le: 27.11 - 2013 23:47Imprimez cette page    
Communiqué de presse (traduction non officielle)
Le gouvernement sahraoui réagit à l'exploitation pétrolière au large des côtes du Sahara Occidental

Pour diffusion immédiate.

Bir Lehlou, Sahara Occidental - Le gouvernement de la République Arabe Sahraouie Démocratique (la RASD ) a abordé aujourd'hui les projets annoncés d’exploration et de développement pétrolier dans les eaux territoriales du Sahara Occidental par deux multinationales, Cairn Energy PLC et Kosmos Energy LLC. Ces entreprises agissent en joint venture sous des licences accordées illégalement par l’agence nationale pétrolière marocaine, l'Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM).

Cairn Energy et Kosmos Energy ont récemment annoncé des projets de forage exploratoire dans la zone offshore centrale de la côte sahraouie connue sous le nom « Bloc Boujdour ». Selon de nouveaux rapports, les entreprises ont l'intention de forer en 2014.

Emhamed Khadad, membre de la direction sahraouie a déclaré : « C'est une question de droit, de morale et de risque d'investissement. Le risque d'investissement est plus facile à comprendre. La République Sahraouie est ouverte au commerce international éthique mais exploiter les ressources souveraines du peuple sahraoui sans son consentement alors que nous restons sous une occupation illégale apporte une grande incertitude et l'éventualité certaines de revendications de réparation [d'indemnisation] futures ».

Khadad a ajouté: « L'immoralité du forage d'exploration proposé est également apparente. Les entreprises qui cherchent à bénéficier elles-mêmes et leurs investisseurs – qu’ils soient trompés ou ignorants – agissent d'une manière qui perpétue une occupation illégale et qui enrichit l'État occupant alors qu’une bonne moitié de notre peuple peinent dans une existence difficile dans les camps de réfugiés en attendant le respect de notre droit à l'autodétermination ».

«La loi est également très claire sur ces activités de développement pétroliers. Le Sahara Occidental demeure occupé et c’est une question de droit international, donc l’extraction du pétrole est clairement un crime de guerre. Même si l'on admet que le Sahara Occidental est seulement, ou strictement, une question d’autodétermination de son peuple, alors dans ce cas et dans tous les autres le peuple sahraoui est clair que les critères juridiques de son avantage dans le développement des ressources et son consentement préalable ne sont tout simplement pas respectés. Pour être précis, c'est la République Sahraouie qui a revendiqué et a légiféré une Zone Économique Exclusive au large du Sahara Occidental, et pas le Maroc ».

Le gouvernement de la RASD a récemment averti Cairn Energy et Kosmos Energy par courrier privé que leurs activités dans le soi-disant « bloc Cap Boujdour » constituent une violation du droit international. À ce jour, il n'y a eu aucune réponse ni accusé de réception de l’un ni de l’autre.

Les responsables de la RASD notent que la poursuite du programme annoncé des deux compagnies méprise clairement les exigences des Nations Unies pour résoudre le problème de l'occupation actuelle du Sahara Occidental. En 2002, le Secrétaire général adjoint et Conseiller juridique des Nations Unies, Hans Corell, a émis un avis juridique à la demande du Conseil de Sécurité de l'ONU au sujet de la légalité de l'exploration des ressources minérales au Sahara Occidental. Il a conclu que :

« … si des activités de prospection et d’exploitation devaient être entreprises au mépris des intérêts et de la volonté du peuple du Sahara occidental, elles contreviendraient aux principes de droit international applicables aux activités touchant aux ressources minérales des territoires non autonomes. » (UN Doc. S/2006/161)

Les deux compagnies Cairn Energy et Kosmos Energy ont été informées par le gouvernement de la RASD que tous les moyens seraient utilisés pour mettre fin à l'exploitation des ressources naturelles dans la partie occupée du Sahara Occidental.

-  # # # -

Relations média :
Kamal Fadel
RASD Pétrole et Mines
Email: info@sadroilandgas.com

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi