Le ministre marocain des Affaires étrangères et l’invasion à la COP22
mezouar_610.jpg

Le ministre marocain des Affaires étrangères - comme prévu - s'est, le 7 novembre, répandu sur l'occupation du Sahara Occidental par son pays lors de la déclaration d'ouverture de la COP22.
Mis à jour le: 09.11 - 2016 00:21Imprimez cette page    
Comme prévu : lorsque le Maroc ouvre la réunion de la Cop22 au jour national de l'occupation, le gouvernement fait un point sur l'occupation du Sahara Occidental.

Le Premier ministre Salaheddine Mezouar a donné sa première conférence de presse aujourd'hui en tant que Président de la COP22 lors de la journée d'ouverture de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Marrakech.

« Salahedinne Mezouar a souligné les remarques faites par SM le Roi Mohammed VI lors de l'anniversaire de la Marche verte du Maroc (6 novembre) dans laquelle il a appelé Marrakech à être la COP de l'action», selon la note officielle du site COP22.ma.

Ce site est administré par le gouvernement marocain. La « Marche verte » fait référence à l'invasion marocaine du territoire du Sahara Occidental. La marche a été à l'époque condamnée par l'ONU.

football_propaganda_350.jpgLe Maroc utilise également le compte Twitter @COP22 pour une propagande arbitraire du genre.

Sur le site de COP22.ma, figure la photo (voir ci-contre) de la conférence de presse d’un match de football dans le territoire occupé dont WSRW a parlé le 5 novembre. « À l'occasion du 41ème anniversaire de la Marche Verte », lit-on sur la banderole.

Des fosses communes datant de l’invasion se découvrent encore. Plus de 500 sahraouis - autochtones du Sahara Occidental - sont encore portés disparus, et la moitié de la population du territoire est toujours réfugiée à la suite de l'invasion.

L’une de ceux qui ont fui est Suelma Beirouk - vice-présidente de l'Union africaine - qui a été empêchée le 6 novembre d’accéder à Marrakech. La dernière information de Beirouk est qu'elle serait envoyée en Mauritanie. Elle est restée en garde à vue plus de 24 heures.

Western Sahara Resource Watch du 2 novembre a publié un rapport - Electrifier le pillage - Ce que le Maroc et Siemens cachent à COP22, à Marrakech - décrivant les projets énergétiques du Maroc sur les terres occupées. Ces projets sont utilisés par la compagnie nationale marocaine de phosphate pour augmenter ses profits dans le pillage minéral du territoire.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi